Accueil > Métiers - Carrières > Chefs d'établissement > Vie quotidienne (chef d'établissement)

Chef d’établissement : et si on se recentrait sur l’essentiel

Temps de lecture : 4 minutes
Chef d’établissement : et si on se recentrait sur l’essentiel

La question du temps demeure très prégnante dans  notre société et le chef d’établissement n’y échappe pas …quelques réflexions pour s’interroger et se poser les « bonnes » questions afin de se recentrer sur l’essentiel.

Au détour d’une conversation, il est fréquent d’entendre de la bouche des chefs d’établissement : « ah, je suis débordé(e), je n’y arrive plus » ! Il est vrai que le travail et les tâches engendrés par la responsabilité de chef d’établissement demeurent souvent proches de l’impossible.
Cet article n’a pas vocation à lister les champs de responsabilité et les missions de chef d’établissement mais a la prétention de « tirer la clochette d’alarme ».
La multitude des tâches à accomplir entraîne la préoccupation du chef d’établissement vers le plus urgent, la dernière arrivée et parfois altère le bon sens, le discernement et le recul nécessaire.
Chaque année a vu son lot d’acronymes dévoreurs de temps et de nouvelles contraintes.
Si 2018 voit l’arrivée du RGPD, il semble qu’à la rentrée 2017 les énergies furent mobilisées pour résoudre l’équation financière difficile pour palier au non renouvellement des personnels OGEC en contrat aidé. L’année 2016 inaugure l’arrivée du LSU, la découverte du PPCR ainsi que les contraintes du PPMS. Inutile de remonter plus loin, sachant que toutes ces années furent traversées par la question chronophage des rythmes scolaires (et soit dit en passant tout ce temps pour ça ! c’est-à-dire pour revenir à la situation d’il y a cinq ans) et vous ajouterez une petite dose de nouveaux programmes à lire, assimiler et mettre en œuvre.

A ce propos, faire un pas de côté, s’arrêter pour relire l’utilisation du temps professionnel, c’est s’interroger sur ses pratiques et ses priorités :

  • Suis-je en permanence dans l’urgence ?
  • Est-ce que j’arrête toute affaire courante pour traiter la dernière question ?
  • Comment utilise-je mon temps de décharge de direction (quand j’en ai) ?
  • Quel temps pour la réflexion, la lecture et la documentation professionnelle ?
  • Quand, comment est ce que je prépare les concertations, les conseils de cycle ?
  • Quelle place pour le parcours de l’élève ? pour traiter de la difficulté scolaire, de l’inclusion scolaire ?
  • Quelle importance donnée pour les projets qui font sens pour les apprentissages ?

Et si la clef se trouvait dans la réflexion, l’élaboration et la rédaction du projet d’établissement ?

Lire aussi : Faire vivre un projet d'établissement