Accueil > Documents non rubriqués

Le chef d'établissement et la présence des 2 ans

Temps de lecture : 16 minutes

Les principaux points de vigilance pour un chef d'établissement accueillant des 2 ans : temps, espaces, moyens, organisation, accueil des parents et des enfants, partenariats.

Ce document est issu du dossier La maternelle en question : la scolarisation dès 2 ans


Sommaire

1) Principaux points de vigilance
2) Organisation
3) Partenariats possibles
4) Les dispositifs passerelles



Principaux points de vigilance
Le temps et l'espace
L'aménagement du temps et de l'espace repose sur des choix pédagogiques réfléchis en concertation avec tous les partenaires (chefs établissement, enseignants, Ogec, Apel).
L'enfant de 2 ans a besoin :
- d'espace aménagé et vaste pour répondre à son évolution motrice,
- d'espace plus intime pour des temps de repos, de calme et d'expérimentation.

- Comment organiser les lieux pour permettre aux enfants de devenir autonomes par rapport à la propreté, à l'hygiène ?
- Comment organiser l'entrée, la sortie, les récréations pour que les enfants ne se retrouvent pas au milieu des plus âgés ?
- Comment enrichir le temps d'accueil, le temps entre midi et deux heures, la garderie pour que ces moments soient un temps de repos, de ressourcement ou de structuration,
- Quelle place pour une éducatrice de jeunes enfants, une aide éducatrice ?
- Quel lien avec les maisons de quartier ?

La sécurité
Il importe de respecter les normes de sécurité en partenariat avec l'Ogec
- Quel matériel choisir : tables, chaises, lits ? Quelle quantité ?
- Comment garantir la sécurité des enfants : anti-pince-doigts pour les portes, barrières au niveau des cours de récréation, jeux… ? Les jeux de cours doivent être régulièrement vérifiés par un organisme agréé -
Quels jeux privilégier ? Sont-ils faciles d'entretien (beaucoup d'enfants portent encore à la bouche des objets) ?

Les coûts
La scolarisation des enfants de 2 ans induit des coûts spécifiques dont il faut tenir compte.
Pour l'école :
- coût d'installation, de sécurité, d'entretien (jeux, espaces de récréation…)
- coût de fonctionnement : personnel nécessaire dans la classe, durant le temps périscolaire, pendant les repas. Certaines mairies versent le forfait communal, mais pas toutes.
Pour la famille, il importe également de se poser la question du prix de la scolarité, de la cantine, de la garderie. Par exemple, sur Bordeaux, le prix de revient d'une place en crèche représente 12 % des revenus familiaux par mois… le reste étant payé par la CAF.

L'accueil des enfants et de leurs parents
Il existe un enjeu fort dans ce premier contact. C'est à ce moment là que se noue la relation de confiance.
- Comment organiser l'inscription, l'accueil le jour de la rentrée, en cours d'année … ?
Lors de l'inscription, on peut proposer des ouvrages qui abordent la vie dans une classe.

Sécuriser les parents, co-éduquer
Comment communiquer aux parents ce que vivent leur(s) enfant(s) à l'école, comment instaurer le dialogue avec les familles, comment les informer sur la progression entre les différents âges de la maternelle, sur les apprentissages de leur(s) enfant(s), comment valoriser leur réussite ? Quelques propositions d'outils à consulter sur sitEColes :
- Plaquettes d'information pour les parents de maternelle
Des plaquettes d'informations à remettre aux parents au moment de l'inscription, à la rentrée, ou à la réunion de parents… pour instaurer le dialogue avec les familles.
- Mes années maternelles
Des plaquettes à destination des parents pour leur permettre de suivre le parcours de leur(s) enfant(s).>
- Le cahier de vie
Support de communication entre l'école et la maison, entre l'enfant et sa famille, entre les enfants d'une même classe, ce cahier de vie est élaboré par l'ensemble des enfants de l'école.
- Valoriser les réussites
Des pistes travaillées en moyenne section de maternelle dans le cadre d'un groupe de recherche de la ZEP de Marseille.
- Cahier de réussite en maternelle
Des initiatives pédagogiques en lien avec les Assises de l'Enseignement Catholique du 1er décembre 2001
- Dossier : Relations école famille
Ce dossier fait le point sur l'évolution des relations école famille et propose des ressources pour accroître les liens avec les parents d'élèves.

Autres questions
- Comment respecter le rythme des enfants tout en garantissant les exigences liées à leur scolarisation ? (Régularité, progressivité)
- Comment travailler en réseau d'établissements autour de l'accueil des enfants de 2 ans ?
- Comment fidéliser les enfants de 2 ans dans l'école pour la suite de leur scolarité ?
- Comment choisir et former les personnels de service… ?
- Comment encourager la formation des enseignants ?

Idées d’organisation
Participation des familles
- Il est constaté que lorsque l'on implique les parents dans la vie de la classe, les règlements intérieurs, les projets d'établissement sont mieux intégrés et l'organisation scolaire moins remise en question.
- La taille de l'école est également à prendre en compte. Plus celle-ci est réduite, plus les contacts entre parents, personnels, chef d'établissement sont fréquents, plus les parents sont interpellés.
- Si les parents sont associés au projet d'ouverture de la classe des enfants de 2 ans, ils seront plus impliqués par la suite. Par ailleurs, ce groupe de parents " acteurs " pourra faire évoluer les représentations des parents " consommateurs ".
Les parents peuvent être associés, en fonction de l'organisation des établissements :
- à certains temps de vie de la classe (accompagnement des sorties scolaires, animation d'ateliers spécifiques) ;
- aux activités périscolaires : aide au repas, garderie, activités sur le temps de midi… ;
- à l'élaboration du règlement intérieur spécifique et au projet d'établissement par l'intermédiaire des parents correspondants ou représentants ;
- à la préparation du passage maison-école ou crèche-école.

Organisation de la rentrée de chaque enfant
- La rentrée peut être étalée sur plusieurs jours, voire plusieurs semaines pour certaines écoles.
- Sur le premier et deuxième trimestre on peut envisager le glissement de la crèche vers l'école. Par exemple : présence de 10 enfants au départ pour aller vers la présence de 16 enfants au 2ème trimestre.
Cela implique :
- de renoncer au forfait communal pour ces enfants " non présents " lors de l'enquête 19 ;
- d'avoir un effectif plus nombreux dans les autres classes de maternelle, donc, de mettre en pratique le travail en équipe. C'est indispensable pour ne pas atteindre le seuil de fermeture de classe.

Partenariats possibles
- Avec le conseil du médecin de la PMI.
- Avec La CAF
Le contrat enfance est un contrat d'objectif et de cofinancement passé entre la CAF et une collectivité territoriale ou un regroupement de communes. Il a pour but le développement d'une offre de service équilibrée en faveur de l'accueil des enfants de moins de 6 ans, sur le territoire concerné.
Les aides à l'investissement
Les aides à l'investissement ont pour objectif de créer des places nouvelles et d'adapter les structures existantes, afin de continuer à développer l'accueil collectif, le multi-accueil et les projets innovants. La CNAF et le réseau des CAF sont chargés de mettre en œuvre ce dispositif.

- A consulter aussi le dossier de presse ministériel très complet sur l'accueil des moins de 6 ans.

D'autres partenariats sont envisageables :
- jeunesse et sport (temps périscolaire)
- la mairie (conseillers petite enfance).

Les dispositifs passerelles
Il existe au niveau des municipalités des créations intéressantes - expérimentées dans le public - à connaître en vue d'imaginer un dispositif adapté à nos réalités.

Les dispositifs passerelles se caractérisent par quatre objectifs :
- une socialisation de l'enfant et, souvent, indirectement, des parents ;
- un travail sur la séparation mère/enfant ;
- la valorisation de la fonction parentale ;
- un travail pédagogique sur l'enfant, mobilisant des moyens adaptés aux particularités de son âge.

Au-delà des objectifs partagés, les classes et les dispositifs passerelles connaissent des modes de fonctionnement très divers. Certaines classes passerelles se présentent d'abord comme des lieux d'accueil enfants-parents et mettent l'accent sur le travail concernant les relations intrafamiliales, d'autres affichent plutôt leur choix pour une préparation attentive de l'enfant à l'école maternelle.

Il existe une très grande hétérogénéité des lieux d'implantation : les classes ou dispositifs sont parfois installés dans des écoles maternelles, dont ils font partie intégrante ; ailleurs ils sont installés dans les écoles maternelles, mais fonctionnent de manière indépendante. Ils peuvent également fonctionner dans des locaux de crèches, ou dans des locaux totalement autonomes, parfois mis à disposition par les municipalités. La diversité se retrouve également dans les modalités de fréquentation (temps passé dans la structure) et dans les activités proposées (ludiques ou à vocation de socialisation).

La mise en œuvre de ces dispositifs est conditionnée par une bonne articulation de tous les partenaires : PMI, CAF, DDASS, conseils généraux, associations, municipalités (ces dernières étant les maîtres-d'œuvre des réalisations entreprises).

La structure passerelle
Il s'agit de structures de la petite enfance travaillant sur l'accueil des enfants de 2 ans et sur leur passage à l'école.
Les locaux sont choisis par la municipalité. Ils sont proches si possible de l'école. Ces structures peuvent accueillir 15 enfants environ, mais ceux-ci peuvent partir en cours d'année, certains intégrant la maternelle. Un enseignant à mi-temps ou un éducateur de jeunes enfants à temps complet peut intervenir dans ces structures. Le référent est le responsable petite enfance. Un contrat est à élaborer avec les parents. A noter : la continuité pendant les vacances.

La classe passerelle
C'est une structure de l'Education nationale, aménagée pour les enfants de 2 ans avec des actions passerelles et un partenariat avec la petite enfance. Installée dans l'école maternelle, elle peut accueillir 15 à 20 enfants si les moyens nécessaires sont accordés par l'Education nationale. Un enseignant à temps complet ou à temps partiel ou un éducateur de jeunes enfants à temps complet, un Asem, des partenaires de la PMI peuvent intervenir dans ces structures. Le référent est le responsable de la classe ou le chef d'établissement.