Accueil > Documents non rubriqués

Construire avec l'élève une dynamique de progrès

Temps de lecture : 6 minutes

Construire une dynamique de progrès avec l'aide de l'élève basée sur l'observation, le dialoque, le choix d'objectifs, l'élaboration d'un contrat de réussite.

Construire une dynamique de progrès c'est déjà penser que je peux avec l'aide de l'élève améliorer les choses.
Il s'agit donc d'une mise en place de contrat dans le cadre de la classe. On vise ici l'amélioration des " symptômes " dans le cadre de la classe, dans le cadre de l'école. On cherche à aider l'élève, à repérer quelles sont ses attitudes et ses faits et gestes qui perturbent, lui-même mais aussi les autres élèves.
Cette démarche s'appuie sur des conceptions comportementalistes. Dans cette approche, le comportement est conçu comme quelque chose qui s'apprend et qui peut donc être modifié.
Les idées forces sont : une progressivité de la démarche ; utiliser le principe des récompenses et des punitions en les symbolisant ; nommer les comportements non souhaités et les comportements souhaités.

L'observation
Pour cela, Il faut déjà rassembler des éléments d'observation. Quand, où, comment à quelle fréquence, avec qui surviennent les perturbations ? Quelles sont ses perturbations ?
Le relevé de ces observations permet de sortir d'un amas d'impressions et pourra être utile à l'élève qui ne réalise pas forcément l'impact de ces comportements non attendus.
A lire sur sitEColes : De l'observation spontanée à une observation construite.

Le dialogue avec l'élève
L'analyse des besoins s'effectue avec l'élève. Cela permet de mesurer quelles perceptions l'élève a de ses attitudes. En souffre-t-il ? Réalise-t-il l'impact de ses attitudes ? Veut-il progresser ? Que croit-il possible d'améliorer ? De quelles aides pourrait-il avoir besoin ? Ce dialogue doit garder un caractère évolutif, adaptable et modifiable qui permet de réajuster si on s'est trompé et un caractère individuel sans trop focaliser non plus (risque de marginalisation et de questionnement de la part des autres).

Le choix des objectifs
Il vaut mieux un contrat modeste, progressif et réaliste qu'un contrat ambitieux, irréalisable. Cela serait peut-être même pire que de ne rien faire. Le choix des objectifs est très important. Il faut choisir des objectifs que l'enfant va pouvoir atteindre (dans un premier temps, que cela ne soit pas trop difficile).
Ces objectifs doivent être adaptés à la difficulté de l'enfant, son âge et ses possibilités.
Enoncer quelques objectifs (2 à 5…en fonction de l'âge …) et précisez clairement les comportements attendus de la façon la plus explicite pour l'enfant.
Ceci servira à la régulation du contrat.
On peut aussi montrer les conséquences qui se produiront si l'objectif est atteint.

Elaborer avec l'élève un document dans lequel apparaissent les modalités de réalisation, la démarche à suivre, les aides possibles et l'échéancier ainsi que les modalités d'évaluation.
L'échéancier doit se faire en fonction de l'âge de l'enfant. Plus l'enfant est jeune, plus le découpage dans le temps va être réduit (1/4 de journée à ½ journées…).
La prise de décision est ensuite formalisée et solennisée entre l'enseignant et l'élève.
Les parents peuvent être associés dans un 2ème temps (de même le chef d'établissement). Cependant le fait d'associer les parents peut avoir un effet pervers car s'ils investissent beaucoup dans ce contrat et si les progrès ne se réalisent pas, la situation peut s'aggraver.

Ce qui aide à la réussite d'un contrat :
Une attitude positive (croire qu'il y a quelque chose de possible à faire)
Bien mesurer le progrès possible (non souhaitable ou idéal..)
Trouver les objectifs pertinents et les aides possibles adéquates ainsi que l'échéancier adapté pour la régulation.

Bibliographie :
Aider les élèves à apprendre, DE VECCHI, Gérard, (1992), Hachette éducation.
La pédagogie du contrat, PRZESMYCKI, Halina, (1994), Hachette éducation

A consulter sur Internet : Le contrat