Accueil > Documents non rubriqués

Une Fête juive : Pourim

Temps de lecture : 5 minutes
Une Fête juive : Pourim

Fête religieuse et grande fête populaire

La fête de POURIM célèbre le triomphe, rapporté par le livre biblique d'Esther, des juifs exilés sur leur ennemi, le ministre du roi des Perses, Haman. Elle a lieu les 14 et 15 du mois d'adar (février-mars).

Le livre d 'Esther raconte que, sous le règne d'Assuérus (486-465 av JC), les juifs de Perse et de Médie sont menacés dans leurs vies par Haman, qui a fait le projet de les anéantir. Haman a jeté les pourim, c'est-à-dire les " sorts ", afin de savoir quel jour était le plus propice à l'extermination des juifs : la date est finalement fixée pour le 13 adar. Mais la reine, Esther, qui est juive, se présente devant le roi et l'implore. Le complot se retourne contre Haman qui est pendu. Les juifs sont réhabilités dans tout l'empire. La Bible rapporte enfin comment en souvenir de ce retournement, les 14e et 15e jours du mois d'adar seraient désormais des jours de joie et de liesse pour toutes les générations à venir.

Pratiques :

  • Pourim est une grande fête populaire. Elle se traduit par une mascarade ou un carnaval. L'histoire d'Esther est jouée par des enfants déguisés, agitant des crécelles. De grands défilés se forment dans les rues. C'est l'expression d'une joie après l'angoisse.
  • Le festin est de rigueur et on n'oublie pas de donner des cadeaux et d'être charitable envers les pauvres pour que tous puissent participer.
  • Pourim est une fête religieuse car le récit tend à montrer que les juifs, en proie à la persécution, sont sauvés grâce à la présence cachée de Dieu qui guide l'histoire.

    Texte de référence (extrait du livre d'Esther) :

    Haman dit au roi Xerxès :
    - Majesté, il existe un peuple particulier, dont les membres sont dispersés dans toutes les provinces de ton empire. Ils vivent à part, ils suivent des coutumes qui ne ressemblent à celles d'aucun autre peuple et ils n'obéissent pas aux lois royales. Tu n'as pas intérêt à laisser ces gens-là tranquilles ! Si tu le juges bon, veuille donner par écrit l'ordre de les exterminer. (…)

    Mardochée rédigea le récit de ces événements. Puis il envoya des lettres à tous les juifs qui vivaient dans les provinces proches ou lointaines de l'empire de Xerxès. Il leur demandait de célébrer une fête chaque année, le quatorze et le quinze du mois d'adar. En effet, ces jours-là, les juifs s'étaient débarrassés de leurs ennemis ; ce mois-là, leur détresse s'était transformée en joie et leur malheur en bonheur. Ils devaient donc commémorer ces événements en festoyant joyeusement, en s'envoyant des cadeaux les uns aux autres et en faisant des dons aux pauvres. Les juifs suivirent les instructions de Mardochée et acceptèrent que la fête célébrée une première fois devienne une tradition.