Accueil > Documents non rubriqués

"Chut... faites attention... C'est important"

Temps de lecture : 10 minutes
"Chut... faites attention... C'est important"

Des moyens à mettre en œuvre pour faciliter attention et écoute dans la classe.

Dans le quotidien de la classe, combien de fois, nous arrêtons nous pour répéter cette formule ? Bien sur nous essayons de capter l'attention de nos élèves, mais la formule n'est pas magique.
En ce début d'année, il peut-être utile de réfléchir aux moyens à mettre en œuvre pour faciliter dans la classe ce travail d'attention et d'écoute qui est fondamental. Voici trois axes de réflexion et d'invitation à penser votre classe en mouvements.

1. Quand nous disons Chut, écoutez…Faites attention.
Nous faisons appel à des représentations autour de la faculté d'attention qui accordent une grande importance au regard et à l'immobilité. Nous avons besoin en tant qu'adultes de capter le regard de notre interlocuteur. Hors pour de jeunes enfants, jusque vers 10 ans, l'attention à ce qui se vit autour d'eux ne se traduit pas encore de cette façon élaborée et codifiée par notre système de communication.
Nous le savons tous, de jeunes enfants peuvent très bien être occupés à jouer pendant que vous discutez avec un ami. Vous ne vous en inquiétez pas, vous parlez presque comme s'il n'était pas là. Et surprise, quelques jours après, tout d'un coup il fera allusion à une parole échangée de manière extrêmement précise. Il pouvait donc être attentif à votre conversation tout en poursuivant son activité ludique.
Aussi, nous ne pouvons dire qu'un enfant est attentif parce qu'il nous regarde quand nous parlons, mais uniquement parce qu'il réagira de manière pertinente aux informations transmises.
En observant des élèves en classe de CP, CE1, nombreux sont ceux qui semblent s'occuper gentiment à autre chose pendant que l'enseignant donne un point d'explication ou que la classe élabore une nouvelle connaissance. Ceux-là mêmes peuvent être très pertinents dans l'exercice d'application qui suivra. D'autres, apparemment plus attentifs, se trouveront plus démunis.
Donc jusqu'en cycle 3, nous ne pouvons pas compter sur la captation du regard pour nous assurer de l'écoute attentive des élèves.
Il est certain que nous n'avons pas la baguette magique du chef d'orchestre et il est nécessaire qu'il y ait des moments de silence dans la classe. Que faire ?
Chaque enseignant a son répertoire : clochette, taper dans ses mains, diffuser un morceau de musique. Et toutes ces idées sont utiles et fonctionnent.
L'attention et la concentration sont liées aux capacités de vigilance qui ont besoin d'être entraînées. Elles sont aussi liées à la mise en projet et au désir d'agir.
Certaines approches, comme le yoga, la sophrologie. Pratiquées et utilisées couramment par les choristes et les musiciens peuvent nous aider à développer cette capacité.

2. Apprendre à respirer.
En devenant conscient de notre respiration, nous augmentons notre présence à nous-mêmes et par là même nous devenons plus attentifs au monde qui nous entoure. De nombreux exercices sont possibles. Ils peuvent se pratiquer debout en classe, assis et ne durer que quelques minutes. Ainsi, au lieu de dire, chut, écoutez, faites attention, nous pourrions prendre ces minutes pour demander aux enfants de respirer.
Apprendre à marquer l'inspire et l'expire. Inspirez sur 3 temps, expirez de même.
Inspirez, bloquez, expirez, bloquez.
Dessinez un triangle au tableau, vous parcourez coté après coté à l'aide de la craie qui repasse lentement sur chacun des côtés. Vous demandez aux élèves de suivre votre mouvement en inspirant, puis en expirant.
De grandes expirations en soufflant par le nez permettent de libérer un trop plein d'énergie ou même une sensation de mal-être.
Les respirations hautes (pratiquées bouche fermée par le nez) favorisent l'oxygénation du cerveau.

3. Bouger et respirer.
Le fait d'associer des mouvements et la respiration demande encore plus de présence à soi-même. Par exemple, faites l'expérience, toute simple de contracter vos doigts en inspirant et de relâcher en expirant. Vous êtes malgré vous attentifs à ce simple mouvement et vous développez ainsi vos capacités d'attention. L'exercice peut-être complexifié, les doigts des mains, les orteils, les mains, les bras, les jambes, le visage. Un côté du corps, l'autre.
Des exercices comme le chandelier appris puis proposés 3 fois de suite procurent détente, respiration et entraînent de même l'attention.

Les élèves sont debout à coté de leur table ; pieds légèrement écartés et parallèles, les bras le long du corps.
1. En inspirant, les élèves montent les avant-bras et posent les mains sur les épaules ; expirer dans cette position.
2. En inspirant, monter les coudes à hauteur des épaules, expirer dans cette position.
3. En inspirant, ouvrir les bras jusqu'à la verticale, expirer dans cette position.
4. En inspirant, tirer les coudes vers l'arrière, expirer en ramenant les mains sur les épaules.
5. Inspirez dans cette position, expirez en ramenant les coudes à hauteur de la poitrine.
6. Inspirez dans cette position, expirez en ramenant les mains à hauteur des cuisses.
Cet exercice est décrit par plusieurs auteurs et provient du yoga.

Enfin les exercices d'équilibre tout simples sollicitent aussi les capacités d'attention. De même, essayez de vous grandir sur la pointe des pieds en inspirant et de redescendre en expirant, vous constaterez la nécessaire attention que vous avez mise en jeu. Pour s'aider,il peut-être utile de prendre un point d'appui visuel (fixez devant soi un point). En le proposant aux élèves, vous constaterez ainsi les difficultés de certains à monter un équilibre.
Proposer ces quelques exercices peut provoquer les premières fois des fous rire ; cela est normal ; expliquez alors l'objectif poursuivi, vous verrez que les élèves y prendront du plaisir, vous aussi.

4. Des livres utiles
Cabrol C., Raymond P., La douce : méthode de gymnastique douce et de yoga pour les enfants, MDI, 1987, 216 p.
Flake, M., Coulon de J., Des enfants qui réussissent ou le yoga à l'école,, Desclée de Brouwer, 1985, 182 p.
Choque J., Gischia Gia C., Concentration et relaxation pour les enfants, A. Michel, 2000, 128 p.