Accueil > Documents non rubriqués

Le Débat philosophique à l'école des parents

Temps de lecture : 8 minutes

Pour ces questions existentielles, comment mettre les parents dans le coup des débats qui se vivent en classe ? Deux expériences sont ici relatées.

Une information est donnée aux parents sur les débats "philosophiques" qui sont menés en classe et on les invite à s'y associer. Expérience de Brigitte Haltebourg.
Aider les parents à se représenter, à se faire une idée de ce que sont ces débats. Leur expliquer ce qui est important, ce qui est visé par cette initiative.
- Aborder une question de l'existence
- Penser à plusieurs
- Prendre la parole,
- Argumenter
- Faire évoluer son propre jugement en réfléchissant à plusieurs sur la question.
Ceci est expliqué en amont du débat.
Le plus souvent, la question du débat est communiquée quelques jours à l'avance et il est possible (même souhaitable) d'en parler en famille. Ceci aide les enfants à se préparer et les mets déjà dans la réflexion.
Après le débat :
Les jours suivants, les parents reçoivent un compte-rendu de la discussion, le plus fidèle possible à ce qui a été dit. Il comporte le déroulement de la réflexion :
- La question de départ
- Les interventions des enfants, parfois en reformulant leurs idées, parfois en les citant (mais en ne nommant jamais). Les citations aident les enfants à s'y retrouver.
- Les interventions de l'adulte qui anime : questions qui ont été posées pour faire avancer la réflexion.
- Nos conclusions ou la question qui se pose à la fin du débat.
Dans ce compte rendu, l'enseignant essaie de valoriser les attitudes des enfants, de montrer "l'intelligence" dont ils ont fait preuve.
- Le compte-rendu évoque en quelques mots l'enthousiasme des enfants et celui des enseignants et la conviction qu'ils sont capables de penser et d'émettre des idées très intéressantes. Il s'agit de "montrer la considération dans laquelle on les tient".
Les parents sont invités à réfléchir à leur tour et à communiquer leur pensée. Beaucoup jouent le jeu; les réponses sont lues en classe : c'est encore une chance d'en reparler en famille.

Et si les parents venaient débattre à l'école ? Expérience de Marie-Lorraine Paysant
L'initiative est partie des parents, suite à un travail de discussions philosophiques dans une classe de CM1/CM2. Les conclusions des débats menés en classe sont consignées sur un cahier "philo" qui est relu à la maison et signé par les parents.
Du même coup, des parents de CM1 ont dit à l'enseignante : "Et pourquoi pas nous ?" … pourquoi pas ? Allons-y ! Et le groupe se lance dans l'aventure en s'intitulant "Le groupe qui en a envie".
Ainsi, une première rencontre "Brioche café échanges" a lieu, un samedi matin (quand les enfants sont en classe). Son thème : "Entrer en relation". Un quart des familles est représenté ! L'expérience est concluante, alors, on décide de proposer autour des difficultés avec les adolescents.
Pour la troisième matinée, le thème n'est pas donné à l'avance, mais le groupe qui prépare propose quelques questions pour enclencher les échanges.
Comme cette matinée arrive au lendemain d'événements violents dans le monde, le thème de la séance est l'espoir. Les enfants ont préparé avec l'enseignante des vignettes qui seront collées sur les tables et permettront de lancer les échanges "porter l'espoir", "garder son espoir", "s'enrichir d'espoir", "améliorer son espoir". Les parents qui préparent ont souhaité des termes simples pour que chacun s'y retrouve. De l'espoir, on peut penser que les échanges pourront conduire à l'espérance.
Cette initiative partie d'un groupe de parents avec une enseignante se poursuit en lien avec l'Association des Parents d'Elèves de l'école.
Le prêtre référent de l'établissement participe à ces rencontres, sans y tenir un rôle particulier. Cette démarche entre bien dans le développement de toute la personne et le lien avec les familles, points forts du projet de l'Enseignement catholique. Cela peut aussi aider des parents à poser leurs questions par rapport à la foi.
L'expérience est récente, mais des constats peuvent déjà être réalisés :
- Diversité des familles présentes (à l'image de l'école)
- Un grand respect de ce que chacun exprime.
- Cela change aussi le regard des parents sur l'école et les rend plus "partenaires", moins "observateurs". "Ils font partie du bateau".
Se parler entre adultes, dans l'école, sur d'autres sujet que le travail scolaire, c'est sans doute une bonne manière de vivre la "co-éducation" et de favoriser une cohérence dans l'action éducative.
L'école de tous les âges … ?