Accueil > Documents non rubriqués

L'Epiphanie, entre évangile et légendes

Temps de lecture : 17 minutes

Pour mener une activité avec les cycle 3 sur le sens de l'Epiphanie à travers des oeuvres d'art et le texte de la bible.

Dimension religieuse de la culture. Activités pour cycle 3.
Objectifs

 

  • Découvrir un texte biblique et le sens qu'en donnent les chrétiens.

  • Regarder des œuvres d'art inspirées par l'évangile de Matthieu 2, 1-12.

  • Documentation

  • Des " Nouveau Testament " ou des Bibles.

  • Des reproductions d'œuvres d'art représentant l'Adoration des Mages

  • Une carte de la Palestine (Pierres Vivantes, éd.bleue, p. 41)

  • Crayons de couleurs ou feutres surligneurs

  • Phase 1 : Les enfants disent ce qu'ils savent sur les Mages et l'Epiphanie.

  • Ecrire au tableau les mots (noms propres et communs) significatifs au fur et à mesure.

  • Eventuellement, à partir de là, reconstituer le récit de la visite des mages.

  • Phase 2 : Découverte du texte de Matthieu 2, 1-12. (voir ci-dessous)
    Repérage dans le Nouveau Testament
    - Lecture silencieuse
    - Remettre le texte de Matthieu polycopié.
    - Juxtaposer les deux textes.
    - Colorier les informations similaires dans les deux textes.
     

    texte de Matthieu



    Entrer plus avant dans le texte en s'aidant du questionnaire ci-dessous
    D'après Rencontrer le Christ aujourd'hui, Hari-Singer, éd. du Signe

    Attention !
    D'après Rencontrer Jésus Le Christ aujourd'hui - Hari-Singer Ed. : du Signe
    Au temps de Jésus : quand Jésus naît - sans doute vers moins 6 avant notre ère - Hérode est roi de Judée depuis plus de 30 ans. C'est grâce à l'appui des Romains que cet étranger est devenu roi. Il est détesté et a de plus en plus peur de perdre son trône.
    Au temps des Evangiles : ce texte n'est pas un reportage écrit par un journaliste. Quand Matthieu écrit son Evangile, Hérode est déjà mort depuis plus de 80 ans ; mais on se souvient encore de lui. Matthieu s'adresse à d'anciens juifs convertis au christianisme : les judéo-chrétiens. Viennent s'ajouter à eux des gens venus d'autres religions et d'autres pays : des païens et des étrangers.
    Matthieu leur montre que dès la naissance de Jésus, des mages d'Orient ont été conduits vers lui et que la religion nouvelle est ouverte à tous les peuples. Les premiers chrétiens sont souvent persécutés. En rappelant la figure d'Hérode le sanguinaire, Matthieu montre que la persécution fait partie dès le départ de la vie de Jésus et de celle des premiers chrétiens.
    Phase 3 : Lire la légende : " Le Quatrième roi mage " Cf. texte ci-dessous ou dans un album.
    - Quel message délivre-t-elle ?
    Phase 4 : découvrir des œuvres d'art représentant l'Adoration des Mages
    - In Le premier Noël, éd. Centurion, p. 22 : L'adoration des Mages, Gérard David
    Couverture : école de Fra Angelico.
    - Le merveilleux livre de l'Enfant Jésus, Yann Le Pichon, éd. Droguet et Ardant
    p. 94-95 : Mathias Stomer
    p. 104 : Hippolyte Flandrin
    p. 106-107 : Pieter Franz Grebber
    p. 110-111 : Hans Memling
    p 113 : Vitrail de la basilique Saint-Denis
    p. 115 : Diego Velasquez
    p. 116 : Andrea Mantegna
    - L'adoration des mages, dans la collection " Les incontournables de l'art religieux ", éd. Andrea Lemani.
    - Identifier ce qui est représenté. Décrire.Eventuellement le message qui s'en dégage en repérant l'organisation du tableau, le langage symbolique (couleurs, …).

    Texte de l'évangile de Saint Matthieu
    1 Jésus étant né à Bethléem de Judée aux jours du roi Hérode, voici que des mages venant d'Orient se présentèrent à Jérusalem 2 en disant : " Où est le roi des Juifs nouveau-né ? Nous avons vu son étoile en Orient et nous sommes venus nous prosterner devant lui. " 3 En entendant cela, le roi Hérode fut troublé et tout Jérusalem avec lui.
    4 Il réunit tous les chefs des prêtres et les scribes du peuple, et leur demanda où devait naître le Christ. 5 Ils lui dirent : " A Bethléem de Judée ; car ainsi est-il écrit par le prophète : 6 Et toi Bethléem, terre de Juda, tu n'es sûrement pas la dernière des villes de Juda, car c'est de toi que sortira le chef qui fera paître mon peuple Israël. "
    7 Alors Hérode appela en secret les mages. Il se fit préciser par eux le moment de l'apparition de l'étoile. 8 Il les envoya à Bethléem et leur dit : " Allez, et renseignez-vous avec précision sur le petit enfant. Quand vous l'aurez trouvé, annoncez-le moi afin que j'aille moi aussi me prosterner devant lui. " 9 Ayant entendu le roi, ils partirent. Et voici que l'étoile qu'ils avaient vue en Orient les précédait jusqu'à ce qu'elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait le petit enfant. 10 En voyant l'étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie.
    11 Ils entrèrent dans la maison. Ils virent le petit enfant avec Marie, sa mère. Ils tombèrent à genoux et se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs trésors et lui offrirent en cadeau de l'or, de l'encens et de la myrrhe. 12 Et avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.
    Questionnaire pour découvrir le texte de l'évangile
    - Essaie de retrouver le chemin des mages sur la carte de Palestine.
    - Quel est le rôle de l'étoile dans ce texte.
    - Comparez-le au rôle de l'Ange dans le récit de l'annonce faite aux bergers (Luc 2, 1-18) ?
    - Quelle expression montre qu'Hérode a peur pour son trône ?
    - Quels sont les nouveaux titres donnés à Jésus dans ce texte ?
    - Cherche dans le dictionnaire le sens des mots : mages, or, encens, myrrhe

    "Le quatrième Roi Mage" de Joannes Joergensen - Edition du Seuil, 1961, p.63-67
    Les sages de l'Orient apportèrent l'or, l'encens et la myrrhe pure. Une vieille légende raconte que lorsqu'ils déposèrent leurs trésors, l'enfant ne voulut pas sourire. Marie était très honorée par l'encens, qui brûlait comme elle l'avait vu brûler dans le temple de Jérusalem, et, les yeux pleins de larmes, elle cacha la myrrhe dans son sein. Mais l'enfant ne tendit pas ses petites mains vers l'or éclatant ; la fumée fit tousser ses petits poumons ; il se détourna de la myrrhe et embrassa les larmes dans les yeux de sa mère.
    Les trois saints rois se relevèrent et prirent congé, avec le sentiment de gens qui n'ont pas été appréciés selon leur mérite. Mais quand la tête et le cou de leurs dromadaires eurent disparu derrière les montagnes, quand le dernier tintement de leur harnais eut expiré sur la route de Jérusalem, alors parut le quatrième roi. Il apportait de Perse trois perles précieuses. Mais il arrivait trop tard, les autres rois étaient partis. Il arrivait trop tard… et les mains vides… il n'avait plus de perles !
    Il ouvrit lentement les portes de l'étable sainte où se trouvaient le Fils de Dieu, la Mère de Dieu et le père nourricier de Dieu. Le jour tombait, l'étable devenait sombre ; une légère odeur d'encens flottait encore… Joseph retournait la paille de la crèche pour la nuit, l'Enfant Jésus était sur les genoux de sa mère. Elle le berçait doucement.
    Lentement, en hésitant, le roi de Perse s'avança puis il se jeta aux pieds de l'Enfant et de sa mère. Lentement, en hésitant, il commença à parler.
    " Seigneur, dit-il, j'avais une offrande pour toi, trois perles précieuses, grosses comme un œuf de pigeon, trois vraies perles de la Mer Persique. Je ne les ai plus.
    Je suis venu à part des trois autres rois. Ils marchaient devant moi sur leurs dromadaires ; je suis resté en arrière dans une hôtellerie sur le bord du chemin. J'eus tort... Quand j'entrais dans la salle des voyageurs, j'aperçus un vieillard tremblant de fièvre, étendu sur le banc du poêle. Nul ne savait qui il était. Sa bourse était vide ; il n'avait pas d'argent pour payer le médecin et les soins qui lui étaient nécessaires. Seigneur, pardonne-moi, j'ai pris une perle de ma ceinture et l'ai donnée à l'aubergiste, pour qu'il lui procurât un médecin et lui assurât les soins et, s'il mourait, une tombe en terre bénie.
    Le lendemain je repartis. Je poussais mon âne autant que possible pour rejoindre les trois autres rois. Soudain j'entendis des cris venant d'un fourré. Je sautai de ma monture et trouvai des soldats qui s'étaient emparés d'une jeune femme et s'apprêtaient à lui faire violence. Ils étaient trop nombreux, je ne pouvais songer à me battre avec eux. Oh ! Seigneur pardonne-moi encore une fois, je mis la main à la ceinture, pris ma seconde perle et achetai sa délivrance. A présent il ne me restait plus qu'une perle, mais au moins je voulais te l'apporter, Seigneur !
    Il était plus de midi. Avant le soir je pouvais être à Bethléem à tes pieds. Alors je vis une petite ville à laquelle les soldats d'Hérode avaient mis le feu. Je m'approchai et trouvai les soldats d'Hérode tuant tous les garçons de deux ans et au-dessous. Près d'une maison en feu, un grand soldat balançait un petit enfant nu qu'il tenait par une jambe. L'enfant criait et se débattait. Le soldat disait : " Maintenant, je le lâche et il va tomber dans le feu. Il fera un bon rôti de cochon. " La mère poussa un cri perçant. Seigneur, pardonne-moi ! Je pris ma dernière perle et la donnai au soldat pour qu'il rendît l'enfant à sa mère. Seigneur, c'est pourquoi me voilà les mains vides. Pardonne-moi, pardonne. "
    Le silence régna dans l'étable quand le roi eut achevé sa confession. Pendant un instant il resta le front appuyé contre le sol ; enfin il osa lever les yeux. Joseph avait fini de retourner la paille et s'était approché. Marie regardait son fils qui était contre son sein. Dormait-il ? Non. L'Enfant-Jésus ne dormait pas. Lentement, il se tourna vers le roi de Perse. Son visage rayonnait ; il étendit ses deux petites mains vers les mains vides. Et l'Enfant-Jésus sourit.