Accueil > Documents non rubriqués

Une Bonne Nouvelle pour tous les éducateurs ?

Temps de lecture : 23 minutes
Une Bonne Nouvelle pour tous les éducateurs ?

SitEColes ouvre une série de réflexions éducatives et pédagogiques, à partir de textes de la Bible, lus du point de vue de l’éducateur croyant ou non croyant. Ce mois-ci : Former et éduquer, se faire artisan de la création.

Le texte de la Bible :
Livre de la Genèse, 1,1 - 2,4

Former et éduquer, se faire artisan de la création …

1. Deux récits de la création pour réfléchir
La bible s’ouvre par les deux récits de la création. Le premier se présente sous la forme d’un poème (Genèse, chapitre 1 et 2, 1-4a), où la création se déploie en six jours, avant le repos de Dieu au 7ème jour. Le second est un récit qui nous présente la survenue d’Adam et Eve dans le jardin d’Eden. (Chapitre 2, 4b-25). Deux textes pour honorer le questionnement de tout homme sur les origines. Il ne s’agit pas de répondre à la question du « comment », d’expliquer le processus de constitution de notre terre habitée. Il s’agit de se situer devant un « pourquoi », de comprendre la volonté créatrice de Dieu et la place de l’homme dans le monde.
La parole créatrice
« Dieu dit : « Que la lumière soit. » Et la lumière fut. » (Ge, 1, 3). Cette parole qui s’exprime pour qu’adviennent les éléments, puis la flore et la faune, est d’abord solitaire. Lorsque viendra la création de l’homme, cette parole devient adressée et se fait dialogue : « Dieu les bénit et leur dit... » (Ge, 1, 28). Avec l’apparition de l’homme s’ouvre la conversation qui tourne les uns vers les autres et qui ouvre à l’alliance.
Le passage du chaos à l’organisation
La création donne forme à une terre qui était « informe et vide » (Genèse, 1,2). La succession des jours va séparer le ténébreux du lumineux, le liquide du solide, puis les différents règnes végétaux et animaux, organisés « selon leur espèce ». Ainsi la création fait passer du chaos inorganisé au cosmos structuré et différencié. 
La dignité de l’homme
Puis vient le sixième jour, la création de l’homme, aboutissement de la création. « Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance. Qu’il soit le maître des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, des bestiaux, de toutes les bêtes sauvages, et de toutes les bestioles qui vont et viennent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, à l’image de Dieu il le créa, il les créa homme et femme. » (Ge, 1, 26-27).  
Ainsi – révélation inouïe- l’homme est fait « à l’image de Dieu ». C’est dire qu’il est du divin en l’homme, qui occupe une place à part dans la création. Pour le croyant, cette ressemblance fonde l’inaliénable dignité de toute personne humaine. Comme le souligne le Concile Vatican II, dans la constitution sur l’Eglise et le monde de ce temps, « tout sur terre doit être ordonné à l’homme comme à son centre et à son sommet. » (12,1)
L’homme responsable de la nature
C’est pourquoi, Dieu lui donne une souveraineté sur le monde créé. « Remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. ». (Ge, 1, 28). Ce verset ne doit néanmoins pas être interprété comme une toute puissance de l’homme sur la création qu’il pourrait exploiter sans limite. La formulation du second récit est plus claire à cet égard : « Le Seigneur Dieu prit l’homme et le conduisit dans le jardin d’Eden pour qu’il le travaille et le garde. » (Ge, 2, 15.). Le pape François précise, dans l’encyclique Laudato Si’ : « Garder signifie protéger, sauvegarder, préserver, soigner, surveiller. Cela implique une relation de réciprocité responsable entre l’être humain et la nature. » (§67). A l’homme est donc confiée la connaissance de la Nature, pour qu’il puisse y vivre harmonieusement. Adam est chargé de nommer les créatures, et, par-là, d’inaugurer la connaissance scientifique : « Avec de la terre, le Seigneur Dieu modela toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun. » (Ge, 2, 19)
L’homme un être de relation
Enfin la création de l’homme est création du couple, homme et femme en relation, puisqu’il « n’est pas bon que l’homme soit seul » (Ge, 2,18) comme le dit Dieu à propos d’Adam. Ainsi, est affirmé, dès l’origine la nature nécessairement sociale et relationnelle de la personne humaine : « Cette société de l’homme et de la femme est l’expression première de la communion des personnes. Car l’homme, de par sa nature profonde, est un être social, et, sans relation avec autrui, il ne peut vivre (...) ni épanouir ses qualités » (L’Eglise dans le monde de ce temps, 12,4)

2. Contempler et se reposer
L’émerveillement devant la création

Le premier texte de la Genèse, écrit comme un poème, est rythmé par l’expression de l’émerveillement de Dieu devant la création. L’évocation de chacun des six jours se termine par : « Et Dieu vit que cela était bon. ». Et l’émerveillement redouble, à l’issue du 6ème jour, dans la contemplation par Dieu de l’homme et de toute la création : « Et Dieu vit tout ce qu’il avait fait ; et voici : cela était très bon. » (Ge, 1, 31). Ainsi Dieu admire sa création et l’homme, réciproquement, sera invité à le louer dans la création. C’est bien ce que suggère le titre de l’encyclique du pape François sur la sauvegarde de la planète et de l’humanité : Laudato Si’.
Le repos de Dieu
Cette nécessaire contemplation oblige à s’arrêter, à se reposer. C’est ce que fait Dieu au septième jour. « Dieu avait achevé l’œuvre qu’il avait faite. Il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. » (Ge, 2,2). Le texte biblique fonde ainsi le repos du sabbat, devenu pour les chrétiens, jour du Seigneur et repos dominical. Mais ce repos de Dieu inaugure aussi le temps de l’humanité et de la responsabilité humaine. Dieu se repose, se retire en quelque sorte de sa création, pour se reposer sur l’homme, qu’il invite ainsi à sa faire co-créateur.

3. Que suggère ce texte pour l’éducateur ?
La tâche éducative est ainsi participation à la création

Après l’acte procréateur qui transmet la vie reçue, parents, éducateurs et enseignants sont invités à se faire co-créateurs, pour accompagner la croissance et l’accomplissement des enfants et des jeunes. 
Sur sitEColes
Les acteurs de la communauté éducative
Un document publié par le SGEC (Secrétariat Général de l’Enseignement Catholique) qui propose une entrée par les différents membres de la dite communauté éducative.
Dialoguer avec les parents
La responsabilité des parents et des enseignants. Vers une logique d'alliance.
Quels espaces de liberté pour les élèves en classe et dans l’école ?
« Développer l’autonomie », « éduquer au choix » : ce sont des objectifs que se fixent tous les enseignants et que l’on retrouve bien souvent mentionnés dans les projets d’établissements. Or, pour que les élèves puissent devenir plus autonomes et apprendre à faire des choix, il faut qu’il existe des espaces de liberté dans lesquels ils puissent vivre de réelles situations d’autonomie. Cet article est conçu comme une « banque d’idées » dans laquelle chacun pourra piocher pour instaurer et exploiter au mieux des espaces de liberté dans la classe et dans l’école.
Les enjeux de la compétence "agir en éducateur responsable et selon des principes éthiques"
C'est une compétence du référentiel des maîtres. Comment la vivre dans l'Enseignement catholique ? Quelle formation pour la développer ? 

La parole est fondatrice 
Dans ce parcours, elle appelle à être et à grandir. Soyons attentifs : il est des paroles qui entraînent, élèvent, et d’autres qui peuvent abaisser, écraser...
Sur sitEColes
Parler ou avoir la parole
La parole en récréation, à la cantine, en catéchèse, en classe, à l'école. Parole piégée et parole vraie. Comment penser l'école pour favoriser une parole vraie...
Éducation à la parole
Ce qu'en disent les textes officiels ; Quand, comment et dans quels buts l'enfant prend et apprend la parole ?
La Parole au service de l'apprentissage de l'élève  
Parole d'un enseignant en classe ASH sur la parole avec les enfants à besoins éducatifs particuliers.

Vers une connaissance organisée et structurée
Le travail de transmission, nécessairement articulé à l’éducation, consiste bien à faire entrer chacun dans une connaissance organisée et structurée. Par un enseignement patient, il s’agit bien de permettre à chacun de passer du chaos au cosmos.
Sur sitEColes
Réflexions sur les conditions favorables à l'apprentissage
Comment, en lisant un roman, je me suis retrouvée rattrapée par ma profession...
Espace de liberté et bien-être à l’école
Que proposer dans la classe, dans l’école pour que les élèves trouvent les conditions qui les rendront sereins et disponibles aux apprentissages, qui leur faciliteront l’accès au savoir, le développement de l’estime de soi… ?
Comment faire entrer l’intelligence collective dans une salle de classe ?
Témoignage d’une enseignante en CE2 qui nous fait part de son expérience de mise en place d’outils autour de la pédagogie coopérative et des intelligences collectives.
Enseigner par tâches complexes
Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique.
L’école entre révélation et élévation
Croyance, connaissances, numérique, lecture, Dieu… des objets de controverses organisées par l’université René Descartes à Paris en présence de la ministre de l’Éducation nationale.

Dignité, fraternité, responsabilité
Éduquer, c’est bien entendu faire percevoir à chacun sa propre dignité et la dignité de toute personne humaine. Et, si nous sommes bien convaincus que la personne humaine est par nature un être social, nous ne pouvons désolidariser la recherche légitime de l’épanouissement personnel de l’établissement de relations harmonieuses entre tous. La classe, l’établissement sont des laboratoires de fraternité. Et le respect dû à toute personne ne peut, aujourd’hui, être séparé du soin porté à la planète. Nous avons à former chacun à la responsabilité : responsabilité vis-à-vis de soi-même, des autres et de l’environnement.
Sur sitEColes
Fraternité
En référence avec la devise de la République française, Liberté-Egalité-Fraternité, des pistes pour parler et vivre la fraternité dans nos écoles. 
Autonomie, entraide, responsabilité : des valeurs partagées dans une petite école
Dans une petite école ce sont les valeurs et les finalités partagées, entre les enseignants et l’ensemble de la communauté éducative, qui donnent sens au travail de tous les jours…
Nous avons testé le conseil coopératif !
Régler les conflits ? Réguler sa vie de classe ? Donner l’esprit d’initiative et d’autonomie en classe ? C'est possible grâce à la pratique régulière du conseil coopératif. Témoignages.
Textes à méditer : Respect (et si on parlait respect…)
Le test des trois passoires ; Le vieil homme et le chien ; Vos enfants ne sont pas vos enfants ; Homme de couleur ; Si un enfant vit dans la critique ; Le roi et le jardin ; Un sourire ; Laisse-nous être dérangés ; Jésus n'a pas dit... ; Madiba m'a dit...

Emerveillement et contemplation
L’éducation, enfin, doit donner toute sa place à l’émerveillement. Pas de compréhension de notre environnement, sans prendre le temps d’admirer la nature, mais aussi les prodigieuses conquêtes de l’intelligence humaine. Il est aujourd’hui une urgence éducative à prendre le temps du regard, le temps du silence, le temps de la contemplation.
L’éducateur ne peut que s’émerveiller devant les enfants et les jeunes qui lui sont confiés, et, par cette attitude même, inviter chacun à prendre sans cesse le temps de l’émerveillement.
L'éducation à l'environnement pour un développement durable (EEDD)
Généralisation de l'éducation à l'environnement pour un développement durable (EEDD). Qu'est-ce que c'est ? Comment faire ?
Une bulle de silence
Le projet « Bulle de silence », une demande des élèves = un espace, un temps, un règlement intérieur.
Textes à méditer 
Les textes qui sont proposés sont très divers ; ils sont d’auteurs connus ou anonymes ; ils peuvent rejoindre d’une façon ou d’une autre les multiples facettes de la vie quotidienne dans les établissements scolaires.

Déjà paru
Une Bonne Nouvelle pour tous les éducateurs ? Présentation de la démarche

Le mois-prochain : Accueillir - faire place aux enfants (Marc, 10, 13-16) 

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics