Accueil > Culture religieuse et pastorale > Année liturgique et fêtes > Temps forts

Avent 2017 : l’attente

Temps de lecture : 5 minutes
Avent 2017 : l’attente

4 semaines d’attente alors que nous vivons dans un monde de plus en plus pressé. Mais qu’attendons-nous ? Pourquoi patienter ? Que nous disent les évangiles des quatre dimanches de l’avent ?

SitEcoles propose déjà de très nombreux documents sur l’Avent et Noël, sur le sens de ce temps liturgique et de cette fête. De nombreuses propositions pour vivre ces quatre semaines et la célébration de Noël sont déjà faites. Tous ces documents gardent leur actualité et leur pertinence.

Peut-être pouvons-nous, pour cette année 2017, faire porter l’accent sur la dimension de l’attente qui caractérise ce temps. Les juifs attendent le Messie ; les chrétiens attendent de mieux connaître le Christ, de toujours le rencontrer plus personnellement. Et, en ces semaines, nous faisons aussi mémoire de l’attente de Marie, qui, comme toutes les mères, patiente jusqu’au jour de la naissance du fils qu’elle va mettre au monde.

Or, nous vivons dans un temps de plus en plus pressé, toujours préoccupé de l’instant, de l’immédiat. Nous avons bien du mal à attendre...Peut-être est-ce aussi que nous ne savons plus ce que nous attendons, tant nous sommes sollicités par tout ce qu’une société de consommation nous donne de constamment disponible. Goûtons alors les rites populaires qui accompagnent ce temps de Noël : la couronne de l’avent qui s’enrichit progressivement, qui s’illumine peu à peu ; le calendrier de l’avent, qui rythme, jour après jour, l’attente de Noël. Soyons aussi attentifs aux signes que la nature endormie et dépouillée de l’hiver nous donne de la vie qui se poursuit. Le symbolisme du sapin toujours vert est précieux, pour que nous sachions attendre, cette fois jusqu’à Pâques, que tous les arbres reverdissent.

Les textes d’Evangile lus, au fil des quatre dimanches de l’avent, nous invitent aussi à la vigilance et à la patience.

  • Le 3 Décembre, il nous sera rappelé « Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison. » (Marc, 13, 33-37). Savoir attendre, dans la nuit de l’hiver, « comme le guetteur attend l’aurore », sûr qu’elle viendra, sans en savoir l’exact moment. Entretenons notre attention.
     
  • La 10 Décembre, nous écouterons Jean Baptiste nous dire : « rendez droits les sentiers du Seigneur » (Marc, 1, 1-8). Savoir discerner le cœur de la Parole de Dieu et aider à ce qu’elle puisse rayonner. Entretenons notre écoute et notre désir de témoigner.
     
  • Le 17 Décembre, nous écouterons Jean Baptiste, à nouveau, nous adresser cet avertissement : « Au milieu de vous, se tient celui que vous ne connaissez pas. » (Jean, 1§-8 et 19-28). Savoir prendre le temps de repérer les signes, puisque Celui que nous attendons est déjà là. Entretenons la perspicacité de notre regard.
     
  • Le 24 Décembre, dans un saisissant raccourci, sera proclamé le texte de l’Annonciation (Luc, 1, 26-38), la veille de la fête de la Nativité...

L’attente semble alors être suspendue... « Un sauveur nous est né » ...Et pourtant. Le signe donné est encore bien fragile. Un nouveau-né, vulnérable, dans une mangeoire. Il faudra encore bien de la patience pour voir cet enfant grandir, pour voir Jésus, le fils du charpentier, s’engager dans son ministère public, pour suivre le Christ jusqu’à la croix et la résurrection. Sur notre chemin de foi, restons des chercheurs en attente, sans cesse appelés à rencontrer plus intimement Celui qui est « le chemin, la vérité et la vie. ». Toute notre vie, toute notre foi est avent, attente du Royaume, déjà là et pas encore...

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics