Accueil > Vie de l'Institution et de l'école > Projet et organisation de l'école (sens, dynamique et organisation) > Organisations

Rythmes scolaires, penser l'organisation après le décret 2013

Temps de lecture : 15 minutes
Rythmes scolaires, penser l'organisation après le décret 2013

Organiser le temps scolaire, une responsabilité du chef d’établissement catholique, à étayer par des concertations, une réflexion, un projet. Cet article renvoie à des documents de référence, des fiches pratiques, des exemples de mise en oeuvre et le rapport d'étape publié en juin 2015 par le ministère de l'éducation nationale. 

Un point d’étape en juin 2015
Avec la fin de l'année scolaire 2014-2015 s'achève la première année de généralisation des rythmes éducatifs : le rapport d’étape publié par le ministère précise que les nouveaux rythmes scolaires sont en place dans toutes les écoles publiques et dans 800 écoles privées.

Voici ce qui est précisé pour l’enseignement privé sous contrat :
Des écoles privées sont passées volontairement aux nouveaux rythmes scolaires.
En 2013-2014, 274 écoles privées sous contrat ont appliqué des organisations du temps scolaire comparables à celles que les écoles publiques mettaient en œuvre dans le cadre du décret du 24 janvier 2013. Ces 274 écoles représentaient un peu plus de 5% des écoles privées sous contrat et scolarisaient 53 500 élèves, soit 6% du total des élèves scolarisés dans des écoles privées sous contrat.
Au cours de l’année 2014-2015, ce nombre a quasiment triplé : près de 800 écoles privées sous contrat appliquent une organisation du temps scolaire répondant à celles que les écoles publiques mettent en œuvre dans le cadre du décret du 24 janvier 2013, soit près de 15% des écoles privées sous contrat. Ces écoles scolarisent plus de 122 000 élèves, soit 13,5% du total des élèves scolarisés dans des écoles privées sous contrat.
80% de ces écoles sont concentrés dans 9 départements : les quatre départements de lacadémie de Rennes, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire et la Mayenne dans lacadémie de Nantes, les Deux-Sèvres dans lacadémie de Poitiers et les Pyrénées-Atlantiques dans lacadémie de Bordeaux. Cette évolution pourrait se prolonger compte tenu notamment de la visibilité dont les organismes de gestion des écoles privées disposent désormais en matière d’accompagnement financier de la réforme par l’Etat.

L’objectif annoncé de la réforme des rythmes à l’école primaire : « Mieux apprendre et favoriser la réussite de tous ». 

Lire :
- le décret du 26 janvier 2013 sur l'organisation du temps scolaire, ce décret concerne l’enseignement public.
- la circulaire du 6 février 2013 sur l'organisation du temps scolaire, cette circulaire concerne l'enseignement public.
Le ministère de l'Education nationale propose un dossier de presse sur ce sujet.

Voir :
des vidéos pédagogiques sur les nouveaux rythmes scolaires (MEN),
- la semaine avec 5 matinées, c'est mieux pour les écoliers (MEN). 

Et pour l’enseignement sous contrat ? 
« Les écoles privées sous contrat adoptent leur propre cadre de fonctionnement et ne sont pas tenues d’appliquer le décret sur les rythmes scolaires » indique une dépêche de l’AEF du 17 janvier 2013, lors d’un déplacement de Vincent Peillon dans l’académie de Toulouse.
Ces propos sont tenus en référence aux textes cadrant le contrat d’association avec l’état.  L’article R442-39 du décret n° 2008-263 du 14 mars 2008 - art. (V) précise « le chef d'établissement assume la responsabilité de l'établissement et de la vie scolaire ». L’Enseignement catholique bénéficie donc d’une certaine liberté. Il doit toutefois respecter le volume annuel d’enseignement et les règles de service des enseignants employés par l’Etat. 
Pour exercer cette liberté, l’établissement catholique d’enseignement doit être interpellé par cette réforme de l’enseignement public et s’interroger sur le contexte dans lequel il se trouve.
Autrement dit, il a une obligation morale à se pencher sur la question en cherchant à la situer par rapport au projet éducatif qu’il entend vivre et la cité dans laquelle il est inséré. C’est une formidable occasion de « refonder l’école ».
« Entre la pesanteur d’hier et la grâce de demain, c’est un monde nouveau, incertain mais fascinant, que l’école catholique éprise de liberté appelle à explorer ; là où chacun vit sa mission. Indiquons le chemin de leur propre liberté ». « Avance en eau profonde […] Ne crains point ; désormais, tu seras pécheur d’hommes. », (Cap sur l’exploration éducative et Luc 5, 4 et 10), Lettre d'information sitEColes n°87 (06-2010).
 
Construire des ponts plutôt que des murs
L’école catholique est insérée dans un territoire (commune, église, vie associative, réseaux d’écoles catholiques…). Le débat, la réflexion doivent donc s’effectuer à plusieurs niveaux.
Le chef d’établissement aura à gérer les tensions entre l’économique, le bien-être des enfants, les intérêts individuels et collectifs.  Le conseil d’établissement est un lieu de concertation entre les différents acteurs de l’école. Il met chacun face à la parole de l’autre et facilite la décision du chef d’établissement. S’il n’existait pas encore dans l’école, c’est une excellente occasion de l’instaurer.
Pour connaître la position de l'Apel (Association de parents d'élèves de l'enseignement libre).
« Je ne suis jamais, à moi seul, la solution parce que je ne suis pas seul. » Philippe Perrenoud, Lettre d'information sitEColes hors série n° 5 (07-2012).
Le chef d’établissement élargira la concertation au-delà de son établissement.
La question des rythmes scolaires est une opportunité d’ouverture pour l’école sur tout son environnement. Ouverture vers l’intergénérationnel, les élèves du second degré, les établissements éducatifs, les associations diverses, la paroisse ... Cela passe par un inventaire des ressources locales, mais surtout par des contacts avec des interlocuteurs divers. Lire sur sitEColes le document "Partenariat".
Connaître le document adressé aux maires.
« Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts. » Isaac Newton, Lettre d'information sitEColes n°102 (11-2011).
 
Vers une organisation réussie
 1.    Décaler son regard, un peu, beaucoup, passionnément…
En s’appuyant sur les 3 principes de Pascal Picq :
-       favoriser la diversité (4 diversités : les âges de la vie, hommes et femmes, ethniques, handicaps) ;
-       penser organisation plutôt que structure ;
-       tenir compte des facteurs externes.
 
2.    S’outiller pour la réflexion et mobiliser

Documents du Sgec :
- les recommandations de l'Enseignement catholique (commission permanente du 28 février 2013),
- le document : "Rythmes Scolaires, Garder Le Cap - Aménagement des rythmes scolaires : repères et outils", (mars 2013),
- "rythmes scolaires, Garder le Cap : Constat et mise en oeuvre",
- rythmes en questions : fiches pratiques Sgec, Fnogec, Ugsel.
L’observatoire national pédagogique du Sgec propose quelques repères pour penser le temps à l’école.

Un dossier d'actualité Veille et Analyses de l’Institut Français de l’Education (IFE) : "aux frontières de l’école ou la pluralité des temps éducatifs".

Sur sitEColes :
- Aménagement du temps et de l’espace dans l’école.
Ce dossier datant de décembre 2011 ne prend pas encore en compte le nouveau décret mais propose de nombreux outils. A noter l’intérêt de lier la réflexion sur le temps avec celle de l’espace d’ailleurs au-delà des murs de l’école (principes de Pascal Picq « organisation » et « facteurs externes »).
- Une organisation favorisant le travail intelligent
« Quand tu veux construire un bateau ne commence pas par rassembler du bois, couper des planches et distribuer du travail mais réveille au sein des hommes le désir de la mer grande et large. », Saint-Exupéry, Lettre d'information sitEColes n° 110 (07-2012)
- Les rythmes scolaires en débat

Sur le site du ministère de l'éducation nationale :
L'école maternelle et les nouveaux rythmes scolaires.
Sur le site des cahiers pédagogiques : 
- hors série numérique.  

3.    Rêver et réaliser
Il convient d’être ambitieux et de ne pas mettre des barrières à priori : la mer est grande et large… Mais il faut pouvoir réaliser le projet et tenir dans la durée.
Se poser et poser la question : « qu’est-ce qu’une organisation réussie » ?  permet de réfléchir du point de vue de chaque acteur et de penser « développement durable du projet », d’éviter des montages trop compliqués qui reposent sur une personne. C’est se mettre d’accord sur quelques principes, relire son projet éducatif…
« Discerner le nécessaire, réaliser le possible, préparer le souhaitable. » Maurice Bellet, prêtre, Lettre d'information de sitEColes n°93 (01-2011).

Lire sur sitEColes :
- Et si on changeait l'heure de la récréation ? 
- la question du temps en maternelle,
- faire un emploi du temps pour sa classe

Se former
- Au minimum 9 heures de formation.

 
 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics