Accueil > Documents non rubriqués

Faire un emploi du temps pour sa classe

Temps de lecture : 13 minutes
Faire un emploi du temps pour sa classe

Comment faire un emploi du temps ? Comment se donner des points de repère et de la souplesse ? Comment assurer l’enseignement de toutes les disciplines ?

Un cadre et de la souplesse
L’arrêté du 9-11-2015 sur les horaires d’enseignement des écoles maternelles et élémentaires (faire un lien) indique des durée d’enseignement annuelles pour chaque domaine disciplinaires, durées annuelles accompagnées de « durées hebdomadaires moyennes ». L’arrêté précise « Sous réserve que l'horaire global annuel de chaque domaine disciplinaire soit assuré, la durée hebdomadaire des enseignements par domaine peut être ajustée en fonction des projets pédagogiques menés. »
Cela permet de prendre en compte les classes transplantées, les projets thématiques, artistiques et culturels, les journées à thèmes organisées en équipe autour des langues, des arts, de la lecture, etc.
La programmation, en s’ajustant au plus près des besoins des élèves et en s’appuyant sur le projet d’école va organiser la souplesse du temps.

Courir après le temps ou faire des choix ?
Dans la mise en œuvre des programmes, l’enseignant est conduit à faire des choix. Il importe cependant de ne négliger aucune discipline. Trop souvent les enseignants respectent les programmes en maths et en français mais s’autorisent à ne pas assurer, ou très faiblement, certaines disciplines en fonction de leurs goûts et de leurs aptitudes (EPS, musique…).
Si des choix sont à opérer, faute de temps, il convient d’assurer les acquisitions de base, c'est-à-dire le socle commun dans toutes les disciplines.

Vers de l’interdisciplinarité
L’approche interdisciplinaire permettra des acquisitions ayant du sens, évitera un empilement des connaissances cloisonnées, et fera "gagner du temps". Les programmes de 2015 précisent pour le cycle 2 « La polyvalence des professeurs permet de privilégier des situations de transversalité, avec des retours réguliers sur les apprentissages fondamentaux » et pour le cycle 3 « Des projets interdisciplinaires sont réalisés chaque année du cycle, dont un en lien avec le parcours d’éducation artistique et culturelle. » Les programmes de 2008 précisaient, ce qui reste d’actualité : « La présentation des programmes par discipline à l’école élémentaire ne constitue pas un obstacle à l’organisation d’activités interdisciplinaires ou transversales. Par exemple, les activités d’expression orale, de lecture ou de rédaction de textes en français ont évidemment toute leur place en sciences, en histoire et géographie, en histoire des arts et elles interviennent en mathématiques. Cependant, si l’élève s’exprime, lit et écrit en français dans toutes les disciplines, il n’en n’est pas moins nécessaire de réserver un horaire spécifique à l’apprentissage structuré et explicite du vocabulaire, de la grammaire et de l’orthographe ».

Qui fait le programme ?
Notons que ce n’est pas l’enseignant qui doit faire le programme, mais l’enfant. C’est donc à l’enseignant d’assurer les conditions favorables à ces acquisitions. « Au niveau du programme, ils ont "tout vu", mais ont-ils tout retenu » ? se demande une enseignante. Une autre déclare : « le programme de maths et de français a été à peu près respecté mais pour cela, j’ai eu l’impression de les faire courir tout au long de l’année ». Si l’enseignant à l’impression qu’il court après le temps, il devra s’interroger sur sa pratique, étudier les choix à opérer ainsi que les "portes d’entrée" favorables à un développement des compétences. Il est légitime de faire des choix, qui peuvent aller jusqu’à renoncer à étudier un point du programme pour s’adapter au niveau des élèves, à condition de ne pas négliger de s’appuyer sur le socle commun. Etre capable de faire ces choix fait partie des compétences attendues des professeurs des écoles, ils peuvent donc oser les faire… et en équipe c’est encore mieux !

Et la récréation ?
« Les temps de récréation, d'environ 15 minutes en école élémentaire et 30 minutes en école maternelle, sont déterminés en fonction de la durée effective de la demi-journée d'enseignement. Le temps dévolu aux récréations est à imputer de manière équilibrée dans la semaine sur l'ensemble des domaines d'enseignement ». (Arrêté du 9-11-2015 sur les horaires d’enseignement).

Planifier, mais rester souple et contrôler à postériori
L’emploi du temps doit être une aide au respect des programmes de l’Éducation nationale dans toutes les disciplines et doit faciliter l’organisation de la classe. Il doit donner des points de repère aux élèves et aux parents.
Cependant de nombreux événements peuvent perturber la planification prévue. La nécessaire adaptation aux enfants peut aussi générer des décalages avec ce qui est prévu.
Le contrôle à postériori du travail fait est utile pour faire le bilan des actions entreprises et, grâce aux évaluations, en mesurer les effets. Ce contrôle portera donc à la fois sur le temps réellement passé dans chaque discipline et sur les apprentissages effectivement réalisés afin de réajuster lors de la période suivante.
Il ne s’agit donc pas de respecter simplement une grille horaire mais d’atteindre les objectifs définis.

"Protéger" du temps
De nombreux enseignants s’inquiètent et on l’impression que le temps passé en classe ne permet pas de couvrir tout le programme. Pour éviter cela, on peut ajouter à son emploi du temps sur 24 heures de scolarité obligatoire par semaine une planification annuelle permet d’intégrer des semaines  ou journée "projets" ou "temps forts" et de garantir par cette organisation que toutes les disciplines seront assurées. Elle permet également de s’inscrire dans une perspective plus interdisciplinaire. Ces semaines ou journées "pas comme les autres" offrent des occasions de travailler autrement, avec des opportunités pour s’appuyer sur d’autres personnes ressources (parents, partenaires…), et donnent un rythme à l’année. Elles sont pensées soit à l’échelle de la classe, soit à l’échelle du cycle ou à celle de l’école. C’est aussi une occasion de vivre plus spécifiquement le projet d’école. Quelques exemples : arts et littérature (poésie, théâtre, musique, arts plastiques…) ; culture (visites, lectures…) ; expériences scientifiques et problèmes (semaine des scientifiques, "congrès des jeunes chercheurs") ; EPS et langues ; Europe (cultures, histoire, géographie, instruction civique, langues…), classe transplantée (qui se rattache à différentes disciplines en fonction du thème).

Emploi du temps en maternelle
S’il n’y a pas d’horaire imposé à l’école maternelle, il n’en reste pas moins que c’est un âge où il est important que l’enfant se construise des repères dans le temps. Les rituels ont toute leur importance en maternelle. C’est pourquoi l’enseignant de maternelle établira un emploi du temps repère. « Les enfants perçoivent très progressivement, grâce à une organisation régulière de l’emploi du temps, la succession des moments de la journée, puis celle des jours et des mois ».
Les programmes de 2008 précisaient, ce qui reste d’actualité : « Les activités proposées à l’école maternelle doivent offrir de multiples occasions d’expériences sensorielles et motrices en toute sécurité. L’organisation du temps y respecte les besoins et les rythmes biologiques des enfants tout en permettant le bon déroulement des activités en facilitant leur articulation ; plus souple avec les plus petits, la gestion du temps devient plus rigoureuse quand les enfants grandissent. »

Rédiger un emploi du temps en cycle 2 ou en cycle 3
La rédaction de l’emploi du temps doit prendre en compte l’évolution des programmes : évaluer son emploi du temps.
 

Commentaires (1)

Sort
Gravatar
MOREAUX (PROFESSEUR) a écrit...
SUPER
10 Septembre 2016 09:55
Page 1 de 1

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics