Accueil > Documents non rubriqués

2 : scolarisation des jeunes enfants : des éléments de réflexion

Temps de lecture : 8 minutes
2 : scolarisation des jeunes enfants : des éléments de réflexion

Ce dossier aborde le contexte social, les enjeux de la maternelle, les politiques de la petite enfance et l’impact sur les métiers de l’école.

Le rapport sur la maternelle rendu par Alain Bentolila à Xavier Darcos relance la problématique de l’accueil des enfants de 2 ans à l’école. Jusqu’ici, la France a toujours fait figure d’exception en la matière, tant par sa démographie que par ses politiques mises en œuvre en faveur de la petite enfance.

Au-delà du débat "pour ou contre la scolarisation dès 2 ans", l'Enseignement catholique s'interroge. Aussi, sans préjuger de la décision du ministère sur l’âge minimum de la première sitEColes a constitué ce dossier.

Celui-ci entend resituer les questions dans leur contexte et apporter le plus possible d'éléments de réflexion et d’analyse. De ce fait, dans l'intérêt du développement des enfants, tout projet d'accueil des 2 ans dans nos écoles pourra être "éclairé".

Sommaire

1 - Un contexte social déterminant
2 - L'enfant de 2 ans à l'école maternelle
3 - Des métiers à réinterroger
4 - Les politiques de la petite enfance


1. Un contexte social déterminant
En France, le dynamisme démographique et le taux d’activité féminine élevé déterminent fortement la politique de la petite enfance. Et bien que cette politique investisse des moyens financiers importants et mobilise de nombreux acteurs, des besoins non satisfaits persistent. Ceux-ci pourraient perdurer, voire s’aggraver, du fait de la vitalité de la natalité.

1.1 Une forte natalité
En 2007, malgré un léger repli par rapport à l’année 2006, le nombre de naissances demeure supérieur à celui des 25 dernières années. Avec un taux de fécondité de 1,98 enfant par femme, la France reste l’un des pays les plus féconds de l’Union Européenne.
En 2007, 783 500 naissances ont été comptabilisées en France métropolitaine et 33000 dans les départements d’outre-mer, soit un total de 816 500.
L’âge moyen à la maternité continue de s’élever et atteint quasiment 30 ans. (Source : Insee Première, n° 1170, janvier 2008).

Ce dynamisme démographique impacte plusieurs postes de dépenses collectives : modes de garde collectifs (crèche, halte-garderie…), activité de protection maternelle et infantile, capacité d’accueil des écoles maternelles.

1.2 Emploi et parentalité
La pression démographique sur les modes de garde se combine avec le travail des femmes. Lorsque celles-ci reprennent un emploi, elles recherchent des solutions de garde pour leurs enfants.
En Europe, la femme française est parmi celles qui travaille le plus en dehors de son foyer. En l’espace de 40 ans, le taux d’activité des femmes est passé dans notre pays de 40 à 60 %.
Par ailleurs, les couples sont de plus en plus souvent biactifs ou aspirent à l’être. 60 % des enfants de moins de six ans vivent avec deux parents actifs.

2. L'enfant de 2 ans à l'école maternelle
Accueillir aujourd'hui des enfants de 2 ans à l’école, c’est avant tout tenir compte de leurs caractéristiques sociales et psychologiques. Cette demande est garante de la mise en place de dispositifs pédagogiques qui leur soient adaptés et qui aident à leur scolarité future.

3. Des métiers à réinterroger
La prise en compte des enfants de 2 ans dans un établissement réinterroge tous les métiers des acteurs et interpelle donc la formation initiale et continue.
- Le métier d’enseignant : Les compétences professionnelles des maîtres
- L'Asem et l'accueil des 2 ans
- Le chef d’établissement et la présence des 2 ans.

4. Les politiques de la petite enfance
Nombreux sont les rapports des organisations internationales et européennes qui insistent sur l’éducation dès le plus jeune âge. Ils considèrent de plus en plus que c'est pendant la petite enfance que doit avoir lieu la première phase du processus de formation tout au long de la vie. Selon eux, cette période de l'existence doit occuper une place essentielle dans un programme d'action éducative, sociale et familiale efficace.
La France occupe une position spécifique puisqu'elle bénéficie d'une école maternelle ouverte à tous les enfants de 2 à 5 ans. Elle a jusqu'ici développé une politique d'accueil de la petite enfance qui mêle et fait coexister la logique du service public et la logique du secteur privé. Le service public est sous l'égide des collectivités territoriales, des CAF avec les crèches pour les plus petits, ou de l’Etat avec la pré-scolarisation des enfants de 2 à 3 ans. Le secteur privé comprend les assistantes maternelles, les gardes à domicile et les crèches d’entreprises.
Toutefois, en dépit de cet effort important, il reste des besoins non satisfaits. Le dynamisme de la natalité et de la hausse régulière du taux d’emploi des femmes, laisse augurer leur augmentation.
Par ailleurs, l’offre d’accueil reste très hétérogène, dans ses caractéristiques, dans sa tarification comme dans sa répartition territoriale. De plus, il ne répond pas toujours aux attentes des familles.


Lire le dossier "Place aux tout-petits" dans ECA n° 321 de février 2008 qui ouvre sur d'autres modalités d'accueil.
Voir sur Enseignement catholique.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics