Accueil > Documents non rubriqués

Esprit Saint : air, souffle et esprit

Temps de lecture : 13 minutes

Nous vous proposons quelques repères qui pourront vous aider à construire ce temps de recherche et de réflexion avec vos élèves et pour vivre avec eux un moment de partage et de prière.

Nombreuses sont les circonstances où au cœur de notre vie nous parlons de l'esprit et bien entendu dans notre vie de baptisés nous invoquons l'Esprit Saint. Dans les récentes actualités de la vie de l'Eglise catholique et, au-delà, de notre monde du 21ème siècle, nous avons entendu parler de cet Esprit Saint. Lorsqu'a été évoqué la figure du pape Jean-Paul II et au moment où Benoît XVI prenait ses fonctions de pontife, les commentaires lus et entendus n'ont pas manqué de souligner l'œuvre de l'Esprit au cœur de cette vie de l'Eglise.
Alors pourquoi ne pas consacrer un temps pour aller à la découverte de cet Esprit en prenant appui sur notre vécu et sur ce que nous dit la Bible.
Nous vous proposons quelques repères qui pourront vous aider à construire ce temps de recherche et de réflexion avec vos élèves et pour vivre avec eux un moment de partage et de prière.

Dans la vie courante et dans le vocabulaire…

C'est une première approche possible : recueillir les expressions de la vie courante où sont utilisés les mots souffle, esprit ou encore air…
Souffle : le dernier souffle ; le souffle saccadé ; le souffle court ; à bout de souffle ; un second souffle ; le souffle créateur ; le souffle de l'écrivain ; retenir son souffle ; couper le souffle ; avoir du souffle…
Esprit : perdre ses esprits ; reprendre ses esprits ; rendre l'esprit , conserver l'esprit libre ; avoir l'esprit ailleurs ; être sain de corps et d'esprit ; avoir l'esprit à … ; avoir beaucoup d'esprit ; une vue de l'esprit ; un homme d'esprit ; un esprit de famille ; la lettre et l'esprit …
Air : l'air de la mer ; l'air conditionné ; prendre l'air ; un souffle d'air ; regarder en l'air ; l'armée de l'air ; foutre tout en l'air ; une tête en l'air ; il y a de l'orage dans l'air ; un air de famille ; avoir l'air sérieux ; l'air d'une chanson ; …

Dans les programmes scolaires…

Voici quelques références que chacun peut aller rechercher sans difficultés dans les programmes et dans les documents d'application ou d'accompagnement des programmes de 2002.
Dans le document " Enseigner les sciences à l'école " - Outils pour la mise en œuvre des programmes en cycles 1, 2 et 3 - deux chapitres rejoignent ce thème de l'air, du souffle, du vent :
- L'air est-il de la matière ? (Activités pour les cycles 2 et 3)
- Comment savoir d'où vient le vent ? (Notion d'énergie et de force - cycle 3)

Autre document de référence : le document d'application : " Fiches connaissances " pour les cycles 2 et 3. On y trouve deux fiches directement liées à notre thème : fiche 3 sur l'air et l'être vivant ; fiche 16 sur l'énergie.
Ces documents sont à la disposition de chacun en se connectant sur le site www.eduscol.education.fr/

Le travail sur ces différents aspects des programmes est une porte d'entrée. Dans nos écoles catholiques, il serait dommage d'en rester là et de ne pas profiter de la découverte de la richesse de ces notions. On pourra alors rejoindre ce même thème à travers la Bible, les religions et nos vies de baptisés.

Dans la Bible…

Le mot hébreu qui désigne dans la Bible le souffle, l'esprit est le mot rouah, qui a donné en grec pneuma et en latin spiritus.
Regardons de plus près les divers sens que revêt ce mot rouah dans le Bible : nous comprendrons mieux comment s'est développée tout au long de la vie du peuple de Dieu la richesse du mot esprit.

1 - Le rouah, c'est d'abord le vent, l'air en mouvement, la brise légère (Genèse 3, 8) aussi bien que le vent violent qui assèche les eaux du Déluge.

2 - C'est le souffle, l'haleine des êtres vivants. Dieu donne ce souffle, mais il peut le reprendre. Dans la maladie, le souffle vient à manquer. " Quand mon souffle s'éteint, toi tu sais où je vais " (Ps.142, 4)

3 - C'est encore la vitalité, l'énergie qui anime l'homme, c'est même le courage, la force qui vient de Dieu comme on le voit avec Samson : " Le souffle de Dieu s'empara de Samson " (Juges 14, 6). L'homme n'est pas la source de sa propre vitalité.

4 - L'esprit : on parle de la rouah des grands personnages : Moïse qui communique son esprit extraordinaire aux 70 anciens (Nombres 11, 25), Elie, dont Elisée reçoit double part de son esprit (2 Rois, 2, 9-15). La rouah désigne tout " esprit " -au sens animiste- qui influence l'homme en bien ou en mal. Qu'il vienne de Dieu ou non, cet esprit, comme un être personnel, est soumis à Dieu, exprime souvent l'action de Dieu sur les hommes. On retrouve cela quand, dans l'Evangile, on parle des esprits mauvais ou impurs.

5 - L'esprit de Dieu : l'homme ne peut vivre que s'il reçoit la rouah de Dieu, l'esprit de Dieu lui-même. Cet esprit crée une relation dynamique entre Dieu et l'homme.

6 - L'Esprit-Saint : l'Ancien Testament en parle déjà. " Ne me reprends pas le souffle de ta sainteté " (Ps.51, 13). Il le personnifie comme la Parole ou la Sagesse de Dieu. Et le Nouveau Testament poursuit en ce sens.

Et comment au long de la vie du peuple de Dieu est-on passé de ce souffle qui planait sur les eaux à l'Esprit-Saint, troisième personne de la Trinité ?
La rouah est donc ce souffle, cette haleine de la respiration. Tout ce qui bouge sur la terre est habité par une force de vie qui ne peut venir que de Dieu. " Tu envoies ton esprit, ils sont créés ; tu renouvelles la face de la terre " (Psaume 104, 30). L'homme a conscience de dépendre de quelqu'un d'autre qui lui donne la force vitale, son esprit de vie. Comme il se sait fragile comme l'herbe des champs, il reconnaît que son souffle de vie dépend de Dieu.
Et puis parmi les hommes, il y a ceux qui manifestent de façon plus visible cet esprit de Dieu : rappelons-nous Samson ou encore Samuel.
Et lorsque, avec David, Israël choisit son roi, l'onction d'huile sur la tête va signifier ce don privilégié de l'esprit divin. " Samuel donna à David l'onction d'huile et l'esprit du Seigneur fondit sur David. " (1 Samuel 16, 13)
A partir du 8ème siècle, des figures particulières vont incarner la présence de l'esprit de Dieu parmi les hommes : ce sont les prophètes. En chef de file, Moïse, puis tous les autres et en particulier Ezéchiel, celui qui va souligner le plus l'importance de l'esprit de Dieu. Le prophète reçoit de Dieu la révélation et la transmet aux hommes. C'est l'esprit de Dieu qui inspire leurs paroles. " Je vous donnerai un cœur nouveau, j'ôterai de votre chair le cœur de pierre et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous. " (Ez. 36, 26)
Deux siècles avant Jésus-Christ, cet esprit de Dieu disparaît. C'est alors qu'on voit apparaître la littérature apocalyptique qui éprouve le besoin d'attribuer ses textes à des figures célèbres du temps passé, du temps où l'esprit de Dieu se révélait.
Avec Jésus, c'est le retour de l'Esprit et on a en mémoire son baptême (" Le ciel s'ouvre et l'Esprit de Dieu descend comme une colombe et vient sur lui " - Mat . 3, 16) et la scène qui ouvre sa prédication (" L'esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a consacré par l'onction " - Luc 4, 16)
Après sa mort, sa résurrection et son départ commence un temps nouveau, celui de l'Esprit répandu sur tous les croyants. Le livre de Actes nous montre cet Esprit conduisant l'Eglise naissante, habitant le cœur des disciples, pour inspirer leur comportement.
La Pentecôte raconte la réalisation de tout ce qui était en route et qui se dévoile en Jésus. Désormais, l'Esprit n'est plus réservé à quelques-uns, il se répand sur tous les croyants. Le temps viendra, dans les premiers siècles, où l'Eglise reconnaîtra en cet Esprit la troisième personne de la Trinité, la communion du Père et du Fils.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics