Accueil > Documents non rubriqués

En marche vers Noël, cycle 1

Temps de lecture : 17 minutes

Faire découvrir aux enfants le sens de la fête de Noël, fête de la naissance de Jésus. S'attacher, à partir de la légende " Le chant des bergers ", à vivre avec eux les préparatifs de la fête de Noël, en centrant sur l'accueil.

Extrait de Sklerijenn, la revue de pastorale des DEEC du Finistère et des Côtes-d'Armor

Ces quelques pistes d'activités avec vos élèves se veulent une aide pour approcher avec eux le mystère de Noël. Décorer la classe, fabriquer des personnages de crèche, construire un calendrier d'Avent, vous savez le faire et dans la démarche proposée vous ferez appel à toutes vos compétences et à votre savoir-faire en ce domaine. Mais pour que tout cela ne soit pas sans sens, il importe de l'inscrire dans une démarche - une marche - vers Noël.
Voici quelques propositions bâties en particulier autour d'une légende du temps de l'Avent : " Le chant des bergers " (texte que vous trouverez en fin de document)

N.B. Cette légende servira aussi de point d'appui à des activités avec les élèves de cycle 2 et de cycle 3.

Objectifs
Faire découvrir aux enfants le sens de la fête de Noël, fête de la naissance de Jésus.
S'attacher, à partir de la légende " Le chant des bergers ", à vivre avec les enfants les préparatifs de la fête de Noël, en centrant sur l'accueil.

Pour accueillir quelqu'un, pour recevoir ses amis, on se prépare. On prépare la maison (des fleurs, une belle table, etc.…). On prépare des cadeaux à offrir. On se prépare le cœur à accueillir les amis. Ainsi dans la classe, on prépare la fête de Noël : décoration, cadeaux-surprises, etc.….
A Noël, en Jésus, Dieu vient à la rencontre des hommes. Certains l'ont accueilli, d'autres pas. Et Dieu est venu : il a pris corps sous les traits d'un petit enfant, faible, fragile, dépendant. Et désormais, en tout homme, en toute femme, je peux recueillir les traits de Dieu.

Activités
b>Activité 1 - Raconter aux enfants l'histoire : " Le chant des bergers " en ayant soin de tenir compte de leur âge. Avec les plus petits, on conservera les étapes principales du conte.

Activité 2 - Comme le petit berger se met en route vers le roi attendu, les enfants vont cheminer vers Noël pour accueillir celui qui vient. Pour vivre cette marche avec le petit berger :
- Réaliser une fresque (à la peinture, avec des feutres, des encres…) qui présente le chemin pris par le berger. Ce fond pourra servir de décor à la crèche.
- Jouer l'histoire du petit berger devant le décor réalisé en faisant appel à des marionnettes (déjà existantes ou à fabriquer).
- Représenter le petit berger qui, au fil des jours, s'avance vers la crèche. Dans le même temps, utiliser un calendrier de l'Avent : le berger avance, une fenêtre s'ouvre chaque jour. (On trouve des modèles de calendrier de l'Avent dans des revues comme Pomme d'Api…)
Chacune de ces propositions aidera l'enfant à vivre ce cheminement vers Noël comme un temps de préparation à l'accueil de quelqu'un.

Activité 3 - Avec le petit berger de l'histoire, les enfants sont invités à ouvrir leurs mains pour accueillir. Le roi rêvé n'est pas là et le petit berger ne veut pas offrir son cadeau. Mais il se laisse toucher et joue son air de flûte. Cette attitude rejoint pleinement celle du jeune enfant qui vit dans cette phase de sa scolarisation toute le difficulté de la vie avec les autres, de l'accueil de l'autre dans sa différence.
Pour cheminer avec les enfants, il est possible de :
- Dessiner des mains ouvertes et fabriquer la " ronde des mains " ou une guirlande de mains qui sera placée autour de la crèche. Pour la fabrication des mains, les techniques sont multiples : peinture, pâte à sel…
- Exprimer ce que les mains peuvent faire : ce qu'elles réalisent en " positif " : s'ouvrir, se tendre, caresser… ; ce qu'elles font aussi en " négatif " : griffer, se fermer, taper, …

Activité 4 - Avec le petit berger de l'histoire, les enfants sont invités à découvrir tous les cadeaux que l'on s'offre.
Il s'agit d'ouvrir l'enfant à ce que signifie le cadeau . Trop souvent, nous focalisons sur l'objet matériel alors que la vie est remplie de " cadeaux " sous des formes variées. Rechercher des photos qui montrent ces cadeaux et engager un dialogue avec les enfants : geste de tendresse, d'affection, caresse donnée, un sourire, une poignée de mains, un baiser, faire la paix, etc.…Ces photos pourront faire l'objet d'une exposition.

Activité 5 - Découvrir le sens de la fête qu'est la naissance de Jésus en lisant, ou mieux, en racontant aux enfants le récit biblique. Veiller bien sûr à adapter le texte à leur âge. Ce récit se fera en créant un cadre mettant en valeur la Parole de Dieu : une bougie allumée, un chant de Noël ou une musique introduisant ce moment.
Pour utiliser un récit adapté, il est possible de se référer à des revues comme " Pomme d'Api Soleil " ou aux ouvrages du type " Ma première bible ".

Deux prières …

Qui es-tu donc ?
(Extrait de « Premiers pas vers Dieu » - Ed. Tardy)

Petit cadeau, qui es-tu donc ?
Derrière tous ces papiers que vais-je découvrir ?
J'ai très envie de la savoir.

Petit Jésus, qui es-tu donc ?
Couché dans ton berceau, tu souris et tu attends.
J'ai très envie de te connaître.

Seigneur Jésus, qui es-tu donc ?
Tu es le plus beau cadeau de Noël, tu es l'ami de tous le jours,
Tu es la tendresse de Dieu.

Un enfant bientôt
Benoît Marchon dans « Poèmes pour prier »- Ed. du Centurion)

Depuis bientôt neuf mois, l'enfant attend,
caché au creux du ventre de sa mère.
Depuis neuf mois, il se nourrit de sa chaleur et de sa tendresse.
Il sent vibrer ses moindres paroles.
Depuis bientôt neuf mois, il attend d'être prêt pour naître.

Il ne sait pas encore que beaucoup l'attendent,
qu'ils se nourriront de sa chaleur et de sa tendresse,
qu'ils écouteront ses moindres paroles.
Il ne sait pas encore que beaucoup sont prêts
pour naître avec lui à la vie de Dieu.

Cet enfant, bientôt, on l'appellera Jésus.

Une légende du temps de l'Avent : Le chant des bergers
Texte de Max Bolliger

Pour cycles 1, 2 et 3.

Il était une fois un vieux berger qui aimait la nuit. Il connaissait bien les étoiles et savait leur nom.
Appuyé sur son bâton, le regard levé vers le ciel, le vieux berger se tenait en haut de la colline.
« Il va venir, disait-il.
- Quand viendra-t-il ? demandait son petit-fils.
- Bientôt ! »
Les autres bergers riaient.
« Bientôt ! … C'est ce que tu répètes depuis des années ! »
Mais le vieux berger ne les écoutait pas. Une seule chose le troublait : le doute qu'il voyait poindre dans les yeux de son petit-fils.
Et quand lui mourrait, qui donc redirait aux plus jeunes ce que les prophètes avaient annoncé depuis toujours ? Ah ! s'il pouvait venir bientôt !
Son cœur était tout rempli de cette attente.

"Portera-t-il une couronne en or ? demanda soudain le petit-fils, interrompant le vieux berger dans ses pensées.
- Oui !
- Et une épée d'argent ?
- Oui !
- Et un manteau de pourpre ?
- Oui, oui ! "
Et le petit-fils semblait heureux.
Le jeune garçon était assis sur un rocher et jouait de la flûte. Le vieux écoutait attentivement. La mélodie s'élevait simple et pure ; l'enfant s'exerçait jour après jour matin et soir. Il voulait être prêt lorsque le roi viendrait.
« Voudrais-tu aussi jouer pour un roi sans couronne, sans épée et sans manteau de pourpre ? demanda le berger.
- Non ! » répondit son petit-fils.
Comment un roi sans couronne pourrait-il le récompenser pour son chant ? Il voulait de l'or et de l'argent ! Il voulait que les autres ouvrent de grands yeux et le regardent avec envie.
Le vieux berger était triste. Pourquoi donc promettait-il à son petit-fils ce que lui-même ne croyait pas ?
Sur les nuages, venant du ciel ? Depuis l'éternité ? Comme un enfant ? Pauvre ou riche ? Certainement sans couronne, sans épée, sans manteau de pourpre !
Et pourtant plus puissant que tous les autres rois. Comment ferait-il comprendre cela à son petit-fils ?
Une nuit apparurent dans le ciel les signes que le vieux berger attendait. Le ciel était plus lumineux que d'habitude et au-dessus de Bethléem brillait une grosse étoile. Les bergers virent alors des anges tout vêtus de lumière qui disaient : « N'ayez pas peur ! Aujourd'hui vous est né le Sauveur ! »
Le jeune berger se mit à courir au-devant de la lumière. Sous son manteau, tout contre sa poitrine, il sentait sa flûte.
Il arriva le premier et regarda l'enfant nouveau-né. Il reposait, enveloppé de langes, dans une crèche, une mangeoire pour les animaux. Un homme et un femme le contemplaient, tout heureux. Le grand-père et les autres bergers arrivèrent bientôt et tombèrent à genoux devant l'enfant.
Etait-ce là le roi qu'on lui avait promis ? Non ! Ce n'était pas possible, ils se trompaient. Jamais il ne jouerait son chant ici ! Et déçu, tout rempli d'amertume, il s'en retourna et plongea dans la nuit. Il ne vit même pas les anges qui volaient au-dessus de l'étable.
Mais bientôt, il entendit l'enfant pleurer. Il ne voulait pas l'entendre, il se bouchait les oreilles et continuait sa route. Pourtant, les pleurs le poursuivaient et lui perçaient le cœur. N'y tenant plus, il rebroussa chemin.
Il vit alors Marie, Joseph et les bergers qui s'efforçaient de consoler l'enfant qui pleurait. Il ne pouvait plus résister ! Tout doucement, il tira sa flûte de dessous son manteau et se mit à jouer pour l'enfant. Et tandis que la mélodie s'élevait toute pure, l'enfant se calma et le dernier sanglot s'arrêta dans sa gorge. Il regarda le jeune berger et se mit à sourire. Et au même instant, celui-ci comprit dans son cœur que ce sourire valait tout l'or et tout l'argent du monde.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics