Accueil > Vie de l'Institution et de l'école > Communauté éducative et partenariat > Equipe enseignante

Enseigner à temps partiel

Temps de lecture : 10 minutes
Enseigner à temps partiel

Enseignants à temps partiel dans une même classe : quelle cohérence dans la vie de la classe, l'organisation, le suivi des élèves, les liens avec la famille et la vie de l’équipe ?

Mi-temps hebdomadaire, annualisé, 75%, 80%, les possibilités se sont multipliées depuis quelques années ; le nombre d’enseignants à temps partiel (de droit ou sur autorisation) ne cesse d’augmenter.

Le complément de ces postes est souvent assuré par des enseignants titulaires ou délégués auxiliaires (suppléants) travaillant sur plusieurs classes ou plusieurs établissements.

Voici quelques repères, points d’attention et de vigilance pour anticiper l’organisation du travail ; n’oublions pas que travailler à temps partiel, pour un enseignant, reste un droit ou un choix mais que l’élève, l’apprenant, doit pouvoir bénéficier d’un parcours d’apprentissage cohérent.

A. Du côté des enseignants

Travailler à plusieurs dans la classe nécessite un temps de travail commun aux différents enseignants afin d’anticiper et de nommer tous les points à partager. Important, voire indispensable, il permettra de faire de la cohérence et les élèves en seront les premiers bénéficiaires.

1. Perception et enjeux

  • Partager sur la perception du métier  et la conception de l’apprentissage.
  • S’enrichir des différences de l’autre : intérêt d’un regard pluriel sur les élèves. Tout en sachant que harmoniser ses pratiques, les rendre cohérentes ne signifie pas uniformiser.

2. L’organisation pédagogique

  • Préparer la classe : programmations, progressions, projets pédagogiques. Ces documents doivent être communs aux enseignants assurant la prise en charge des élèves.
  • Se mettre d’accord sur les outils utilisés par les élèves : cahiers, classeurs, manuels, …
  • Discuter, définir et respecter des rituels (responsabilités des élèves, …) et des règles communes (règlement de vie de classe : exigences à poser, discipline,…)
  • Arrêter une organisation pédagogique, préparer ensemble ou chacun son tour et respecter l’engagement (exemple : ateliers en maternelle)
  • Prévoir l’évaluation et ses modalités : périodicité, supports, …
  • Suivre le parcours des élèves à besoins éducatifs particuliers : différenciation, adaptation pédagogique, rédaction du PPRE, équipe éducative, … L’analyse des difficultés et les décisions concernant le suivi doivent être concertées.
  • Rédaction des appréciations : qui, quand et comment ?
  • Identifier les points de vigilance en fonction des niveaux de la classe et tout particulièrement pour la maternelle : régularité dans l’emploi du temps, collaboration avec l’aide-maternelle, …

3. L’organisation matérielle

  • Faire le point sur le matériel de la classe et son emplacement, la disposition des tables, l’affichage, la décoration, …
  • Respecter le matériel de l’autre, ranger ses affaires et laisser un local propre
  • Se tenir au courant de la vie de l’école et des travaux de concertation et de conseils de cycle. Il est nécessaire d’aller au-devant de l’information quels que soient les supports de communication mis en place dans l’école.

4. Lien école-famille

  • Recevoir les parents pour la réunion de classe : penser l’invitation, le déroulement, la prise de paroles de chaque enseignant. La présentation du travail des enseignants doit permettre aux parents de comprendre que le travail des enseignants se fera de façon concertée assurant ainsi la continuité des apprentissages de leur enfant. Le but est de rassurer les parents, parfois inquiets, qui craignent que leur enfant soit un peu perdu.
  • Organiser les entretiens avec les parents : préparation, synthèse, qui les reçoit (les deux, un seul) ? si un seul : quel partage pour mieux assurer le suivi ?

5. Communication entre les personnes

  • Programmer des rencontres : périodicité, lieu en privilégiant l’école à un lieu personnel pour réguler et coordonner, pour parler de la vie de la classe, relire les évènements survenus sur la période, parler des élèves, des situations particulières et des projets à venir.
  • Se mettre d’accord sur les modes de communication professionnelle : cahier, téléphone, courriel, … en évitant les horaires inadaptés (exemple : SMS à 22 heures la veille)
  • Privilégier le dialogue pour éviter que les malentendus ne s’installent. Se rappeler le devoir de réserve et vivre la solidarité
  • Partager les échanges avec les parents pour éviter d’être placé dans des situations ambigües ou désagréables (exemple une personne qui fait un commentaire sur le travail de la collègue)

B. Du côté du chef d’établissement

  • Respecter le temps partiel, qui est un droit ou un choix, tout en rappelant aux enseignants qu’ils ne peuvent pas imposer leurs jours de travail ou de repos.
  • Mettre en place des modalités pour faire équipe avec des enseignants à temps plein et à temps partiel ?
  • Associer chaque enseignant au travail de l’équipe (élaboration des projets, situations étudiées, suivi des élèves, …) :
    • Définir en concertation le planning des 108 heures sachant que les obligations règlementaires de service des enseignants sont au prorata du temps travaillé (exemple un mi-temps : 54h sur 108h et 1/4 temps : 27h sur 108h)
    • Fixer le calendrier avec les enseignants à temps partiel, en déterminant, éventuellement, les concertations où tous les enseignants devront être présents
    • Prévoir des modalités de trace écrite : cahier ou classeur de concertation et de conseils de cycle, « Point info. » par courriel, …
    • Choisir, lors de la préparation des concertations, les sujets à aborder compte-tenu de la présence des enseignants ou non.
    • S’assurer que chaque enseignant sera destinataire des comptes rendus des réunions de concertation
  • Quel est le mode de transmission des informations concernant la vie de la communauté éducative et de l’équipe ?
    • Informer des différentes manifestations et des dates clés de la vie de l’école.
    • Choisir un mode permettant une information à tous les enseignants ; par exemple une note info hebdomadaire pour éviter les informations orales, ponctuelles

C. En conclusion

Travailler à temps partiel nécessite de prendre du temps avec sa collègue. Ce regard pluriel peut être d’une grande richesse sur la connaissance des élèves et sur des situations professionnelles partagées.

 

© Crédit image Pixabay

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics