Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Voyages

Temps de lecture : 25 minutes
Textes à méditer : Voyages

La route de la vie ; Les excursionnistes ; Chemins : Prière pour le voyageur ; Prière pénitentielle des conducteurs ; De terre et d'étoiles ? L'esprit du chemin ; Prière ; Prière de l'automobiliste (1) ; Le mortier de l’amour ; Prière de l'automobiliste (2) ; Ami de passage…

Les voyages sont des ponts, des lieux de passage, les arpenter nous mène au centre de nous-mêmes.
Karima Berger

Le véritable voyage, ce n’est pas de parcourir le désert ou de franchir de grandes distances sous-marines, c’est de parvenir en un point exceptionnel où la saveur de l’instant baigne tous les contours de la vie intérieure.
Antoine de Saint-Exupéry


La route de la vie

Au début, je voyais Dieu comme mon observateur, mon juge, comptant toutes les choses que j'avais mal faites, pour qu'Il puisse savoir si j'avais mérité le Ciel ou l'enfer quand je mourrai.
Mais plus tard, quand j'ai rencontré Jésus, il me sembla que ma vie était plutôt comme une balade en vélo, mais c'est un vélo-tandem, et j'ai remarqué que Jésus-Christ était à l'arrière m'aidant à pédaler.
Je ne sais plus au juste quand Il me suggéra que nous changions de places, mais la vie n'a jamais été la même depuis. Quand j'avais le contrôle, je connaissais le chemin. C'était plutôt ennuyeux, mais prévisible...
C'était le chemin le plus court entre deux points.
Mais quand Il prit le guidon, Il connaissait de beaux et longs détours, par des montagnes, des endroits rocheux à des vitesses à se casser le cou, tout ce que je pouvais faire était de m'accrocher ! Même si ça semblait être folie, Il me disait : « Pédale ! »
Je m'inquiétais et étais anxieux et demandais : « Où m’emmènes-tu? » Il riait et ne répondait pas, et je commençais à apprendre la confiance.
J'oubliai ma vie ennuyeuse et entrai dans l'aventure. Et quand je disais, « J'ai peur », Il se penchait derrière pour toucher ma main.
Il m'amena à des gens pour donner ce dont j'avais besoin, des cadeaux de guérison, acceptation et joie. Ils m'offrirent des cadeaux à emporter pour mon voyage, celui de mon Seigneur et le mien.
Et nous étions sur la route de nouveau. Il disait : « Donne ces cadeaux ; ils sont des bagages en trop, trop de poids ». Alors je les donnais aux personnes que nous rencontrions, et je découvrais qu'en donnant je recevais, et toujours notre fardeau était léger.
Au début, je ne Lui faisais pas confiance pour le contrôle de ma vie. Je pensais qu'Il allait me mener à un accident ; mais Il connaît les secrets du vélo, sait comment l'incliner pour prendre des virages difficiles, sait comment le faire sauter pour éviter des rochers, sait comment aborder des passages effrayants.
Et j'apprends à me taire et à pédaler dans les endroits les plus étranges, et je commence à apprécier la vue et l'air frais sur mon visage avec mon agréable compagnon de tout instant, Jésus-Christ.
Et quand je suis certain que je ne peux plus continuer, Il sourit seulement et dit : « Pédale »...

Anonyme


Les excursionnistes

Supposons des excursionnistes partis pour l'escalade d'un sommet difficile ; et considérons leur groupe quelques heures après le départ.
À ce moment on peut imaginer que l'équipe se divise en trois sortes d'éléments.
Les uns regrettent d'avoir quitté l'auberge.
La fatigue, les dangers leur paraissent disproportionnés avec l'intérêt du succès.
Ils décident de revenir en arrière.
Les autres ne sont pas fâchés d'être partis. Le soleil brille, la vue est belle. Mais pourquoi monter plus haut ? Ne vaut-il pas mieux jouir de la montagne là où on se trouve, en pleine prairie ou en plein bois ?
Et ils s'étendent sur l'herbe ou explorent les environs, en attendant l'heure du pique-nique.
D'autres enfin, les vrais alpinistes, ne détachent pas leurs yeux des cimes qu'ils se sont jurés d'atteindre. Et ils repartent en avant.
Des fatigués, – des bons vivants, – des ardents.
Trois types d'Homme que nous portons en germe, chacun au fond de nous-mêmes, – et entre lesquels, en fait, se divise depuis toujours l'Humanité autour de nous. (…)
Trois attitudes fondamentales en face de la Vie,
Et par la suite, inévitablement, trois formes opposées de bonheur en présence. (…)
Comme et avec le Monde, voulons-nous être heureux ? Laissons les fatigués et les pessimistes glisser en arrière. Laissons les jouisseurs s'allonger bourgeoisement sur la pente. Et joignons-nous sans hésiter au groupe de ceux qui veulent risquer l'ascension jusqu'au dernier sommet.
En avant !

Pierre Teilhard de Chardin


Chemins

Il peut y avoir beaucoup de chemins, mais ils ont tous le même but. 
Il y a toujours la manière facile ou la manière difficile d'atteindre le but. 
Il y a la route directe, ou l'autre, sinueuse, qui conduit à travers routes et chemins de traverse avant d'arriver. Le choix dépend toujours de la personne. 
Tu es absolument libre de choisir ton propre chemin. 
Donc cherche-le et suis-le, même si, à la fin, tu prends conscience du temps que tu as perdu à suivre la route sinueuse alors que tu aurais pu si facilement prendre celle qui était directe. 
Sais-tu où tu vas et ce que tu fais? Sais-tu si tu es à ta place et si tu es en paix au fond de toi? 
Il est important que tu sondes ton propre cœur et que tu trouves, car tu ne peux donner le meilleur de toi si tu ne te sens pas à ta place, si tu ne fais pas ce que tu sais devoir faire avec joie et amour.

Eillen Caddy


Prière pour le voyageur

Ô toi Dieu très présent
Guide-nous dans la paix
Vers laquelle nous voulons aller.
Permets que nous atteignions
Notre but sans encombre.
Protège-nous de tous les dangers
Pendant que nous voyageons
Sur terre, sur mer ou dans les airs.
Ouvre nos yeux et notre cœur
Afin que nous voyions ton visage
A travers la beauté du monde et
De la rencontre du prochain.
La création que nous découvrons
Avec étonnement,
Jour après jour,
C'est la tienne, Seigneur.
Tu es merveilleux.
Nous te remercions.
Amen.

Aumônerie de l'aéroport de Paris


Prière pénitentielle des conducteurs

Pardon, Seigneur, pour l'immense Sarajevo que sont les routes de France où nous, les snippers du bitume, nous ne visons personne, mais tuons n'importe qui par nos excès de vitesse.
Pitié, Seigneur, pour tant d'innocents écrasés, parce qu'ils ont eu le malheur de traverser la départementale qui coupe leur village, alors que nous fonçons à cent vingt kilomètres à l'heure.
Pardon pour ce père qui, voulant arriver à l'heure pour un repas de famille, a doublé dans un virage en décimant sa propre famille. Il a tué, de plus, le père, la mère et un enfant dans la voiture arrivant en face. Sept gosses s'y blottissaient… Pitié pour les six orphelins blessés dont deux sont handicapés à vie.
Pardon, Seigneur, de me foutre complètement de la vie des autres conducteurs mais de respecter uniquement l'emplacement des radars et l'endroit où les policiers sont embusqués.
Pardon, Seigneur, pour les centaines de jeunes qu'on trouve rituellement, chaque année, le samedi soir, déchiquetés dans les restes de leur voiture ou brûlés vifs en sortant des boîtes de nuit.
Pardon, Seigneur, pour les voitures nouvelles, spéciales jeunes, que nous leur vendons allègrement, grâce en partie au cadran de vitesse indiquant deux cents kilomètres à l'heure. Aie pitié de nous, adultes, leurs marchands de mort.
Pardon pour les bras d'honneur et autres gestes, face à un fou du volant, alors que nous savons que cela exacerbera son agressivité, en l'appelant à un peu plus de violence.
Pardon, Seigneur, pour nous les anciens qui, nous considérant comme très verts, refusons de nous résoudre à lâcher le volant, prétextant que notre vue ne baisse pas trop et que nous entendons très bien d'une seule oreille.
Pardon, enfin Seigneur, pour être sans pitié pour le criminel alors que nous nous trouvons tant de circonstances atténuantes quand nous tuons sur la route par homicide involontaire, à la suite d'imprudences multiples.
Aide-moi, Seigneur, chaque fois que je prends ma voiture, à faire une courte prière pour Te demander une conduite pacifique, un accélérateur respectueux des limites et un grand amour de l’autre.

Père Guy Guibert (Dieu mon premier amour, Stock, 1995)


De terre et d'étoiles ? L'esprit du chemin

Retrouvée dans la petite église de Najac en Aveyron, cette prière nous rappelle combien de tout temps les hommes ont conjugué l'esprit et le corps dans ce long voyage à destination de Saint-Jacques...
Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, ils ont su bâtir au cours des siècles l'esprit du chemin.

« Tu es né pour la route.
Marche,
Tu as rendez-vous.
Où, Avec qui ?
Tu ne sais pas encore
Avec toi peut-être.
Marche.
Tes pas seront tes mots
Le chemin, ta chanson
La fatigue, ta prière
Et ton silence, enfin
Te parlera.
Marche,
Seul, avec d'autres
Mais sors de chez toi.
Tu te fabriquais des rivaux
Tu trouveras des compagnons.
Tu te voyais des ennemis
Tu te feras des frères.
Marche,
Ta tête ne sait pas
Où tes pieds
Conduisent ton cœur.
Marche,
Tu es né pour la route
Celle de pèlerinage.
Une autre marche vers toi
Et te cherche.
Pour que tu puisses le trouver
Au sanctuaire du fond de ton cœur.
Il est ta paix
Il est ta joie
Va, déjà
Dieu marche avec toi ».

Anonyme


Prière

« Ô Dieu qui avez fait partir
Abraham de son pays
Et l’avez gardé sain et sauf
A travers ses voyages,
Accordez à Vos enfants
La même protection.
Soutenez-nous dans les dangers
Et allégez nos marches.
Soyez-nous une ombre
Contre le soleil,
Un manteau contre
La pluie et le froid.
Portez-nous
Dans nos fatigues
Et défendez-nous
Contre tout péril.
Soyez le bâton qui évite
Les chutes et le port
Qui accueille les naufragés
Afin que, guidés par Vous,
Nous atteignions avec certitude
Notre but et revenions
Sains et saufs à la maison ».

Prière chantée chaque matin par les pèlerins de Saint-Gilles
(Extrait de la Vie, 16 juillet 2009)


Prière de l'automobiliste (1)

Seigneur,
Accordez-moi une main ferme et un œil vigilant,
pour que je ne blesse personne lorsque je passe.
Seigneur,
Vous nous avez donné la vie, je vous prie qu'aucun
acte de ma part ne vienne ôter ou gâter ce don qui
vient de vous.
Seigneur,
Protégez ceux qui m'accompagnent, de tous les
maux, du feu et de toutes calamités.
Seigneur,
Apprenez-moi à me servir de ma voiture pour mes
besoins, sans négliger ceux des autres et à ne pas
mépriser, dans l'amour de la vitesse, la beauté du
monde que vous avez crée, afin qu'ainsi je puisse
avec joie et courtoisie, suivre mon chemin.
Ainsi soit-il

Anonyme


Le mortier de l’amour

Toi, qui au détour d'un voyage
Viens à passer dans nos pays, dans nos régions,
Toi qui admires la beauté de nos maisons,
Toi dont le regard est rempli de la couleur chaude de la pierre.
As-tu pensé à celui qui, du matin au soir,
Sous le soleil brûlant de l'été, ou dans le froid glacial de l'hiver,
A posé ces pierres les unes après les autres, donnant à chacune sa place ?
As-tu pensé à celui qui a taillé les angles, la clef de voûte,
Quand la passion et l'amour se confondaient
Au savoir-faire, à la précision du coup de taillant bien dosé ?
Prendre ces pierres dans la main, les tourner, les retourner
Qu'à la force les doigts y laissent un peu de leur peau,
Deviennent rouges et craquellent...
Ici, il n'y a pas de miracles.
Ces pierres-là, avant qu'elles deviennent
Du bon pain sur la table familiale, il en faut des heures de travail...
Pierre d'ici et pierre d'ailleurs,
De la Bretagne à l'Italie, du Nord et du Midi,
De l'Allemagne au Portugal... à chacune son enracinement.
Pierre jaune, blanche, rouge, noire... à chacune sa couleur.
Pierre tendre, dure, tranchante, facile à tailler... à chacune son caractère.
Comme la pierre dans les mains du maçon
Laisse-toi regarder par les yeux amoureux du Père,
Rends-toi disponible dans les mains laborieuses du Fils,
Laisse-toi façonner par le savoir-faire, l'expérience de l'Esprit.
Prends appui sur la Pierre Angulaire qui s'appelle Jésus-Christ.
Oh oui ! Cette pierre-là, surtout ne la jette pas avec les gravats.
Elle est précieuse cette pierre, solide, bonne à bâtir,
Promise depuis longtemps, très longtemps, venues de très loin,
Extraite du cœur même d'un peuple, façonnée par des vies d'hommes,
De femmes, de croyants, de prophètes....
Cette pierre, elle a pris toutes les couleurs du monde
En jaillissant hors du tombeau au matin de Pâques...
Alors, quel que soit ton lieu d'origine,
Quelle que soit la couleur de ta peau,
Quels que soient tes qualités et tes défauts....
Tu as ta place parmi les hommes et, relié à eux par le mortier de l'amour,
De la solidarité, tu peux construire un monde beau, solide.
Alors je ne te dis pas l'allure qu'il peut avoir ce monde….

Un prêtre ouvrier


Prière de l'automobiliste (2)

Seigneur,
Toi qui es toujours présent sur la route de chacun,
Toi dont l'amour féconde nos gestes quotidiens,
Tourne vers moi Ton Visage,
Sois mon fidèle compagnon tout au long de mes voyages.
Accorde-moi de bien user de ma liberté
et de garder le sens de mes responsabilités.
Donne-moi, même si parfois cela me coûte,
d'observer scrupuleusement le code de la route,
par respect pour la vie que Tu m'as donnée
et pour celle de mes frères qui est sacrée.
Que je ne fasse jamais de ma voiture
un char d'assaut ou une imbécile armure,
pour me vanter de quelque performance
ou assouvir mon instinct de puissance.
Qu'elle soit un simple outil au service de mon travail
et pour le plaisir de mes loisirs.
Accorde-moi, comme le Bon Samaritain,
de savoir porter secours à celui qui en a besoin
et de faire un détour pour aider mon voisin.
Accorde-moi l'humour et la patience dans les encombrements
et, dans un beau paysage, la grâce de l'émerveillement,
l'humilité pour accepter mes propres limites
et la sobriété quand quelqu'un m'invite.
Rappelle-toi que je ne suis qu'un pauvre voyageur
qui roule vers Ton ultime rendez-vous mais ne doit pas,
de lui-même, en devancer l’heure.

Michel Hubaut


Ami de passage …

Ami de passage
Qui que tu sois
Nous sommes heureux de t'accueillir.
Te voilà dans une église
Que nous te demandons de respecter.
Cette église est le témoin
Que les générations précédentes nous ont laissé :
Témoin de l'habileté de leur savoir-faire.
Témoin de la foi en leur Dieu
Ici, ils ont porté leurs joies et leurs peines
Ici, ils ont célébré la présence de Jésus-Christ.

Ami de passage
Cette église est toujours le lieu de recueillement
Le lieu de la prière
Le lieu du rassemblement pour l'Eucharistie.
Nous te faisons confiance :
Ne dérange pas son ordre
Ne dénature pas sa destination.
Avec tes yeux et ton cœur
Regarde la beauté du travail des hommes
Cherche la présence discrète de Dieu.

Ami de passage
Que cette visite reste en toi
Comme un moment de paix.

La communauté des chrétiens de Sion

 

Le Sillon de Talbert en Pleubian (Bretagne)
© Yvon Garel / sitEColes

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics