Accueil > Contenus d'enseignement > Langages - penser - communiquer > Langues vivantes

Compétences des enseignants pour l’enseignement des langues 

Temps de lecture : 12 minutes
Compétences des enseignants pour l’enseignement des langues 

Pour enseigner une langue vivante au primaire, quel est le niveau attendu ? Quelles sont les exigences institutionnelles (habilitation, CLES 2…). Que faire si je ne me sens pas au niveau ?

 

Le référentiel de compétences des enseignants (2013) indique « Utiliser une langue vivante étrangère dans les situations exigées par son métier »

L’habilitation, B.O. N° 41 du 8 novembre 2001, est exigée pour enseigner les langues à partir du CP. Au cas où il n’y aurait pas suffisamment d’enseignants habilités dans une école pour assurer l’enseignement des langues vivantes, il arrive que certains IEN fassent preuve de tolérance et que certains enseignants non habilités puissent ainsi prendre en charge cet enseignement. Cependant, on ne peut que conseiller de se former afin de préparer l’habilitation.

Habilitation obtenue à l’issue du concours

Depuis 2014, à l’issue de leur formation initiale, les enseignants doivent avoir validé la compétence «Enseigner une langue étrangère ».
-pour les lauréats des concours à compter de la session 2014 : leurs compétences linguistiques sont attestées par la réussite au CLES 2 et leurs compétences didactiques par la validation d'un module de didactique des langues en cours de formation. Voir Décret 2013-768 du 23 août et du 27 août 2013 sur les masters des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation.
-les enseignants ayant obtenu le concours avant 2014 peuvent avoir été habilités à l'issue de leur formation initiale s'ils ont pris l'option LV au concours et obtenu une note suffisante.

Habilitation obtenue près de la Direction Académique

Pour les enseignants ayant obtenu le concours avant 2014 et n’ayant pas pris l’option LV au concours, la compétence peut être reconnue par l’habilitation en langues vivantes. Cette habilitation s’obtient en deux parties :

Première partie : L'entretien d'habilitation provisoire 
Le niveau attendu est le niveau B2 du cadre européen commun de référence pour les langues du conseil de l'Europe pour la compréhension orale et écrite et le niveau B1 pour l'expression orale. L’entretien se compose de quatre parties :
-Ecoute et restitution d'un document sonore ou audiovisuel
-Entretien avec les membres de la commission en langue vivante
-Lecture d'un document
-Connaissance des textes officiels
Seuls les candidats admis à cette première partie pourront se présenter à la seconde partie pour obtenir l’habilitation définitive.

Deuxième partie : la visite en classe pour l'habilitation définitive
Il s’agit de la visite programmée d'un IEN accompagné d'un conseiller pédagogique ou d'un enseignant ressource. Elle débute par un temps d'observation en classe permettant de vérifier que l’enseignant sait :
-Situer le travail dans une progression.
-Mettre en œuvre une pédagogie de communication.
-Mettre en place des activités d'entraînement à la compréhension de l'oral en exposant les élèves à une langue authentique.
-Introduire des éléments linguistiques nouveaux et les faire pratiquer dans des activités et des situations adaptées à de jeunes enfants.
-Développer l'expression orale des élèves.
-Réagir de façon pertinente aux erreurs.
-Evaluer les acquisitions des élèves.

La visite se conclut par un temps d'entretien ayant pour objectif de donner un lieu d'échanges basé sur un bilan des pratiques pédagogiques observées.

Le rôle de l’enseignant non habilité.

Lorsqu’un enseignant n’est pas habilité à enseigner les langues vivantes du CP ou CM2, le plus souvent, un intervenant prend en charge cet enseignement au sein de la classe. Il peut s’agit d’un collègue habilité dans le cadre d’un échange de service, d’un professeur de collège rémunéré par le Rectorat en heures supplémentaires, d’une personne ayant obtenu l’habilitation rémunérée par l’OGEC ou même d’un bénévole (idéalement ayant obtenu l’habilitation).

Cependant, l’enseignant de la classe reste responsable de l’enseignement des langues vivantes. Il est garant du respect du volume horaire et du contenu de l’enseignement qui doit être conforme aux programmes de l’éducation nationale. Il est également garant de la qualité de l’approche pédagogique - il doit en particulier veiller à ce que l’évaluation reste positive. Dans certains établissements, l’intervenant ne prend pas en charge la totalité du volume horaire d’enseignement des langues vivantes au sein de la classe. L’enseignant doit alors compléter, par exemple en prenant en charge l’enseignement de la dimension culturelle, et / ou en proposant des activités de réinvestissement. Il peut également animer certains rituels en langues étrangère (météo, date, appel…) ou donner des consignes de classe en langues étrangère, tout comme pourrait le faire un enseignant habilité. Si l’on n’est pas dans le cadre d’un échange de service, ou si l’intervenant ne prend pas les élèves en demi-groupes, l’enseignant doit assister au cours. S’il y participe (pour animer un groupe, par exemple) et s’il travaille en collaboration avec l’intervenant, cela peut déboucher sur un dispositif d’une très grande richesse, l’intervenant apportant sa compétence linguistique et l’enseignant sa connaissance des élèves et ses compétences pédagogiques.

Il est de la responsabilité du chef d’établissement d’organiser le dispositif afin que l’enseignement des langues vivantes soit assuré dans toutes les classes du CP au CM2. Il est également de sa responsabilité de veiller à la cohérence de la progression et de l’approche didactique et pédagogique lorsque plusieurs catégories de personnels interviennent dans l’établissement. Cela implique de prendre le temps d’un travail d’équipe rassemblant les enseignants et les intervenants.
 

Des pistes pour préparer l’habilitation
Avant de vous présenter à l'habilitation, il est nécessaire de...
Habilitation définitive : comment s'y préparer ?
Exemple de grille de renseignements pour la visite de validation de l'habilitation
L'habilitation en langues vivantes ferait-elle peur aujourd'hui ?
 

Evaluer son niveau linguistique et se former à l’enseignement des langues.
-Le niveau requis pour enseigner les langues est le niveau B2 pour la compréhension orale et B1 pour l’expression orale du cadre européen des langues.
-Le site primlangues comprend un espace "se former" avec des possibilités pour s’auto-évaluer et donne accès à des sites et des modules d’auto-formation.
-A signaler plus particulièrement le Test diagnostique de langue "Dialang" soutenu par la Commission Européenne (Programme Socrates, Lingua). C’est un outil gratuit en référence avec le cadre européen des langues. Il vous permet de vous tester en ligne en compréhension orale, compréhension écrite, production écrite, connaissance des structures grammaticales et vocabulaire.
-Plus simple mais non homologué, un test d’auto-évaluation permettant à un enseignant de situer son niveau de performance dans une langue vivante.
-Être enseignant et apprendre les langues ? reprend les pistes définies par le guide publié par l’Union Européenne.
-L’article Enseigner les langues vivantes et se former encourage à développer une attitude positive et confiante envers l'enseignement des langues : approches interculturelles, actionnelle, T.P.R…

Pour tout renseignement concernant les formations continues dans le domaine de l’enseignement des langues vivantes, les enseignants peuvent d’adresser à association territoriale Formiris.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics