Accueil > Culture religieuse et pastorale > Année liturgique et fêtes > Temps forts

Une année sainte de la miséricorde

Temps de lecture : 14 minutes
Une année sainte de la miséricorde

Le pape François a fait de cette année 2016 une « année sainte de la miséricorde » c'est-à-dire un temps où chaque baptisé est invité à redécouvrir la miséricorde de Dieu, à se souvenir de cet amour que Dieu a pour chacun de nous. Et la miséricorde nous concerne tous. Si nous allions à sa découverte avec nos élèves !

Une année sainte, un jubilé : c’est quoi ?
Un temps de joie pour tourner davantage notre coeur vers Dieu.
La tradition des jubilés date du pape Boniface VIII. Elle s’est mise en place à Rome en l’an 1300. Le rythme prévu était d’un Jubilé à chaque siècle. A partir de 1475, le rythme est de 25 ans, retenu afin de permettre à chaque génération de vivre une année sainte. 
Cependant, pour une raison spéciale, un Jubilé extraordinaire peut être convoqué. Ainsi ce fut le cas au 20ème siècle en 1933 (avec le pape Pie XI) et en 1983 (avec Jean-Paul II). Il en est de même en 2015 pour marquer le 50ème anniversaire de la fin du Concile Vatican II (8 décembre 1965), concile qui prônait une Eglise plus ouverte et miséricordieuse. 
 
Pourquoi une année de la miséricorde ? 
C’est une volonté du pape François de donner le visage d’une Eglise, témoin de la miséricorde de Dieu dans le monde. Et il encourage chaque chrétien à cultiver cette attitude du coeur. Les catholiques sont invités à franchir les portes symboliques ouvertes dans chaque diocèse dans une démarche de pénitence de rapprochement avec le Christ.
 
C’est quoi la miséricorde ?
Etymologie du mot : il vient du latin « miséreor » : j’ai pitié et « cor » : coeur. 
En tant que tel, ce mot n’existe pas, en hébreu, dans l’Ancien Testament. La Bible utilise d’autres mots :
- le mot « rahamim » : un mot viscéral qui parle des entrailles de Dieu. Dieu a des entrailles, il a le peuple d’Israël dans la peau et il l’aimera toujours comme une mère.
« La miséricorde, c’est la dimension maternelle du divin » (Fleur Nabert)
- le mot « hesed » : la fidélité   
 
Ce qu’en dit le pape François
Etre miséricordieux signifie ouvrir son coeur au mystère. Regardons l’attitude du Seigneur : la miséricorde, c’est l’attitude divine qui consiste à ouvrir les bras, c’est Dieu qui se donne et qui accueille, qui se penche pour pardonner…. On peut dire que la miséricorde est la carte d’identité de notre Dieu. 
La miséricorde est comme le ciel : nous, nous regardons le ciel criblé d’étoiles, mais quand le soleil se lève, au matin, avec sa grande lumière, les étoiles ne se voient plus. Ainsi est la miséricorde de Dieu : une grande lumière d’amour et de tendresse, parce que Dieu pardonne non avec un décret mais avec une caresse. 
La miséricorde est un élément indispensable dans les relations humaines, pour qu’il y ait de la fraternité. La seule mesure de la justice ne suffit pas. Avec la miséricorde et le pardon, Dieu va au-delà de la justice, il l’englobe et la dépasse, en un évènement supérieur dans lequel on fait l’expérience de l’amour, qui est le fondement de la vraie justice. 
Pour en savoir plus, sur le site : « Le nom de Dieu est miséricorde ».
 
Une année de la miséricorde avec un logo et une devise
La devise : « Misericordiosi come il Padre » (« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » Luc, 6,36) : vivre la miséricorde à l'exemple du Dieu Père qui demande de ne pas juger ni condamner, mais de pardonner et donner l'amour et le pardon sans mesure (Luc, 6,37-38)
Le logo : (œuvre du Jésuite, le Père Marko I Rupnik) : le Fils charge sur ses épaules l'homme égaré rattrapant, ainsi, une image bien chère à l'Église ancienne, car elle exprime l'amour du Christ qui s'acquitte du mystère de son incarnation, par la rédemption.
Ce dessin fait émerger l'attitude du Bon Pasteur qui touche en profondeur la chair de l'homme avec un amour qui lui change la vie.
Un détail : le Bon Pasteur charge sur lui, avec une miséricorde infinie, l'humanité entière mais ses yeux se confondent avec ceux de l'homme.
Cette scène se situe à l'intérieur de l'amande, un symbole cher à l'iconographie ancienne et du Moyen-Âge, appelant la co-présence de deux natures, la divine et l'humaine, dans le Christ. Les trois ovales concentriques, en couleur progressivement plus claire, vers l'extérieur, évoquent le mouvement du Christ apportant l'homme en dehors de la nuit du pêché et de la mort.
 
Une année sainte et des symboles : la porte et le pèlerinage.
Comme tout symbole, celui de la porte est très riche. Quoi de plus familier qu’une porte que l’on ouvre, que l’on ferme, à laquelle on frappe, que l’on franchit.
La porte de la maison où vivent et cohabitent les membres d’une famille.
La porte d’une chambre où l’on se retire pour être seul et retrouver l’intimité.
La porte d’une église, d’un temple où l’on entre pour se rassembler et prier.
La porte d’un jardin où l’on cherche la détente et le repos.
La (les) porte(s) d’une ville qui se protège contre des ennemis.
Les portes, un symbole majeur dans l’Ecriture et dans notre vie quotidienne.
 
Voir sur le site : La porte dans notre quotidien, dans le langage courant, dans la Bible et dans l’Évangile, dans nos églises. « Je suis la porte » 
Et pour mieux comprendre l’importance du pèlerinage dans la vie des chrétiens :
 
La miséricorde a ses témoins
Citons quelques exemples :
Soeur Jeanne Jugan, fondatrice des petites soeurs des pauvres
Soeur Faustine Kowalska, une religieuse polonaise
Mère Térésa
Don Helder Camara, le défenseur des pauvres
Le père Guy Gilbert, l’apôtre des loubards
Le père Pierre Ceyrac, missionnaire en Inde
L’abbé Franz Stock ou le père Maximilien Kobe, des témoins au coeur de la barbarie nazi.
 
L’équipe d’animation pastorale de la DDEC d’Ille-et-Vilaine vous propose un dossier sur la miséricorde avec une découverte de tous ces témoins. 
 
Comment se manifeste la miséricorde ?
Les œuvres corporelles 
-  Nourrir les affamés 
-  Donner à boire aux assoiffés 
-  Vêtir les personnes nues 
-  Loger les sans-logis 
-  Visiter les malades 
-  Annoncer la Bonne Nouvelle aux prisonniers et aux captifs 
-  Enterrer les morts 
 
Les œuvres spirituelles 
-  Conseiller ceux qui en ont besoin 
-  Instruire les ignorants 
-  Exhorter les pécheurs 
-  Consoler les affligés 
-  Pardonner les offenses 
-  Endurer les injures avec patience 
-  Prier pour le prochain et pour les morts et supporter les  défauts des autres 
 
Et le Dieu de miséricorde en Islam ?
« Miséricorde ? Dieu en Islam est miséricorde ? Vraiment ?
Que serait un Dieu s’il n’était pas amour et miséricorde ? « Dieu vous est tendre et miséricordieux », dit le Coran et pour le musulman, il n’y aucune prière, aucun acte, même le plus banal, qui ne commence par l’invocation du Dieu al-Rahmân, al-Rahîm, le Miséricordieux, le Tout Miséricorde :
 
C’est Lui qui fait tomber l‘ondée
lorsque les hommes sont désespérés.
Il étend sa miséricorde,
Il est le maître digne de louange. »
(Karima Berger, « Les attentives »)
 
Pour aller plus loin :
Textes à méditer : La miséricorde
En chemin, Carême 2016 : un dossier de la DDEC de Loire-Atlantique s’appuyant sur cette année de la Miséricorde
« Dieu nous invite à la miséricorde ! » : une célébration à vivre pendant le carême (une proposition de la DDEC des Côtes d’Armor)
Un dossier du service diocésain de catéchèse du Morbihan autour de sainte Faustine Kowalska : livret CE-CM et dossier animateur ; livret cycles 1 et 2 et dossier animateur
 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics