Accueil > Documents non rubriqués

Accueillir l'étranger

Temps de lecture : 19 minutes
Accueillir l'étranger

Migrant, sans-papiers, … rom, gitan, etc… Quel regard portons-nous sur ces "étrangers" ? Quel accueil dans l’école ? Quelques repères pour mieux vivre ces situations et répondre dans l'école à l'appel du pape François.

Le 10 septembre 2015, le secrétaire général de l'Enseignement catholique, Pascal Balmand, a écrit à tous les chefs d'établissements pour leur indiquer comment se ressaisir dans les écoles de l'appel du pape. Lire cette lettre.

"Quand Angel est entré dans la classe, la première fois, on sest tous demandé où il allait pouvoir sinstaller. Angel, il nest pas comme nous. Enfin pas tout à fait comme nous. Il est différent, surtout ses yeux. Angel ne regarde pas, il observe, tout le temps. Il scrute. Il reste de longs moments, seul, à nous épier. Je lai bien vu : il a toujours trois billes avec lui, pendant toute la récréation, il les fait rouler dans ses mains, entre ses doigts, et il nous fixe.

Lautre jour, Caroline a proposé de linviter à jouer à chat, mais on a tous grimacé : on était déjà assez nombreux, il ne courait sûrement pas assez vite, il avait cet air étrange, et son sac à dos était trop moche. Vraiment, ç’aurait été la honte de jouer avec ce garçon bizarre et aussi mal habillé. Laura, qui a toujours le dernier mot, a résumé la situation en lançant : "Laisse, cest un gitan". (Extrait du livre "Dans les yeux dAngel" de Cécile Roumiguière).

"Laisse, c’est un noir, un arabe, un gitan, etc..." : une phrase qui vient classer les personnes dans ces étrangers, ces différents que l’on a du mal à accepter.

 

Mais l’étranger, cest qui ?
Définition du Robert : étranger vient du latin « extraneus » : du dehors, de l’extérieur.
- C’est celui qui n’est pas de chez nous.
- C’est celui qui est d’une autre nation, qui ne possède pas la nationalité française.
Et cet étranger, celui qui vient d’ailleurs, du dehors, est par nature perçu comme différent.

Les noms de ces étrangers
Ceux qui ne sont pas de ma famille, de ma culture : les touristes, les français d’origine étrangère, …
Ceux qui sont d’une autre nation :
le migrant : celui qui quitte son pays d’origine pour s’installer durablement dans un pays dont il n’a pas la nationalité,
le réfugié : celui à qui un pays accorde une protection, en raison des risques de persécution qu’il encourt dans son pays d’origine (pour des motifs politiques, ethniques, religieux…),
le clandestin : celui qui enfreint les règles relatives au droit de séjourner dans un pays et se soustrait à la surveillance de l’administration,
le sans-papiers : l’étranger qui vit dans un pays sans en avoir obtenu le droit. Il n’a pas de papiers l’autorisant à vivre dans le pays (titre de séjour) mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas de papier d’identité,
le demandeur dasile : celui qui a fui son pays, parce qu’il y subit des persécutions ou craint d’en subir et qui demande une protection au pays où il est venu,
lapatride (le sans-patrie) : celui qui est dépourvu de nationalité légale, qu’aucun Etat ne considère comme son ressortissant.

Et quelle attitude à l’égard de l’étranger ?
Une attitude citoyenne a pour noms : accueil, compréhension, respect, tolérance, etc...,
À lopposé, une richesse de vocabulaire pour signifier l’attitude de rejet, d’exclusion, d’incompréhension, d’intolérance, etc..., à cause de la couleur de peau, de la religion, des origines, …
- Le racisme : c’est l’ensemble des comportements conscients ou non, fondé sur l’idée de supériorité de certains hommes sur d’autres.
L’article 24 de la loi française contre le racisme en 1972 précise : "le racisme peut se définir comme toute discrimination, haine ou violence, à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes, en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une culture, une nation, une race ou une religion."
La xénophobie : la haine, l’hostilité à l’égard de l’étranger,
la discrimination : le fait de séparer un individu ou un groupe social des autres en le traitant plus mal,
lantisémitisme : la discrimination et l’hostilité manifestées à l’égard des Juifs,
la ségrégation : la séparation physique d’une personne ou d’un groupe de personnes à qui on fait subir des discriminations sur leur origine ethnique, la couleur de leur peau, leur âge, leur sexe, leur religion, etc…
larabophobie : la peur ou le préjugé contre les personnes arabes ou ressemblant à des arabes,
lislamophobie : la peur ou la vision altérée par des préjugés de l’islam ou de musulmans.

Que dit la Loi française sur ces attitudes ?
Le racisme est un délit puni par la loi. Elle punit :
- la provocation publique ou non-publique à la discrimination raciale, à la haine, à la violence nationale, raciale ou religieuse,
- la contestation de crime contre l’humanité,
- la diffamation raciale publique ou non-publique,
- l’injure raciale publique ou non-publique.
Voir les lois anti racistes
Loi n°72-546 du 1er juillet 1972 relative à la lutte contre le racisme.
Loi n°90-615 du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe.
Loi n°2001-1066 du 16 novembre 2001 relative à la lutte contre les discriminations.
Loi n°2003-88 du 3 février 2003 visant à aggraver les peines punissant les infractions à caractère raciste, antisémite ou xénophobe.

Que dit lEglise catholique ?
"Tous les hommes, doués d’une âme raisonnable et créés à l’image de Dieu, ont même nature et même origine ; tous, rachetés par le Christ, jouissent d’une même vocation et d’une même destinée divine : on doit donc, et toujours davantage, reconnaître leur égalité fondamentale. Assurément, tous les hommes ne sont pas égaux quant à leur capacité physique qui est variée, ni quant à leurs forces intellectuelles et morales qui sont diverses. Mais toute forme de discrimination touchant les droits fondamentaux de la personne, qu’elle soit sociale ou culturelle, qu’elle soit fondée sur le sexe, la race, la couleur de la peau, la condition sociale, la langue ou la religion, doit être dépassée et éliminée, comme contraire au dessein de Dieu" [« Gaudium et spes, 29 »].
"Quand l’étranger frappe à nos portes" : un document du comité épiscopal des migrations et des gens du voyage.

Que nous dit la Bible ?
Lire "l'étranger dans la bible". 
Le site « Catéchèse par la Parole » propose deux modules d’approche catéchétique :
Babel/Pentecôte
Ruth : l’étrangère dans la Bible

Et que faire ?
Comprendre : la présence dans notre pays de personnes venant de l’étranger s’inscrit dans des phénomènes qu’il importe de repérer. Ce sont des réalités liées à l’histoire, aux guerres qui sévissent dans certains pays, au non-développement de bien des pays du Sud en particulier la zone sud-sahel, etc. Tout au long de l’année, il existe des moments plus privilégiés sur ce travail de découverte et de compréhension :
- les journées ou semaines proposées par l’Éducation nationale :
. journée de lutte contre le racisme : le 21 mars,
. la semaine d’éducation contre le racisme du 16 au 21 mars,
- les temps forts dans la vie de l’Église (Noël, temps du partage, le carême, etc...) avec également la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié (2ème dimanche après le 6 janvier).
Reconnaître lautre : c’est la en mise œuvre concrète de la fraternité, présente dans la devise républicaine et au cœur du message évangélique. Qui est cet autre : son origine, sa culture, sa religion… Ainsi, on peut travailler avec les élèves à changer les nombreuses représentations véhiculées autour d’eux. "Personne nest né avec de la haine pour lautre du fait de la couleur de sa peau, ou de son origine, ou de sa religion. Les gens doivent avoir appris à se haïr, et sils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car lamour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé." (Nelson Mandela)
Accueillir lautre dans le quotidien, à l’école ; donner place au dialogue et aux actions concrètes de partage. "L’étranger,  il est comme tout le monde, c'est-à-dire qu'il n'est pas pire, pas meilleur non plus, mais seulement plus désolé." (Abbé Pierre)

Pour aller plus loin
. Le site Bayard Jeunesse propose des documents pour aider la compréhension de la crise des migrants :
- Si on faisait la paix (pour les petits à partir de 5 ans)
- « Les réfugiés et les migrants : pourquoi on en parle tant ? » (pour les 7-11 ans)
- « Copains de classe, copains du monde » (pour les 7-11 ans)
- « Partir à tout prix » (pour les plus grands)
À cela ajoutons une sélection d’ouvrages de fiction sur les thèmes du déracinement, de l’exode et du difficile accueil réservé aux réfugiés.
. Sur le site Eduscol : Agir contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie : des ressources pour alimenter la réflexion.
. Le site de l’Eglise catholique sur la pastorale des migrants.
. Sur sitEColes :
Textes à méditer :
Ah ! L’étranger !
La fraternité
L’autre, le différent
À partir dun texte biblique :
la Tour de Babel :  l’autre, l’étranger, celui qui est différent, qui parle une autre langue, celui dont je ne comprends pas la culture…: la foi d’Israël et celle des chrétiens affirment que toute l’humanité a une seule origine. Nous formons une seule famille, nous possédons un même sang, sans races supérieures ni inférieures. 
Pour un échange à partir dune œuvre de littérature :
Dans les yeux d’Angel de Cécile Roumiguière
Je m’appelle pas Ben Laden de Bernard Chambaz
Voir aussi L’étranger dans la littérature jeunesse.

Heureux les citoyens du monde
qui évitent les guerres et combattent le racisme !
Ils obtiendront la Paix.
Heureux ceux qui acceptent de vivre avec les autres
sans distinction de race et de couleur de peau !
Ils senrichiront les uns les autres.
Heureux, vous tous qui êtes maillon dun monde solidaire !
Vous bâtirez ensemble un monde fraternel.
Heureux, vous qui avez faim et soif de dignité et de respect !
Vous serez rassasiés.
Heureux, vous qui brisez les frontières !
Heureux, vous, les couples mixtes !
Vous vivez déjà lamour entre les nations.
Heureux, vous qui accueillez les enfants de toutes races !
Ils vous donneront tous le même sourire.
Heureux sommes-nous, citoyens du monde
par la richesse multipliée de nos origines différentes !
Nous bâtissons un monde aux couleurs de l’Évangile.

(Service « Migrations et Pastorale » mai-juin 97)

 

Crédit image Fotolia ©

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics