Accueil > Contenus d'enseignement > Formation personne et citoyen > Ouverture à l'autre

La longue marche des dindes

Temps de lecture : 8 minutes
La longue marche des dindes

Un album de littérature jeunesse pour réfléchir sur le sens de la vie, les liens de famille et d’amitié…Thématiques de l’ouvrage : l’amitié, la tolérance, la différence, grandir et devenir adulte.

Cette fiche fait partie du dossier de la littérature jeunesse pour réfléchir.

La longue marche des dindes – auteur, Kathleen Karr ; illustrateur, Alan Mets ; éditeur, l’école des loisirs ; date de publication, 1999.

Niveau
CM2, ou bon niveau de fin des CM1. La longueur du texte peut être un obstacle pour certains élèves, mais une lecture accompagnée par l’enseignant qui lira ou résumera certains passages permettra de faire profiter tous les élèves de se livre très savoureux qui leur plaira à coup sûr.

Résumé du livre
L’histoire se déroule dans le Missouri vers 1860. A quinze ans, Simon Green doit quitter l’école. Peu doué pour les études, il n’a jamais réussi à dépasser le niveau du CE1. Pour gagner sa vie, il doit trouver une idée. Ayant entendu dire qu’une dinde, qui ne vaut que 25 cents dans le Missouri, se vend 5 dollars à Denver où les pionniers manquent de viande, il décide d’acheter un troupeau de 1000 dindes et de le convoyer sur 1000 km pour faire fortune. Son institutrice croit en lui et lui avance toutes ses économies pour acheter les dindes. Pour l’accompagner, il embauche comme charretier, Bidwell Peece, un ivrogne. En chemin, ils sont rejoints par Jabeth, un esclave en fuite, et de Lizzie, une jeune fille qui s’est retrouvée seule dans la prairie après le décès de toute sa famille. Tout au long de leur périple, les aventures se multiplient. Il faut s’occuper des dindes, mais aussi faire face aux voleurs, aux indiens, à un nuage de sauterelles et même au soldats de la cavalerie qui ne trouvent rien de mieux à faire que de s’entrainer au tir sur les dindes.

Dans ce roman d’initiation, Kathleen Karr nous raconte avec beaucoup de rythme et d’humour une belle histoire d’aventure et d’amitié entre des personnages atypiques. On se laisse pendre par le suspense et l’on est surpris d’apprendre que cette histoire de convoyage de dindes est inspirée de faits réels.

L’auteur
Née en 1946, Kathleen Karr vit dans l'Etat de Washington aux Etats-Unis. Elle a été professeur et a aussi travaillé dans l'industrie cinématographique. Elle est l’auteur de nombreux livres pour enfants ou jeunes adultes. Ses œuvres sont réputées pour l’exactitude des détails historiques, la plupart ayant lieu au 19ème ou au début de 20ème siècle.

Des pistes de réflexion et d’échange possible

  • L’intelligence : Simon, à 15 ans, doit quitter l’école car il est toujours au CE1, classe qu’il a quadruplée quatre fois. Pourtant, il réussira à faire fortune. Qu’est-ce donc qu’être intelligent ? Simon n’a pas l’intelligence « scolaire », mais quelle autre forme d’intelligence a-t-il ? Intelligence « pratique » (il répare le vieux chariot, il organise le voyage), intelligence de la nature (il observe et comprend les animaux, il sait les soigner et les guider), intelligence des affaires (il trouve une bonne idée pour faire fortune), intelligence « interpersonnelle » (il sait convaincre et entrainer les autres) et surtout intelligence du cœur (il ne juge pas les autres même s’ils sont différents, il donne leur chance à un ivrogne et à un esclave, il est serviable et sensible).
  • L’amitié : Peut-on dire que les personnages du livre deviennent amis ? Qu’est-ce que l’amitié ? Est-elle possible entre des gens très différents ?
  • La tolérance et le respect de l’autre : Simon n’a pas réussi à l’école et tout le monde le prend pour un idiot dans son village. Jabeth est en esclave noir en fuite. Bidwell Peece est alcoolique. Ils s’associent, et pour réussir, chacun doit accepter la différence et les faiblesses des autres.
  • Grandir et devenir adulte : La longue marche des dindes est un roman initiatique. En surmontant les épreuves du voyage, Simon apprend, il grandit, il prend confiance en lui, il fait l’expérience de l’amitié et de l’amour. Il est indépendant, il est le chef de la petite équipe qu’il a formé et il parvient à faire fortune. Pourtant, tout à la fin du livre, il écrit « Lizzie n’a que seize ans (…) M. Peece dit qu’elle et moi devons attendre un an ou deux pour découvrir si nous nous aimons réellement comme nous le pensons ».
  • La confiance : Miss Rogers, l’institutrice confie toutes ses économies à Simon pour lui permettre d’acheter son troupeau de dindes. Bien qu’il ait toujours été le plus mauvais élève de la classe, elle lui fait confiance pour réussir et aussi pour avoir l’honnêteté de lui rendre l’argent s’il fait fortune. Sans cette confiance accordée au départ, il n’y aurait eu ni aventure, ni réussite… ni histoire. Que ressentons-nous quand on ne nous fait pas confiance ? Sur quels critères accorder sa confiance ? Faire confiance, est-ce aussi prendre des risques ?
  • Découverte de la civilisation américaine avant la guerre de sécession, la conquête de l’Ouest, l’esclavage.  

Pour une exploitation pédagogique, voici un lien intéressant sur Educalire.

 

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics