Accueil > Contenus d'enseignement > Langages - penser - communiquer > Langues vivantes

Le hollandais sans peine 

Temps de lecture : 7 minutes
Le hollandais sans peine 

Un album de littérature jeunesse pour réfléchir sur le sens de la vie, les liens intergénérationnels…Thématique de l’ouvrage : Les relations parents-enfants, la découverte de l’autre, l’amitié, le rapport au savoir et à l’apprentissage, qu’est-ce qu’une langue étrangère ?

Cette fiche fait partie du dossier de la littérature jeunesse pour réfléchir.

Le Hollandais sans peine – auteur, Marie-Aude Murail ; illustrateur, Michel Gay ; éditeur, l’école des loisirs ; date de publication, 1989

Niveau : début de cycle 3

Thématique
Les relations parents-enfants, la découverte de l’autre, l’amitié, le rapport au savoir et à l’apprentissage, qu’est-ce qu’une langue étrangère ?

Résumé du livre
Le papa de Jean-Charles a décidé que sa famille passerait les vacances dans un camping en Allemagne afin que ses enfants puissent apprendre une langue étrangère grâce à un « bain de langue ». Jean-Charles, lui , n’aime pas les devoirs de vacances et n’a pas du tout envie d’apprendre une langue étrangère. Lorsque ses parents le poussent à se lier d’amitié avec le petit garçon de la tente d’à côté, et que celui-ci lui fait comprendre qu’il aimerait bien apprendre le français, Jean-Charles se laisse donc aller à la plaisanterie : il invente des mots. Cependant, son nouvel ami apprend vite, et Jean-Charles finit par devoir noter les mots qu’il invente pour les retenir lui-même. Les deux enfants finissent par communiquer de façon très efficace dans la langue inventée. Jean-Charles explique à son papa que son nouvel ami est hollandais et qu’il lui apprend cette langue. Son papa est tellement ravi qu’il le dispense même de devoirs de vacances. A la fin des vacances, Jean-Charles découvre que son ami était en fait Irlandais. Ses parents, eux, ne se douteront jamais de rien, et Jean-Charles s’est forgé une réputation de « fort en langues », ce qui lui vaudra d’en apprendre plusieurs tout au long de sa vie.

Lauteur
À travers ses livres, Marie-Aude Murail explore plusieurs veines qu’elles soient politique, réaliste, fantastique ou humoristique. Elle a reçu en 2004 l’insigne de chevalier de la légion d’honneur pour services rendus à la littérature. Elle se mobilise pour la défense des enfants de réfugiés sans papiers. Les thèmes de la relation à l’autre et de la découverte de la différence quelle aborde dans « Le hollandais sans peine » sont très présents dans son œuvre.

Des pistes de réflexion et d’échange possible

  • Pour le papa de Jean-Charles, réussir dans la vie passe par l’apprentissage des langues étrangères. Qu’est-ce que « réussir dans la vie » ? Certaines connaissances sont-elles indispensables pour cela ?
  • Les relations parents-enfants : le père de Jean-Charles voudrait qu’il apprenne les langues étrangères parce que lui-même n’en parle aucune, ce dont il souffre. Jean-Charles n’a pas envie de se soumettre au désir de son père, il le fait donc marcher…et réussit même à ne pas se faire prendre. Cependant, à la fin du livre, on découvre qu’il apprendra au cours de sa vie de nombreuses langues étrangères…
  • Le rapport au savoir : Jean-Charles est un peu rebelle, il n’aime pas les devoirs de vacances, il fait marcher ses parents… pourtant, il conclut le livre en disant « Je suis devenu un grand savant » …
  • L’amitié : dès le premier contact, les deux enfants établissent une relation amicale, alors même qu’ils ne peuvent pas communiquer. Comment devient-on amis ? Qu’est-ce qu’être amis ?
  • Qu’est-ce qu’apprendre une langue ? Parce qu’il refuse d’apprendre une langue étrangère, Jean-Charles en invente une et l’apprend à son ami. Après avoir inventé des mots, il est amené à inventer une syntaxe. Les deux garçons finissent par communiquer de façon très efficace dans la langue inventée. Finalement, ce que Jean-Charles a fait n’était-il pas plus difficile que ce qu’attendait de lui son père ? Peut-on dire qu’il a appris une langue ? Qu’il est doué pour les langues ? Apprendre une langue « sans peine », est-ce possible ?
  • Mensonge ou plaisanterie ? Jean-Charles a fait marcher ses parents, et il a réussi à ne pas se faire prendre. A-t-on le droit de « faire marcher » les gens ? Y a-t-il des limites à se fixer? Qu’en est-il de la confiance ?
  • Les ressorts de l’humour. Les parents de Jean-Charles croient qu’il apprend le hollandais, ceux de son ami croient que celui-ci apprend le français. Cela crée toute une série de quiproquos et de situations à risque dont Jean-Charles se tire avec beaucoup d’humour et d’inventivité.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics