Accueil > Pédagogie > Expertise dans les apprentissages > Suivi des élèves

Conférence nationale sur l’évaluation des élèves et pistes de travail pour les écoles

Temps de lecture : 23 minutes
Conférence nationale sur l’évaluation des élèves et pistes de travail pour les écoles

Point d’étape lors d’une conférence des 11 et 12 décembre 2014 pour réfléchir à l’évaluation des élèves en s’enrichissant du travail de chercheurs et de praticiens. L’article propose des accès à des ressources et donne quelques pistes de mise en œuvre. Depuis, le rapport est paru.

Depuis la rédaction de cet article, le rapport du jury de la conférence nationale sur l'évaluation des élèves est paru. sitEColes vous informera des décisions ministérielles.
 
1. Une démarche du Ministère de l’Education nationale
Cette conférence a eu lieu les 11 et 12 décembre 2014. Elle se situe après une phase de consultation et avant que le  « Jury » fasse des recommandations au ministre de l’Education nationale en janvier 2015. La mise en œuvre est prévue pour 2015-2016. 
 
« Cette démarche vise à faire adopter, par un jury composé de membres issus de la communauté éducative et de la société civile, des recommandations pour l’évaluation des élèves, fondées sur les travaux de recherche, les connaissances scientifiques et les pratiques de terrain nationales et internationales »*.
 
La question de l’évaluation n’est pas neuve. Mais le consensus n’est pas réalisé : « Les objectifs, les principes et les modalités de l’évaluation des élèves doivent être partagés par tous : élèves, familles, enseignants, équipes pédagogiques et éducatives »*. 
Elle se pose au moment de la réflexion sur les contenus d’enseignement  dans le cadre de la refondation de l’école : nouvelle écriture du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, projet de programmes de l’école maternelle, projet de programmes de l’école élémentaire. 
« L’évaluation n’est pas le but ultime de l’enseignement : elle est au service des apprentissages. Elle doit permettre à l’élève d’identifier, en fonction du travail produit, ses points de réussite et ses fragilités, afin de l’aider à progresser »*.
 
2. Construire un consensus au sein de l’école
Conseil de cycle, concertation, conseil d’établissement, autant de lieux où une réflexion locale peut se mener.  Le débat peut s’organiser autour des 5 questions posées lors de cette consultation : 
1. « Comment l’évaluation peut-elle être au service des apprentissages des élèves et participer à leurs progrès ?
2. Comment rendre compte aux familles des progrès des élèves ?
3. Quelle place et quelle forme de la notation dans l’évaluation des élèves ?
4. Quels doivent être les moments de l’évaluation dans les parcours des élèves ?
5. Comment mobiliser les évaluations dans la détermination des parcours des élèves, leurs choix d’orientation et les procédures d’affectation » ?
 
Le Ministère de l’éducation nationale a mis en ligne des ressources pour alimenter le débat autour de ces questions. 
De courtes vidéos de 1 à 3 minutes avec des prises de paroles de responsables.
Une documentation, paroles de chercheurs : livres, articles, rapports… 
 
3. Point d’étape de la conférence des 11 et 12 décembre 2014
Pour avoir la totalité des expressions, des vidéos présentent in extenso les communications des deux jours de conférence.  
Pour voir le programme des 2 journées, cliquez ici.
 
Je partage, ci-dessous, quelques propos entendus, sans exhaustivité. 
 
Ouverture par Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire
La réflexion sur l’évaluation ne se conçoit pas de manière isolée. À replacer dans le contexte du socle commun.  
L’évaluation doit être plus simple et progressive. L’erreur est une étape normale de l’apprentissage. Il convient de donner du temps à l’élève. 
Florence Robine met en avant le bien être de l’enfant comme une condition de l’apprentissage. D’ailleurs, 96% des enseignants interrogés disent que l’école doit mettre en confiance. Il s’agit d’aller vers une évaluation positive
« Les pratiques d’évaluation qui ne sanctionnent que les lacunes sans valoriser parallèlement les acquis et les progrès de l’élève génèrent des effets négatifs : incompréhension par les élèves et leurs familles de ce qui est attendu, opacité de la note si elle n’est pas assortie d’une explicitation, sentiment de dévalorisation, découragement propre à induire le décrochage scolaire, stigmatisation des élèves en difficulté, etc »*.
Florence Robine insiste sur le besoin de formation des enseignants. 
 
L’évaluation des élèves en perspective historique, Antoine Prost, professeur des Universités
La note sur 20 apparaît à polytechnique au XIXè siècle pour permettre le classement de l’élite. Toutefois elle repose sur un entretien avec le candidat et le jury qui se déplace dans les différents lieux de formation... « La note est faite pour le classement des élèves qui savent ».
« Le drame c’est que nous secondarisons l’enseignement primaire ». « La note tue l’apprentissage », déclare Antoine Prost. Il appelle les enseignants à distinguer les « devoirs d’apprentissages » et les « devoirs d’évaluation » Il est « immoral » de tenir compte dans une évaluation des erreurs d’un élève qui apprend. Il rappelle l’époque où 3 cahiers cohabitaient avec chacun leur rôle :
- cahier du jour, 
- cahier de roulement : cahier collectif de la classe auquel chacun à tour de rôle contribuait, 
- cahier mensuel  avec un devoir par mois. Ce cahier suivait toute la scolarité et permettait à l’élève de mesurer ses progrès année après année. 
« Il faut que les professeurs apprennent à conseiller les élèves dans leurs apprentissages ».  
 
L’évaluation des élèves et estime de soi, Agnès Florin, professeure des Universités
Les enfants, même en maternelle, sont capables de dire quels sont les bons élèves, les moyens et les « mauvais ».  L’ambiance de la classe est importante pour l’estime de soi. 
L’estime de soi est indispensable pour réussir. Le manque de confiance conduit à la peur de se tromper. Certains élèves vont jusqu’à ne pas apprendre pour ne pas se tromper. 
Et pourtant si l’élève ne fait pas d’erreur, c’est qu’il sait et donc que l’enseignant est inutile. 
Agnès Florin prône l’auto-évaluation qui responsabilise l’enfant, le centre sur ses résultats et modifie le statut de l’erreur
 
Point d’étape par Etienne Klein, président du Jury de la Conférence
Chacun a tendance à convertir en note. Exemples des A++, C-…  La question n’est pas là. 
Comment différencier l’apprentissage de l’évaluation ? 
D’une performance (note) peut-on déduire une compétence ? La réponse est évidemment non.
« L’enjeu n’est pas une mise en équation formelle de l’évaluation de l’élève. Passer de l’échelle de 0 à 20 à l’échelle 4 à 20 ne changerait rien. C’est le 4/20 qui deviendrait traumatisant à la place du 0/20. Toute procédure, lettres, couleurs ou codes, peut être convertie numériquement. Les notes sont un faux problème ». « La meilleure chose que le jury puisse faire est de penser des procédures telles que l’évaluation puisse faire faire des progrès aux élèves dans l’acquisition des compétences ». 
« On apprend en faisant des erreurs et si vous n’avez jamais eu le droit de tomber, vous vous tuez plus rapidement ». 
« Beaucoup d’enseignants se sentent désarmés, mal formés. Les recommandations que nous ferons seront destinées à leur donner des outils supplémentaires pour mieux faire leur travail d’évaluation. Pour leur donner des idées, des résultats de recherche qui au final pourraient modifier leurs pratiques ». 
 
Deux citations extraites de la contribution du conseil supérieur des programmes, reprises par son président Michel Lussault : 
« En matière d’évaluation, moins c’est souvent mieux »
« L’évaluation doit donner confiance aux élèves et à leurs familles et faire confiance aux enseignants ».  
 
4. Des pistes pour l’enseignant
« Supprimer les notes, c’est un vrai-faux débat. Si c’est pour enlever les chiffres et les remplacer par des Mickeys qui sourient ou qui pleurent, cela ne suffit pas. Il faut derrière une réflexion et une politique. Ce n’est pas l’outil qui importe, il n’est qu’une façade », déclare Nathalie Mons, professeure des Universités, présidente du Conseil national d’évaluation du système scolaire, qui a publié, le 9 décembre 2014, une comparaison internationale sur l’évaluation des élèves
« Certains pays, comme la France privilégient les formes traditionnelles d’évaluation (les devoirs écrits, les contrôles de leçons, etc.) ; d’autres, comme l’Angleterre ou le Québec, préconisent de nouvelles formes d’évaluation, comme l’auto-évaluation, l’évaluation par les pairs, les entretiens élèves/enseignants… ».
« En France, plus de 80% des enseignants déclarent pratiquer une diversité de modalités d’évaluation. Cela étant, l’auto-évaluation est une pratique peu développée en France : 16,5% déclarent le faire contre 69% en Angleterre »
 
Le site de la conférence nationale propose des exemples de pratiques en matière d’évaluation en classe. Les exemples sont situés en collège mais peuvent donner des idées. 
 
Les pistes à retenir de cette conférence en attendant les préconisations :
- une évaluation bienveillante qui permette de développer l’estime de soi, cf. démarche du contrat de confiance
- Une évaluation qui puisse faire faire des progrès aux élèves dans l’acquisition des compétences,
- une auto-évaluation qui responsabilise l’élève et lui permet de savoir ce qu’il sait,
- un droit à l’erreur et du temps pour faire les apprentissages,
- une co-évaluation avec les pairs qui permet de développer le co-apprentissage,
- des modalités d’évaluation diversifiées en fonction de l’objectif : évaluation orale, entretien, observation en activité …,
-
 
5. Se former à l’évaluation
Bien sûr, il y aura des propositions de stages, des formations en équipe suite aux recommandations de cette commission. 
 
Il y a déjà eu de nombreuses formations dans ce domaine
Si vous en avez suivi, 
- réfléchissez à ce que vous avez réussi à faire évoluer dans votre pratique. Pourquoi ?
- qu’est-ce que vous n’avez pas changé. Pourquoi ?
o Vous ne saviez pas ce qu’il fallait faire. 
o Vous ne saviez pas comment le faire. 
o Vous n’aviez pas la possibilité de le faire. 
o Vous ne vouliez pas le faire. 
o Vous ne pouviez pas le faire… 
- sur quoi auriez-vous besoin d’être aidé ? Par qui ? Quels seraient vos besoins en formation ? 
 
 
Et si dès maintenant vous expérimentez une des pistes proposées ci-dessus.
 
Et si lors d’un apprentissage, vous réfléchissiez
- comment avez-vous su que vous ne saviez pas ? 
- comment avez-vous su ce qu’il fallait apprendre ? 
- qu’est-ce qui vous a permis de persévérez dans votre apprentissage ? 
- comment avez-vous su que vous faisiez des erreurs ? 
- comment avez-vous su que vous saviez ? 
- qu’est-ce qui vous a aidé ? 
- ou pourquoi avez-vous échoué ? De quoi auriez-vous eu besoin ?     
 
6. À lire sur sitEColes
Deux enseignantes de PS, peu satisfaites du traditionnel livret d’évaluation par compétences, ont décidé cette année d’expérimenter un nouveau mode de transmission aux familles des acquis des élèves en s’inspirant des pratiques des équipes des écoles anglo-saxonnes.
Les évaluations en maternelle, pour ou contre ? Quels types d’évaluation proposer, pour quoi faire ? Comment communiquer sur ces évaluations avec les familles ? sitEColes propose de mesurer les progrès de l’enfant !
Le ministère publie un outil d’aide à l’évaluation en fin de maternelle. Facile d’accès, il ne se contente pas de proposer des situations d’évaluation mais va jusqu’à l’analyse des erreurs et la proposition de pistes d’entraînement et de remédiation. Il doit donc trouver sa place dans une réflexion sur l’évaluation en maternelle.
Comment prendre en compte les éléments du socle commun dans les apprentissages ? Comment construire une évaluation qui envisage la réussite des élèves ?
Comment accompagner au mieux les parcours des élèves ? Ce dossier propose des pistes pour organiser le suivi des élèves.
- Et encore d’autres documents dans la rubrique « pédagogie », « Évaluation des élèves »
 
------------------------
 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics