Accueil > Contenus d'enseignement > Programme officiel et socle commun > Socle commun

Vers un nouveau socle commun …

Temps de lecture : 15 minutes
Vers un nouveau socle commun …

Le socle commun de connaissances et de compétences a 9 ans... Il est actuellement repensé après avoir été soumis à consultation en octobre 2014 : se dirige-t-on vers un socle clair, opératoire et surtout accepté par les enseignants et  par la communauté éducative ?

Ce socle nous amène à nous poser la question suivante : que doivent apprendre les élèves pendant leur scolarité obligatoire ou plutôt comment définir ce qui doit être maîtrisé absolument par tous les élèves ?
Quelles connaissances, compétences et culture doivent communément se construire durant la scolarité obligatoire ?

Un socle voulu par la loi
La loi d’orientation du 8 juillet 2013, en son article 13, pose en effet  le principe du socle commun : « La scolarité obligatoire doit garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun de connaissances, de compétences et de culture, auquel contribue l’ensemble des enseignements dispensés au cours de la scolarité. Le socle doit permettre la poursuite d’études, la construction d’un avenir personnel et professionnel et préparer à l’exercice de la citoyenneté. Les éléments de ce socle commun et les modalités de son acquisition progressive sont fixés par décret, après avis du Conseil supérieur des programmes. »
Si la loi confirme ainsi le principe du socle commun défini par le décret du 11 juillet 2006, elle invite en même temps à le faire évoluer. Son « rapport annexé » demande notamment de « repenser le socle commun de connaissances, de compétences et de culture et de mieux l’articuler avec les enseignements.»

Plus de cohérence entre les classes et entre les disciplines
L’enjeu de ce texte est bien de donner plus de cohérence dans les enseignements qui ont été jusqu’ici trop stratifiés, découpés en disciplines sans visibilité de la cohérence entre les classes primaires et celles du collège ou même entre les différentes disciplines elles-mêmes…
Comme le Conseil supérieur des programmes l’a indiqué dans la Charte des programmes, le socle constitue donc  « le programme général correspondant aux cycles de l’école élémentaire et du collège. Il définit les grands domaines de formation des élèves en visant leur cohérence d’ensemble. » En tant que tel, il sera complété par des programmes détaillés précisant les connaissances et compétences visées par cycle et par domaine de formation ou discipline.

5 grands domaines
Les connaissances et compétences à acquérir dans le cadre du socle relèvent de cinq grands domaines de formation, dont l’ensemble définit les composantes de la culture commune.
1- Les langages fondamentaux
2- Apprendre à apprendre
3- Former la personne et le citoyen
4- L’homme et le monde : les sciences et les techniques
5- L'activité humaine dans un monde en évolution

Ces cinq domaines ne se déclinent pas séparément et ne correspondent pas nécessairement à des disciplines scolaires identifiées. « Chaque domaine de connaissances et de compétences requiert la contribution de plusieurs disciplines et démarches éducatives, chaque discipline apporte sa contribution à plusieurs domaines(…)
Pour chacun des cinq domaines concernés, le socle définit les objectifs visés, les connaissances et compétences correspondantes, et les principaux champs d’activité dans lesquels se construisent ces connaissances et compétences. »

1- Les langages fondamentaux
Le domaine des langages fondamentaux est, par définition, le plus transversal de tous : il concerne aussi bien la maîtrise de la langue française  que le langage des
nombres ou encore des images et des sons " L'élève doit être capable de lire, comprendre et exploiter des textes, des documents divers, des images et des sons, des énoncés scientifiques, des données numériques, des tableaux et des graphiques. Il doit savoir écouter les autres, parler et communiquer en s'adaptant à des situations de communication variées. Pour cela, il doit maîtriser des codes, des règles, des systèmes de signes et de représentation et développer ses facultés de symbolisation et de distanciation. Cette maîtrise le rend capable d'apprendre, de réaliser des tâches et de résoudre des problèmes".

2- « Apprendre à apprendre »
La France, lors du traité de Bologne avait traduit cette compétence par les piliers 6 et surtout 7 « autonomie et initiative »
Par la définition de ce domaine comme un domaine à part entière, le législateur affirme un enjeu qui concerne l'ensemble des champs et des disciplines. « Les méthodologies du travail ne s'apprennent qu'en situation. Mais il faut leur consacrer le temps nécessaire et les explicitations suffisantes. L'école ne peut exiger ce qu'elle n'a pas appris. »
« En faisant l’objet d’un apprentissage programmé et explicite, ce domaine permettra la construction progressive de l’autonomie et le goût de l’initiative.
Cet apprentissage doit permettre d'acquérir la capacité de travailler avec les autres, de coopérer, confronter, monter et réaliser des projets(…) Il met en œuvre les capacités essentielles que sont l'attention, la mobilisation, la concentration, le goût de l'échange et du questionnement, le respect des consignes. »

3- La formation de la personne et du citoyen
L’école a une responsabilité particulière dans la formation de l’élève en tant que personne et futur citoyen.
Ce domaine s'appuie sur 3 catégories de principes:
- l’autonomie et la coexistence des libertés;
- ceux qui relèvent à la fois de la discipline et de la communauté des citoyens;
- ceux qui ressortissent aux conditions sans lesquelles les apprentissages scolaires ne sauraient avoir de dimension émancipatrice : les élèves acquièrent le goût du dialogue et de la confrontation des idées, développent leur sensibilité ainsi que leur jugement critique, apprennent à rechercher la vérité et à résister à toute forme d’endoctrinement.

4- L’Homme et le monde, les sciences et les techniques
« A l’issue de leur scolarité au collège, les élèves doivent disposer d’une culture scientifique et technologique leur permettant de se construire une première représentation cohérente du monde qui répond autant que possible à leurs questionnements.(…)
Les objectifs de ce domaine sont ainsi définis :
- Se construire une représentation cohérente de l’Homme et de son interaction avec le monde qui l’entoure par les sciences et les technologies ;
- Comprendre et mettre en œuvre  les démarches scientifiques et technologiques ;
- Mesurer les enjeux de société et les responsabilités individuelle et collective.

5- L’activité humaine dans un monde en évolution
Le cinquième domaine du socle commun, rassemble les connaissances et compétences "qui permettent aux élèves d’acquérir tout à la fois le sens de la continuité et de la rupture, de l’identité et de l’altérité. Il s’agit d’acquérir les repères indispensables pour se situer dans l’espace et dans le temps".

Cette nouvelle écriture du socle : un progrès significatif selon P. Meirieu
« La deuxième mouture du socle, publiée en juillet 2014, représente, au regard de la première tentative, un progrès significatif. On peut, en effet, parmi bien d’autres éléments, en retenir quelques points saillants :
- connaissances et compétences ne s’opposent plus mais contribuent, ensemble, à l’appropriation d’une culture commune ;
- le socle se présente clairement comme la matrice des programmes futurs ;
- l’élève est pris en compte dans toutes ses dimensions, y compris la maîtrise des émotions et la créativité ;
- la compréhension du monde et du sujet dans le monde sont clairement identifiées comme des objectifs fondamentaux ;
- les enseignants sont invités à « planifier et choisir la façon la plus pertinente de parvenir aux objectifs (du socle) en combinant les démarches qui mobilisent les élèves et centrent leurs activités et celles de la classe sur des enjeux intellectuels riches de sens et de progrès »… et, pour cela, le nouveau texte du socle évoque – rapidement, après chaque chapitre – les « champs d’activités » possibles. »

Espérons donc que la consultation engagée dans nos établissements redonne du sens à la démarche du socle et à nos actions pédagogiques tout en permettant aux équipes des écoles et des collèges de partager des nouvelles pistes d’action concertée.

Pour aller plus loin
- Premières propositions du  Conseil supérieur des programmes pour l’évaluation et la validation de l’acquisition du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture (1er décembre 2014)
- Adoption par le Conseil supérieur des programmes du projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture et de son préambule (Février 2015)
- Démarche de consultation avec des propositions d'outils (septembre 2014)
- Socle commun et pédagogie : Ne confondons pas le tableau de bord et le moteur !, article de Philippe Meirieu sur le Café pédagogique (si vous n'avez pas de code, fermez la fenêtre, l'article apparaîtra).
Quels programmes, pour quels apprentissages à l'école primaire, un document de Marie-Odile Plançon, département Education du secrétariat général de l'Enseignement catholique (Sgec).

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics