Accueil > Contenus d'enseignement > Langages - penser - communiquer > Français

Tour de terre en poésie

Temps de lecture : 10 minutes
Tour de terre en poésie

Une anthologie poétique pour un tour du monde insolite. 50 poèmes issus de 50 cultures différentes présentés dans leur langue d’origine et en français.

Cette fiche fait partie du dossier de la littérature jeunesse pour réfléchir

Tour de terre en poésie - une anthologie multilingue de poèmes du monde de Jean-Marie Henry(Editions Rue du Monde 1998- 16,50 euros)) - cycles 2 et 3

Thème de l’ouvrage : 50 poèmes issus de 50 cultures différentes présentés dans leur langue d’origine et en français. Ces poèmes sont regroupés par thèmes et nous racontent divers aspects de notre condition humaine : la maison, l’amour, la famille, la guerre, la nature, les autres, etc.

La préface de l’ouvrage situe bien la volonté de l’auteur de cette anthologie :
« La langue que nous parlons, que nous écrivons est d’abord l’expression de ce que nous sommes, de ce que nous pensons, de ce que nous apprenons.
C’est par elle que nous posons notre regard sur le monde et que nous allons à sa rencontre.
Les autres utilisent parfois un langage qui n’est pas le nôtre. Il nous faut alors dépasser un sentiment d’incompréhension pour écouter une nouvelle manière d’exprimer ou de rêver la vie.
Par la singularité de leur musique et de leur écriture, plus de cinq mille langues participent ainsi à la beauté du monde, s’enrichissant souvent de leurs différences.
Mais comme les espèces animales et végétales, les langues de la terre sont fragiles. Si certaines dominent, c’est au détriment de celles qui disparaissent, quelquefois sans laisser de traces.
Il n’existe pourtant pas de grandes et de petites langues : chacune porte en elle le poème qui nous parle, l’émotion qui nous ressemble étrangement »
Jean-Marie Henry

Si, sur les 50 langues présentées, certaines entrent déjà dans les connaissances de nos élèves (anglais, espagnol, allemand,…),  d’autres leur sont peu familières et vont surprendre plus d’un (élèves mais aussi professeurs des écoles !) : l’inuktitut, langue parlée par le peuple esquimau,l’arménien, le géorgien, etc.

Des pistes de réflexion et d’échanges possibles
- Autour de la différence : l’écriture des langues utilisées est une bonne entrée sur ce thème de la différence… et de la ressemblance. Avec les élèves, on situe chacun des poèmes dans le temps et dans l’espace.
- Une autre approche de cette différence : la page 4 de couverture : les visages de ces  9 enfants introduisent à la diversité des humains à travers le monde. Les illustrations de Mireille Vautier sont autant de pistes à exploiter (voir par exemple la carte de l’Europe à la page 15)
- Le thème des catastrophes naturelles peut être abordé à partir du poème de Primo Levi, « L’enfant de Pompéi » qui nous ramène en l’an 79 lors de l’éruption du Vésuve. On fera un lien avec de semblables catastrophes de nos jours dans bien des pays de notre planète.
- Le poème français de cette anthologie est d’Armand Robin et est une réflexion sur l’universalité du savoir :

 

La foi qui importe (extrait)
Je ne suis pas breton, français, letton, chinois, anglais
Je suis à la fois tout cela.
Je suis homme universel et général du monde entier.
Semblable à l’horizon des gencives
Entre les dents je prends entier
Le monde entier
Pourvu que devant les pauvres
S’inclinent les rois !

L’illustration de cette même page (page 62) peut être  également source de réflexion

- Autre thème : la nécessité du travail pour construire son avenir à partir du poème chinois de Lü Yuan, « Conte de fée » (page 20)
- Le poème thaï (anonyme- page 48) est un « hymne » à l’apprentissage et à l’utilité du savoir :

Le savoir est comme un bien de grande valeur qui se trouve en des pays lointains
Et il faut faire un dur voyage pour à la fin le faire sien :
"Allons, fais que ton corps soit un beau vaisseau de haut-bord,
La persévérance ta force, tes deux bras le grand mât,
Tes doigts les cordages, et tes deux pieds de lourdes ancres ;
Ta parole soit le maître d'équipage, et ton caractère les vivres ;
Ta réflexion soit le gouvernail, qui maintient fermement l'esquif :
Le maintenant, qu'il ne dérive pas, glissant de l'autre côté des eaux ;
Ton intelligence soit la longue-vue qui montre au loin la ligne des récifs.
Utilise ton œil et ton oreille comme vigies qui pèsent les vents.
La paresse est un poisson vorace qui te détruit et naufrage le bateau.
Que ton cœur soit le, harpon dont le tir fait mouche,
Alors le trésor tu découvriras.
Sois persévérant, et garde le cap : le savoir est ton île ! "

N.B. Sans doute que  certains des poèmes de cette anthologie sont « difficiles », il ne s’agira pas spécifiquement de chercher une explication, mais plutôt de se laisser imprégner de la musicalité des mots, d’en ressentir les émotions, les sentiments différents qu’ils inspirent et qui sont propres à chacun.

Pour aller plus loin dans cette perspective poétique :
- un recueil de poèmes représentatifs des États membres de l'Union européenne intitulé "L'Europe en poésie".
- lire sur sitEColes : la poésie à l’école
- pour les enseignants, un ouvrage qui regroupe 80 poèmes du monde entier : Yvon Le Men nous propose un tour du monde en 8o poèmes et presque autant de pays. De l'Antiquité à nos jours, de l'Afrique du Sud au Venezuela, de la Hollande à la Grèce en passant par l'Irlande, l'Espagne, le Brésil, la Pologne, c'est un atlas inédit que l'on découvre poème après poème. Au cours de la traversée, on croisera Sapphô, Emily Dickinson, Katherine Mansfield, Pasolini, Issa Kobayashi, Constantin Cavaf, 7Tarjei Vesaas, mais aussi Seamus Heany, Nuno Jûdice, Mahmoud Darrvich, Claude Vigée, Nicolas Bouvier... Cette anthologie est une heureuse invitation au voyage. « Le tour du monde en 80 poèmes » (Editions Flammarion)

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics