Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Esprit (Le souffle de l’Esprit)

Temps de lecture : 28 minutes
Textes à méditer : Esprit (Le souffle de l’Esprit)

Le conte des crayons soufflés ; Comme un deltaplane ; Pentecôte ; Tu as ouvert les chemins ; Esprit-Saint, maître de l’impossible ; Viens, Esprit-Saint ! ; Souffle de Dieu ; Esprit Saint, apprends moi à voir les signes que Tu nous adresses ; Toi qui fais toutes choses nouvelles ; La prière de A à Z ; Prière à l’Esprit-Saint ; Hôte inconnu ; Viens, Esprit créateur  

Le conte des crayons soufflés

Il était une fois une grand-mère et son petit-fils de cinq ans, Pierre, qui attendait avec impatience son cadeau d’anniversaire…
Le jour venu, Pierre téléphone à sa grand-mère :
- Tu sais, Mammy, j’ai reçu des crayons soufflés !
Intriguée, la grand-mère ne comprend pas très bien.
- Mais, Mammy, ce sont des crayons magiques : on souffle, toutes les couleurs se mélangent, c’est très beau. Je vais t’envoyer un dessin ! 
La surprise de la grand-mère fut grande : des dessins aux couleurs multiples, comme dans un ciel, comme des nuages éclairés par le soleil couchant ou levant, des couleurs vives, des couleurs pastel, comme si le monde était un grand jardin plein de fleurs…
Et la grand-mère se mit à rêver : si c’était cela le Souffle ? Donner des couleurs à la vie, donner une profusion de couleurs pour que l’on sache saisir la diversité de la nature, des êtres, et cette grande liberté des enfants de Dieu qui, se laissant guider par le Souffle, deviennent à leur tour des artistes qui donnent couleur à la vie.
Elle se mit à rêver, la grand-mère, au petit Pierre attablé, soufflant sur des crayons pour faire naître une féerie de couleurs. N’est-il pas lui aussi animé par le Souffle de l’Esprit dans un geste libre pour créer quelque chose de beau qui réjouira le cœur des autres ?

Anne Géhot 


Comme un deltaplane

Lors d'une ascension du Mont Thabor, j'ai vu des sportifs qui pratiquaient le deltaplane.
Ils avaient des ailes admirablement bien structurées, toutes les nervures avaient été étudiées avec le plus grand soin, rien ne manquait au plan technique.
Nos jeunes se tenaient au bord du vide, mais ils étaient incapables de voler.
Une seule chose leur manquait : le vent.
Ils attendaient patiemment.
Tout à coup, il y eut un coup de vent ; les ailes se mirent à vibrer et, en quelques instants, ils furent emportés au-dessus du vide ; ils volaient superbement ; leur activité consistait uniquement à offrir leurs ailes au souffle qui les portait et les conduisait.

Père Philippe Verhaegen
(cité dans « Afin que vous portiez du fruit »)


Pentecôte

À tous les « puissants », donne l’esprit d’humilité.
À tous les « solitaires », donne l’esprit communautaire. 
À tous les « radins », donne l’esprit de largesse.
À tous les « coincés », donne l’esprit d’ouverture.
À tous les « vieux », donne l’esprit de jeunesse.
À tous les « jeunes », donne l’esprit de sagesse.
À tous les « tordus », donne l’esprit de droiture.
À tous les « exclus », donne l’esprit d’intégration.
À tous les « paumés », donne l’esprit d’orientation.
À tous les « pressés », donne l’esprit de patience.
À tous les « agités », donne l’esprit de quiétude.
À tous les « fanatiques », donne l’esprit de tolérance.
À tous les « mal-aimés », donne l’esprit d’amour.
À moi, qui suis parfois coincé, tordu, pressé, paumé, vieux, radin, fanatique…
Donne ton Esprit, souffle de vie. 

Bernard Hubler


Tu as ouvert les chemins

Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,
si nous savions ce que nous pouvons te demander pour prier comme il faut ! 
Mais voilà que les balbutiements de notre prière 
passent par le creuset de notre pauvreté, de notre petite foi.

Alors Toi, le Dieu vivant, tu entres dans notre âme de pauvre,
tu entres dans notre faiblesse 
et tu lis en nos cœurs nos intentions authentiques.
Et ton Esprit vient au-dedans de nous, 
il vient exprimer l’inexprimable à travers d’humbles paroles, 
et des soupirs et des silences. 
Et tu nous dis : « Ne te préoccupe de rien, 
ne t’inquiète pas de ton peu de capacité à prier. 
Sache-le, dans ton attente priante, j’ai déjà ouvert les chemins. »

Ainsi, tu nous donnes de comprendre 
que tu appelles chacun par son nom, 
que tu éveilles des jaillissements intérieurs, 
que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable. 
Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière, 
nous comprenons que l’homme ne se réalise qu’en présence de Dieu. 

Frère Roger de Taizé 


Esprit-Saint, maître de l’impossible

Esprit-Saint, 
Toi qui es depuis toujours le maître de l'impossible, 
vient réaliser en nous tout ce qui t'est possible : 
fais revivre ce qui meurt, fais éclore ce qui germe, 
fais mûrir ce qui est tombé en terre. 

Sois en nous l'Esprit du Père ; 
viens nous convaincre de donner notre vie 
et de collaborer au grand œuvre de la création, 
de la terre à transformer aux terres à partager entre nous.

Sois en nous l'Esprit du Fils : 
viens nous apprendre à passer par la Croix pour ouvrir le chemin de ton Royaume 
et à vivre dans la confiance les épreuves comme les joies.

Sois en nous l'Esprit de sainteté, qui nous initie aux mœurs de Dieu, 
à la générosité du Père, à la fidélité du Fils, 
et aussi au courage des apôtres 
et à la louange de Marie. 

Sois en nous l'Esprit 
qui fait sans cesse une humanité nouvelle, 
qui recrée nos libertés quand elles se défont, 
qui maintient l'espérance au coeur même des violences,
qui ne désespère d'aucun homme, 
pas même de ceux qui n'attendent plus rien de Dieu. 

Donne-nous à chacun de trouver notre place dans ce grand corps du Christ 
et de consacrer tout notre être à sa croissance, pour que le monde ait la Vie, 
la Vraie Vie, celle que l'on trouve en perdant la sienne, avec toi, grâce à toi, 

Ô maître de l'impossible ! 
Amen !

Bruno Leroy (éducateur de rue) 


Viens, Esprit-Saint !

Viens en nous, Esprit Saint. 
Envoie-nous du ciel un rayon de ta lumière. 
Viens en nous, père des pauvres. 
Viens en nous, source de tous les dons. 
Viens lumière de nos cœurs.

Souffle qui réconforte, 
Tu habites en nous, douceur et fraîcheur. 
Dans le travail, tu nous reposes. 
Dans la fièvre, tu nous rafraîchis. 
Quand nous pleurons, tu nous consoles.

Lumière, source du bonheur, 
Viens et remplis jusqu'au fond le cœur de tes amis. 
Sans toi, souffle de Dieu, 
Sans toi, dans nos vies, rien n'est bon.

Lave ce qui est souillé. 
Baigne ce qui est aride. 
Guéris ce qui est blessé. 
Assouplis ce qui est raide. 
Réchauffe ce qui est froid. 
Redresse ce qui est faussé.

A tous tes amis qui se confient en toi, 
donne la plénitude de tes dons. 
Donne la force. Donne le salut. Donne la joie. 


Souffle de Dieu

Esprit Saint, souffle de Dieu, qui murmures, qui décoiffes ou qui charries.
Esprit Saint, souffle de Dieu, brise ou tempête, 
tu as quelque chose de large et d'ouvert… 
Tout le contraire du « renfermé », de « l'étouffant ». 
Tu souffles où tu veux ; on entend ta voix, 
mais on ne sait ni d'où tu viens ni où tu vas, Esprit Saint, souffle de Dieu !

Tu souffles la vie et tu renouvelles la face de la terre. 
Tu aimes déranger ce qui est installé 
et tu ne cesses de relancer ce qui s'arrête. 
Tu ouvres portes et fenêtres. 
Tu fais éclater les ghettos 
et quitter les nids trop douillets de la sécurité. 
Tu réveilles, secoues, envoies et rassembles. 
Tu rajeunis ce qui est sclérosé et fais courir les boiteux.
Esprit Saint, souffle de Dieu, 
tu es le feu qui embrase, la braise qui couve sous la cendre, 
brise et tendresse, force et douceur, 
eau et lumière, puissance et souplesse, murmure et ouragan…
Esprit Saint, souffle de Dieu, frôle-moi sur ton passage… 
Alors emporte-moi… Oui, emporte-moi dans l'Amour !

Laurette Le Page (Dieu mon soleil,  Ed. Anne Sigier, 2002)


Esprit Saint, apprends moi à voir les signes que Tu nous adresses

Esprit-Saint, Tu es le Feu,
Tu es l’Amour, Tu es la Joie,
Tu habites en moi.

J’éprouve parfois Ta présence
dans cette allégresse qui irradie mon cœur.
Mais, trop souvent, je laisse retomber,
comme un lourd couvercle,
la grisaille du quotidien, la fatigue, la lassitude,
l’angoisse même quelquefois.
Apprends-moi à reconnaître
tous les signes de joie que tu m’adresses
par la beauté des plus humbles choses.
Apprends-moi à lire Ton reflet
dans les yeux de mes frères.

Tu es là, bien sûr, dans la tendresse de tous les miens,
mais aussi dans leur absence
quand Tu me les rends présents.
Tu es là dans ce travail sur lequel je peine
et je sais bien que c’est Toi
qui me donnes la force d’aller jusqu’au bout.
Apprends-moi à Te remercier avec joie
de la tâche accomplie dans l’amour.

Tu es là lorsque je m’efforce de prier
et que mon esprit vagabonde sur tant de distractions ;
Tu m’appelles inlassablement.
De ma sécheresse et de ma pauvreté,
fais monter une louange vers le Père.
Tu seras là quand le Christ me prendra par la main
pour m’entraîner dans la Joie Trinitaire.
Aide-moi à ouvrir tout grand mon cœur
pour chanter avec Toi.

Texte extrait du document EC-44 « En chemin vers la Pentecôte »


Toi qui fais toutes choses nouvelles

Seigneur, toi qui fais toutes choses nouvelles,
quand passe le vent de l'Esprit,
viens encore accomplir tes merveilles
aujourd'hui.

Donne-nous la grâce d'une écoute libre,
sans préjugés, sans interprétations hâtives
et sans crainte.
Donne-nous de discerner
dans la parole des autres
ce qui pourrait être une invitation
à inventer, à oser, à créer.

Donne-nous la grâce d'un regard libre et renouvelé,
qui ne s'arrête pas à la surface des choses,
à l'image que nous avons des autres,
ni au souci de notre propre image.

Donne-nous la grâce d'une intelligence libre,ouverte, aventureuse,
capable de replacer toutes choses dans un contexte plus large,
sans esprit de système,sans désir de puissance.

Donne-nous la grâce d'une parole libre
toujours respectueuse des autres ;
donne-nous d'offrir aux autres une présence qui délivre.

Donne-nous l'audace de projets ambitieux
et la patience de la mise en oeuvre.
Délivre-nous de l'instinct du propriétaire
sur les projets que nous formons.

Cela, nous ne pouvons le recevoir que de Toi.

Françoise Le Corre


La prière de A à Z

En entrant dans son église, ce soir-là, Monsieur le Curé ne savait pas qu'il allait recevoir, comme il aime à le répéter souvent depuis, « la meilleure leçon de foi et de confiance qu'il ait jamais reçue,... 
même au séminaire ! »

L'obscurité ne permettait pas de distinguer grand-chose mais un murmure lui indiquait une présence, là-bas, à proximité du chœur. 
C'était... un chuchotement, une prière marmonnée sans doute...
Pour respecter le recueillement de son fidèle, le saint homme veilla à gagner sa sacristie en marchant sur la pointe des pieds.
Au fur et à mesure qu'il avançait dans la nef, la silhouette se précisa et il put bientôt reconnaître celle de Firmin, le brave cantonnier du village, homme qu'il appréciait beaucoup pour sa foi simple mais si solide. 

La prière, elle, restait mystérieuse... 
L'abbé avait beau chercher, les sons qu'il ne percevait encore que très partiellement
n'évoquaient pour lui aucune formule connue. 
Le rythme par contre lui rappelait des litanies mais il ne reconnaissait aucune des invocations qu'il avait pourtant parfaitement en mémoire...

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque arrivé à proximité de l'homme, il put enfin mettre un nom sur les sons égrenés : l'alphabet ! 
Firmin récitait l'alphabet !...

Mon Dieu ! Firmin aurait-il perdu la tête ?...

Monsieur le Curé s'installa sur le prie-Dieu juste à côté du cantonnier
et posant sa main sur son épaule, tenta de le raisonner. 
Mais la réponse qu'il reçut ce jour-là, n'a pas encore fini aujourd'hui de l'émouvoir:

« C'est, voyez-vous, Mossieu l'Curé, que je ne sais pas bien parler. 
Je ne connais pas les mots qu'il faut... 
Alors, je donne toutes les lettres au Bon Dieu ; 
sûr qu'Il saura les remettre en ordre pour faire des phrases comme Il les veut...»

Non, vraiment, Firmin n'avait pas perdu l’Esprit...

Anonyme


Prière à l’Esprit-Saint

Esprit du Seigneur, 
Viens me donner ton souffle de vie, 
Car en moi, tout est triste, tout est mort.
Il m'arrive des fois de manquer de souffle, 
Je ne sais pas avancer, où aller, 
Je ne sais pas quoi faire, 
Je ne sais te prier.
Viens souffler dans les voiles de ma vie,
Surtout, donne-moi un cœur 
Qui déborde de courage et d'audace. 
Donne-moi un cœur capable d'aimer.
Donne-moi l'intelligence pour te comprendre. 
Aujourd'hui, j'ai perdu ma foi d'enfant. 
Tout me paraît mêlé, compliqué, difficile. 
Donne-moi l'intelligence de ta parole.
Viens enlever mes doutes, 
Tout ce qui me cache ton visage si beau.
Donne-moi la force de m'engager 
Dans mon propre milieu. 
Il y a tellement de souffrances, de blessés.
Donne-moi ta paix et ta joie 
Pour que ma vie se déroule en beauté et en bonté.
Je ne te demande pas d'agir à ma place. 
J'ai surtout besoin d'un visage qui m'entraîne.
J'aimerais entendre, moi aussi, cette parole 
Qui a remué les apôtres :
« Ne crains pas... je suis là.»
Esprit Saint, souffle de Dieu, 
pousse dans mes voiles.
Amen.

Guide du pèlerin (site : cursillos.ca)


Hôte inconnu

Esprit-Saint, comment te nommer,
toi qui te caches tant, toi qui n'as pas de visage,
toi qui n'es ni le Père, ni le Fils mais leur amour ?
Je ne t’appellerai pas « Consolateur »,
car c’est un mot qui s’est dévalué dans nos langues. 
Tu es bien davantage : tu es le repos dans le travail.
Tu réunis en toi ores choses qui s’opposent.
Tu es présent jusque dans mes sensations
pour les purifier, et jusque dans mes pensées
pour leur donner une chair.
Les mots dont on te désigne
sont ceux qui m'ont toujours séduit :
Esprit de vérité, Esprit d'amour.
Toi qui les unis en toi,
donne-moi de chercher à les unir en moi.
Esprit-Saint, toi qui es
l'inspirateur de tout ce qui commence,
toi qui donnes la patience dans les retards,
toi qui nous aides à recommencer sans cesse,
toi qui nous permets de finir,
sois l'hôte invisible,
l'hôte inconnu de toute l'histoire humaine !
Toi qui es la douceur de ce qui est fort
et la force de ce qui est doux,
toi qui agis dans le secret des profondeurs,
toi qui sais ce qui est en nos coeurs
un espoir déçu, un amour trahi,
une séparation entre ceux qui se sont aimés,
toi qui sais combien il est plus difficile
de réconcilier que de concilier,
toi qui as si bien fait ce qui fut fait,
refais ce qui a été défait.
Toi qui sais qu’il y a des mots qui ne se prononcent pas,
toi qui es la voix de nos silences,
le gémissement de nos prières,
sois notre re-créateur !
Viens, Esprit Créateur, re-créateur !

Jean Guitton


Viens, Esprit créateur

Viens, Esprit Saint, 
viens dans nos villes, dans nos foyers, 
dans nos familles, dans nos regards, dans nos cœurs. 
Sans toi, nous lisons des livres 
et ne devenons pas des sages.
Sans toi, nous dialoguons beaucoup 
sans pour autant devenir plus proches les uns des autres. 
Sans toi, la réalité consiste en des événements, 
des faits et des chiffres secs. 
Sans toi, notre vie se désarticule 
en une suite de jours privés de sens. 
Sans toi, il n'y a pas de fidélité. 
Sans toi, les pensées deviennent des délires. 
Sans toi, la technologie nous disloque. 
Sans toi, les églises deviennent des musées. 
Sans toi, la prière n'est que rabâchage. 
Sans toi, notre sourire devient pétrifié. 
Sans toi, notre environnement devient un désert. 
Viens, Esprit Saint, notre vide crie après ta plénitude! 
Viens, Esprit Créateur, fais ta demeure dans notre monde!

P. Ljubo Kurtovic


© crédit photo Waiting For The Word / Flickr.com

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics