Accueil > Vie de l'Institution et de l'école > Responsabilités éducatives et éthiques > Réflexion éducative et éthique

Quelles questions se poser pour proposer une œuvre dans le cadre de l’éducation relationnelle ?

Temps de lecture : 9 minutes
Quelles questions se poser pour proposer une œuvre dans le cadre de l’éducation relationnelle ?

Inventaire des questions à se poser et des points de vigilance. 

Pour quoi ? 
L’intention de l’enseignant est toujours à interroger lors du choix d’une médiation. Offrir un récit, un livre sans s’être posé cette question, c’est renoncer à ce que celui-ci soit source d’éducation, de pensée, de débat. 
Quelle est l’origine du choix ? 
Quel est le but poursuivi ? 
Quels seront les effets recherchés ? 
- Susciter le débat ?
- Interroger des représentations ?
- Proposer des exemples ?
- Permettre le travail d’un concept ? 
 
Pour qui ?
L’âge des élèves, mais aussi la façon dont ils seront accompagnés sont des éléments cruciaux pour permettre la découverte et le questionnement autour de livres ou de films qui peuvent paraitre anodins à un adulte mais peuvent produire un écho sensible en raison de l’âge de l’enfant, son histoire, sa compréhension de la situation proposée. 
Quels sont les élèves concernés ?
Dans quel cadre ?
- La classe ?
- Un petit groupe de réflexion ?
- En autonomie ? 
 
De quoi ?
L’œuvre littéraire ou artistique présente toujours une part d’implicite, d’interprétation, c’est ce qui fait sa force et permet un travail d’ouverture vers l’identité et l’altérité. Quelles sont les idées que propose l’œuvre, quelles sont les interprétations possibles, ce qui est proposé peut-il rejoindre des fragilités de certains élèves ? Autant de questions, de précautions qui peuvent se poser afin de permettre d’être suffisamment proche des préoccupations des enfants et suffisamment éloigné pour pouvoir leur proposer un déplacement.
- De quoi ça parle ? 
- Quels sont les concepts portés par l’œuvre ? 
- La vision des enfants sera-t-elle la même que celle d’un adulte ?
- Les faits évoqués sont-ils recevables pour la classe ? N’y a –t-il pas risque d’interférence avec une situation douloureuse ? 
- Les idées évoquées ouvrent elles sur une vision du monde qui est celle du projet porté ? Si non sera-t-il possible d’en débattre sereinement ? 
 
Pourquoi ? 
Le choix d’une œuvre n’est jamais anodin,  il est nécessaire de s’interroger sur l’argumentaire qui a justifié ce choix. 
- En quoi ce choix rejoint il au mieux celui des objectifs fixés ? 
- Quels sont les préoccupations qui fondent ce choix ? Esthétiques ? Textuelles ? Conceptuelles ? 
- Quelle est la problématique que soulève cet ouvrage ou ce film ? 
 
Qui ? 
La connaissance de l’auteur, de ses intentions est un moyen de permettre l’appropriation du livre. Dans un univers souvent complexe, avoir le souci de comprendre ce qui est transmis peut éviter de se trouver confronté à une problématique imprévue.  La littérature de jeunesse, par exemple, présente une richesse qui offre la confrontation aux grands problèmes humains : la violence, les émotions, l’amour, l’ambivalence …. Comprendre ce qui est en jeu c’est pouvoir cheminer en offrant un cadre de réflexion lucide aux élèves. 
- Quelle est l’intention de l’auteur ?
- Est-elle la même que la mienne ? 
- Que dit l’auteur de cette production ? 
- Quel est son engagement ? 
 
Quelles vigilances ? 
- Les outils proposés sont-ils en accord avec le projet éducatif de l’établissement ?
- Laissent-t-ils  une place à la dignité de la personne, au respect et à l’émergence de l’identité ? 
- La pédagogie proposée est-elle inductive ? Permet-elle aux jeunes élèves de s’emparer des propositions pour construire une pensée ? 
- Permet-elle de débattre en distinguant opinion et fait ? 
- Les livres ou les supports proposés sont-ils adaptés pour la diversité que constitue une classe ?
- Permettent-ils une réflexion libre et critique ? 
- Sont-ils source d’apprentissage du respect de l’autre dans la différence ou bien tendent ils à gommer la différence ? 
- Sont-ils adaptés à l’âge des élèves ou bien sont-ils le reflet de préoccupations d’adultes ? 
- Pour les enfants lecteurs ou auditeurs auront-ils pour effet de susciter une réflexion adaptée ou peuvent-ils générer une insécurité, voire un trouble au moment où se constitue l’identité ? 
- Les parents comprendront ils le projet engagé ou celui-ci peut-il susciter des incompréhensions ? 
- Le livre ou le film est-il un travail de déconstruction ou de réflexion ? 
- Bouscule-t-il des stéréotypes, des idées reçues ou bien permet-il d’en prendre conscience afin de permettre une ouverture des chemins de vie dans le partage et le respect des personnes et des droits  ? 
L’enjeu est celui proposé par le document SGEC d’orientation de l’Education affective relationnelle et sexuelle (EARS) en 2010 : l’éducation  va s’efforcer d’ouvrir le champ des possibles et, dans le respect de chacun, « d’offrir des chemins proportionnés pour grandir en humanité, par des relations mieux ajustées ». 
« C’est aux enseignants et éducateurs de nos établissements qu’incombe, sous l’autorité du chef d’établissement, la responsabilité de ce qui est transmis aux enfants. Une responsabilité que, dans le cadre du projet de l’établissement, ils sont appelés à exercer en conscience, forts de leur expérience, de leurs compétences et de leur déontologie. » Pascal Balmand, Secrétaire Général de l’Enseignement catholique. 
 
 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics