Accueil > Culture religieuse et pastorale > Animation pastorale > Spiritualité

Lettre à mon gendre agnostique… pour lui expliquer la foi chrétienne

Temps de lecture : 9 minutes
Lettre à mon gendre agnostique… pour lui expliquer la foi chrétienne

Antoine Nouis est pasteur de l’Eglise Réformée de France. Sa fille lui annonce son mariage avec Thomas qui se dit non chrétien. Alors, le futur beau-père lui écrit cette lettre, avec beaucoup d'affection, commençant ainsi : « Je sais que trop souvent la foi chrétienne est considérée comme une régression infantile afin d'apaiser les angoisses de la vie ; je voudrais essayer de te montrer qu'elle est totalement autre chose. Elle est à la fois un pari et un combat, une belle raison de vivre et une espérance plus forte que toutes les nuits qui menacent notre monde ».

 

En un court ouvrage de moins de 100 pages, Antoine Nouis explique à son gendre pourquoi il croit en Jésus-Christ et comment ses convictions se nourrissent de la Bible et de la tradition.

Dans un style alerte et clair, il déploie sa pensée selon trois directions : tout d'abord, il envisage ce que la Bible dit de l'homme, puis de Dieu avant de clore par une réflexion sur le fait d'être chrétien.

Ce que la Bible dit de l’homme, particulièrement sur les questions de la création, chapitre sensible dans la relation entre un scientifique et un croyant. L’auteur prend appui sur les premiers chapitres de la Genèse : il en retire huit points pour poser le cadre d’une compréhension biblique de l’homme.

  • L’humain est créé souffle (ce qui le distingue de l’animal) et poussière (ce qu’il a de commun avec l’animal).
  • Il a reçu vocation de cultiver et de garder le jardin de notre monde : il ne nous appartient pas, ce jardin, nous en avons la responsabilité.
  • Dieu donne à l’homme un commandement positif (le permis : manger de tous les arbres) et un commandement négatif (l’interdit : ne pas manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal).
  • L’homme est créé être unique alors que les animaux sont créés en tant qu’espèce.
  • L’humain est appelé à mettre fin à sa solitude dans la différenciation homme-femme : l’homme relève ainsi le défi fondateur d’entrer en relation avec l’autre, de découvrir que le monde ne tourne pas autour de son nombril.
  • Il est invité à quitter son père et sa mère pour construire sa propre histoire et à vivre nu devant son conjoint c’est-à-dire à retirer ses masques et ses maquillages, à se présenter dans la fragilité de l’intimité.
  • L’homme est travaillé par le désir de devenir Dieu et de posséder le bien et le mal, de dominer l’autre (la loi de toute-puissance).
  • L’homme n’est pas transparent à lui-même, il est traversé par des forces contradictoires : l’homme a mangé le fruit, il est à l’intérieur de lui.

Et que dit la Bible de Dieu ?

Dieu se révèle à travers quatre temps : la création, l’alliance, l’incarnation et la crucifixion. « Dieu aurait pu demeurer dans son éternité, il a fait le choix de s’amoindrir lui-même en créant le monde. Après la création, il aurait pu laisser son œuvre suivre son chemin selon les lois de la nature, il a fait le choix d’entrer dans la création en faisant alliance avec son peuple. Après les différentes alliances et avoir confié à son peule la Torah, il aurait pu se retirer en laissant le monde poursuivre son chemin, il a fait le choix de renoncer à une part de sa divinité en devenant homme vivant au milieu des hommes. Quand il est totalement entré dans la création, il ne l’a pas fait en devenant un roi qui devait être servi mais un serviteur rejeté de tous et qui est mort sous la torture. Que faire de ce Dieu-là ? » (Page 66).

Et que signifie la foi pour un chrétien ?

La foi relève d’une démarche individuelle, elle passe par la conversion (en grec, métanoïa = changement de notre intelligence) de notre personne. Il s’agit de savoir qui je suis devant Dieu et non plus qui est Dieu pour moi. C’est une conversion en deux temps : entendre que je suis aimé de Dieu tel que je suis et que je suis appelé à devenir progressivement ce que je suis devant Dieu.

La foi est un don : elle ne nous appartient pas, elle relève de la miséricorde de Dieu à notre égard. La fidélité, elle,  relève de ma responsabilité : il m’appartient d’être fidèle à Dieu dans ma prière, ma fréquentation de l’Evangile et de la communauté chrétienne. Cette fidélité nourrit la foi et la foi fonde cette fidélité et les deux débouchent  sur la confiance. « La foi est en même temps un don, une protestation et une confiance. Elle est la grande affirmation de la dignité de l’humain qui refuse de réduire son univers à ce que ses sens perçoivent. Elle est la protestation de l’Evangile contre toutes les obscurités, les idoles et les illusions de notre monde. Elle est la confiance qu’on ne se trompe jamais à choisir l’humilité, à rester les mains ouvertes, à se laisser conduire sur le chemin du plus grand amour. » (page 97).

Si vous n’avez qu’un seul livre à lire en cette année de la Foi, n’hésitez pas : cette « Lettre à mon gendre agnostique » est un bijou à ne pas manquer pour une introduction simple et intelligence à la foi chrétienne.

Référence de l’ouvrage : « Lettre à mon gendre agnostique » d’Antoine Nouis (Editions Labor et Fides).

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics