Accueil > Culture religieuse et pastorale > Animation pastorale > Spiritualité

A la découverte du "Notre Père"

Temps de lecture : 18 minutes
A la découverte du "Notre Père"

Cette prière, à la place si centrale dans la vie des chrétiens, tant dans la prière privée que dans les célébrations liturgiques, n’est pas pour autant de compréhension facile. Pour mieux comprendre,  resituons-la dans le contexte de ce temps et dans les liens avec l’Ancien Testament.

Voici quelques repères pour vous aider : comparons d’abord les deux versions de Luc et Matthieu et recherchons les références bibliques qui peuvent nous aider ; et pour enrichir notre propos, observons les sources juives du Notre Père. Enfin le Coran cherche aussi à désigner Dieu : 99 noms et pas celui de Père, mais que de richesses cependant à découvrir.

LES DEUX FORMES DU NOTRE PERE (EN LUC ET MATTHIEU)

En Luc (11, 2-4)

Père, que soit sanctifié ton Nom,

Que vienne ton Règne,

Notre pain quotidien,

Donne-nous chaque jour,

Et remets-nous nos péchés,

Car nous-mêmes aussi remettons à tout homme qui nous doit.

Et ne nous introduit pas en tentation.

En Matthieu (6, 9-13)

Notre Père qui es dans les cieux,

Que soit sanctifié ton Nom,

Que vienne ton Règne,

Que soit faite ta Volonté comme au ciel aussi sur terre.

Notre pain quotidien,

Donne-le nous aujourd’hui,

Et remets-nous nos dettes

Comme nous aussi avons remis à nos débiteurs ;

Et ne nous introduit pas en tentation mais délivre-nous du Mauvais.

Quelle est la version originale enseignée par le Seigneur aux apôtres ?

Chacun des évangélistes transmet la prière du Seigneur telle qu’elle était récitée de son temps et dans sa communauté chrétienne : celle de Matthieu, composée en majorité de Juifs convertis, et celle de Luc, issue du paganisme. La version de Luc semble plus ancienne. Elle garde la longueur primitive de la prière. Le texte de Matthieu serait plus proche de l’original quant à sa formulation de la partie commune aux deux versions. Ainsi, pour retrouver le Notre Père originel, faudrait-il retenir les demandes contenues dans le texte de Luc, mais les lire selon la formulation de Matthieu.

Dans quelle langue Jésus a-t-il enseigné le Notre Père ?

En hébreu (langue officielle du Temple et des synagogues) disent les uns ; en araméen (langue usuelle du pays) disent les autres. Cette seconde hypothèse semble la mieux fondée.

Quelles sont les intentions des évangélistes ?

Resituons le contexte dans lequel apparaît le « Notre Père ». Matthieu l’insère dans le Sermon sur la Montagne, charte de la vie du chrétien : il veut montrer l’importance de la prière dans la vie morale.

Luc expose la pédagogie de la prière entreprise par Jésus : « Seigneur, apprends-nous à prier ». Pour Luc, c’est en Jésus et en lui seul que Dieu se révèle Père.

Et si nous parcourions le « Notre Père » !!

« Notre Père », nous dit Matthieu. Dieu est un père pour Israël, à ne pas confondre avec « notre père » Abraham. Celui-ci a vécu sur terre ; Dieu est au ciel. C’est un Dieu proche (notre Père) et différent (au ciel).

« Père », dit Luc. C’est audacieux : jamais, un juif, en Israël, à cette époque de Jésus, ne s’est adressé à Dieu personnellement avec un tel mot, qui plus est, signifie « papa «  dans la version araméenne. A la messe, le prêtre le redit : « nous osons dire… ».

Le Nom, le Règne, la Volonté : trois expressions qui nous renvoient aux Ecritures et aux formules de prière de l’époque  (voir plus loin les sources juives du Notre Père). En Jésus, le Nom de Dieu est glorifié, en lui, le Royaume est arrivé ; il est venu faire la volonté de son Père.

Le pain, le pardon et la tentation : c’est ce dont nous avons besoin pour que le Nom soit sanctifié, que le Règne vienne, … Faisons confiance à ce Père bien plus qu’à n’importe quel père humain : il sait ce dont nous avons besoin. Et c’est une constante de l’Evangile d’affirmer que le refus du pardon à son frère est l’unique obstacle infranchissable au pardon de Dieu.

Et la tentation ? Ce Père nous provoquerait au mal ? Relisons ce verset à la lumière de l’Evangile. Jésus commande à ses disciples de prier pour ne pas entrer en tentation. Pourtant, lui-même a été tenté par le diable qui l’a conduit au désert. Mais face au tentateur, chacune de ses réponses est définitive : la tentation n’a pas de prise sur lui. Nous demandons dans le Notre Père qu’il en soit de même pour nous.

Mais délivre nous du mal : cette dernière demande s’applique à l’aujourd’hui mais vise la perspective finale de la victoire de Dieu sur la mort.

Et les sources juives du Notre Père ?

Derrière chaque invocation du Notre Père apparaissent des expressions de prières juives. Ces formules nous invitent à découvrir et à goûter un sens nouveau de ces mots trop communs.

Notre Père qui es aux cieux

Fais-nous revenir, notre Père, à ta Torah… Pardonne-nous, notre Père…

Tu as eu pitié de nous, notre Père, notre Roi… Notre Père, Père de miséricorde, le Miséricordieux, aie pitié de nous !

Que les prières et supplications de tout Israël soient accueillies par leur Père qui est aux cieux.

Que ton Nom soit sanctifié

Tu es Saint, et ton Nom est saint, et les saints chaque jour te loueront. Béni es-tu, Seigneur, le Dieu saint ! Nous sanctifierons ton Nom dans le monde, comme on le sanctifie dans les hauteurs célestes.

Que soit magnifié et sanctifié son grand Nom dans le monde qu’il a créé selon sa volonté.

Que ton Règne vienne

Qu’il établisse son règne de votre vivant, et de vos jours et du vivant de toute la maison d’Israël, bientôt et dans un temps proche.

De ton Lieu, notre Roi, resplendis et règne sur nous, car nous attendons que tu règnes à Sion.

Rétablisse nos juges… et règne sur sous, Toi seul Seigneur, avec amour et miséricorde… Béni es-tu, Seigneur, Roi, qui aime la justice et le droit.

Que ta Volonté soit faite sur la terre comme au ciel

Telle puisse être ta volonté, Seigneur… de guider nos pas en ta Torah et de nous attacher à tes commandements.

Notre pain quotidien, donne-le nous aujourd’hui.

Tu nourris les vivants par amour, tu ressuscites les morts par grande miséricorde, tu soutiens ceux qui tombent, tu guéris les malades et délivres les captifs. Qui est comme toi, Maître des puissances ?

Bénis pour nous, Seigneur notre Dieu, cette année et toutes ses récoltes, pour le bien. Rassasie-nous de ta bonté.

Et remets-nous nos dettes comme nous avons remis à nos débiteurs

Pardonne-nous, notre Père, car nous avons péché ; fais-nous grâce, notre Roi, car nous avons failli, car tu es celui qui fait grâce et pardonne. Béni es-tu, Seigneur, qui fais grâce et multiplie le pardon.

Pardonne-nous nos péchés comme nous les pardonnons à tous ceux qui nous ont fait souffrir.

Ne nous fais pas entrer en tentation

Ne nous livre pas au pouvoir du péché, de la transgression, de la faute, de la tentation, ni de la honte. Ne laisse pas dominer en nous le penchant du mal.

Délivre-nous du mal

Vois notre misère et mène notre combat. Délivre-nous sans tarder à cause de ton Nom, car tu es le Libérateur puissant. Béni es-tu, Seigneur, Libérateur d’Israël.

Et les beaux noms divins de l’Islam ?

Ils sont au nombre de 99 : le musulman les récite en égrenant son chapelet.. La recherche du centième nom de Dieu a alimenté bien des légendes.

Pour un musulman, il serait blasphématoire d’appeler Dieu « Père ». Dieu n’est ni Père d’un Fils, ni Père des hommes : nous prétendre les « enfants de Dieu » serait contradictoire avec l’absolu de Dieu. Il n’empêche que bien des noms donnés à Dieu évoquent ceux que nous trouvons dans l’Ecriture et conviennent à Dieu comme Père.

Laissons-nous donc bercer et interroger par ces noms…

Très bon, Miséricordieux, Le roi, Le saint, Dieu de paix, Auteur de toute sécurité, Protecteur vigilant, Doué d’une puissance rare, Qui contraint à lui obéir, Superbe, Le créateur, Qui façonne, qui pardonne abondamment, Qui impose sa domination, Le donateur, Dispensateur de tout bien, Qui ouvre la voie, Omniscient, Qui retient, Qui répand ses bienfaits, Qui abaisse, Qui élève, Qui donne la puissance, Qui humilie, Qui entend, Clairvoyant, L’arbitre, Dieu de justice, Qui comprend avec finesse, Bien informé, Le longanime, Immense, Qui pardonne et est  clément, Qui reconnaît les bienfaits, Le très-haut, Grand, Qui protège attentivement, Qui nourrit, Qui suffit à tout, Le majestueux, Généreux et noble, Qui surveille tout, Qui exauce et répond, Dont la connaissance et la puissance sont sans limites, Sage, Dieu de tendresse, Glorieux, Qui ressuscite les morts, Le témoin, Dieu de vérité, A qui tout est confié, Le fort, L’inébranlable, Lié aux siens qu’il aime et qu’il aide, Digne de toute louange, Qui connaît et mesure tout, A l’origine de tout, Qui rétablit dans son état, Maître de la vie, Maître de la mort, Le vivant , le subsistant, Qui a tout, Rayonnant de gloire, L’un, L’absolu, Le puissant, Omnipotent, Qui fait avancer, Qui fait reculer, Le premier, Le dernier, Manifeste, Caché, Lié aux siens qu’il patronne, Exalté, D’une bienfaisance délicate, Qui ramène à lui le pécheur, Dieu des vengeances, Indulgent, Compatissant, Maître du royaume, Dieu de majesté et d’honneur, Equitable, Qui rassemblera pour le jugement, Indépendant de tout, Qui donne la richesse, Qui comble de ses dons, Qui refuse, Qui nuit Qui est utile, Dieu de lumière, Qui guide, Incomparable, Qui demeure, Qui hérite, La droiture même, Infiniment patient.

Et pour aller plus loin :

Quelques pistes pour travailler le « Notre Père » en équipe.

Nous prions avec le « Notre Père » au sein de nos classes : en quelles circonstances ? Comment ?

Faisons-nous appel à des gestes pour accompagner la prière ?

Et le « Notre Père » dans notre vie personnelle ?

« Nous osons dire » : qu’y a-t-il d’audacieux à prier le « Notre Père » ?

La prière exprime la foi. Mais elle exprime aussi l’espérance et la charité : qu’en est-il pour le Notre Père » ?

Des textes à méditer : Notre Père

Le notre Père en langues

Tout sur le « Notre Père » sur le site croire.com

 

 

Crédit image Monika Mueler ©

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics