Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Silence

Temps de lecture : 36 minutes
Textes à méditer : Silence

Je voudrais ; Devant toi, dans le silence ; Le vrai silence ; Saisir ; Dieu, un ami du silence ; Impose silence à ma prière ; Silence ; En toutes vie, le silence dit Dieu ; Prière pour obtenir le silence... Aime le silence ; Le test des trois passoires ; Le maître du silence ; S'il te plaît écoute ; Peux-tu simplement m'écouter ? Une année de silences ; Tu peux parler ; Le silence

Je voudrais

Je voudrais apprendre à éteindre tous les mots,
tous les bruits, toutes les voix.

Je voudrais ne plus bouger du tout
pour danser lentement dans ma tête.

Je voudrais fermer très fort les yeux
pour découvrir la lumière de la nuit.
Je voudrais aller jusqu’au bout du silence
pour entendre sa toute petite musique.

Alors dans le plus grand secret,
j’écouterai parler le silence de Dieu.

Benoît Marchon (Poèmes pour prier, Centurion, 1987)


Devant toi, dans le silence

Devant toi, je me tiens debout,
comme les arbres que tu as plantés.
Sans dire un mot, ils te bénissent pour ta lumière.

Je regarde les couleurs que tu mets sur la terre :
Sans dire un mot, elles parlent de ta beauté.

Je sais que tu es le seul à entendre en mon cœur
Le bruit que fait pour toi mon sang dans le silence.

Comme un ami, quand son ami va venir.
Je ne dis rien, je veille.

Didier Rimaud


Le vrai silence

Je ne sais pas si vous avez remarqué : ce qui sépare les gens, ce sont les mots. Même les p'tits mots de rien du tout ça peut produire les pires maux. Il y a des mots blessants, et puis des mots qui tuent. Ainsi l'amour peut commencer sur un signe et finir par un mot, un mot de trop. Peut-être bien qu'on habille la réalité avec des mots parce qu'on a peur de la voir toute nue. Peut-être bien aussi qu'il vaudrait mieux se taire plus souvent.
Apprendre à contempler. Rien dire. Rester dans le silence. Mais pas n’importe quel silence ! Il y a toute une gamme de silences : des graves, les aigus, des intenses. Il y a le silence qui cache l’absence et le vide ; il y a le silence parce qu’on n’ose pas ; il y a le silence parce qu’on ne veut rien dire, ou qu’on s’en fiche ; il y a le silence parce qu’on ferme les yeux et qu’on ne veut pas s’occuper de ce qui ne nous regarde pas : tout ça, ce n’est pas des beaux silences.
Moi, je parle des silences à étoiles, des silences à deux, avec des signes et des messages et des sculptures de connivence, un silence moelleux et rond comme de la tendresse, et grisant comme de l'amour. Un silence dense, la danse d'un silence....
Les amoureux n’aiment rien tant que le silence. C’est drôle : c’est quand ils ne disent rien qu’ils s’entendent le mieux. « On reconnaît l’amour véritable à ce que le silence de l’autre n’est plus un vide à remplir, mais une complicité à respecter. »

François Garagnon (Jade et les sacrés mystères de la vie) 


Saisir

Recueillir le grain des heures
Eteindre l’étincelle
Ravir un paysage
Absorber l’hiver avec le rire
Dissoudre les nœuds du chagrin
S’imprégner d’un visage
Moissonner à voix basse
Flamber pour un mot tendre
Embrasser la ville et ses reflux
Ecouter l’océan en toutes choses
Entendre les sierras du silence
Transcrire la mémoire des miséricordieux
Relire un poème qui avive
Saisir chaque maillon d’amitié.

Andrée Chédid (Par-delà les mots)


Dieu, un ami du silence

Au commencement de la prière se trouve le silence.
Si nous voulons prier, il nous faut d'abord apprendre à écouter car, dans le silence du cœur, Dieu parle.
Et pour être en mesure de vivre ce silence et d'entendre Dieu, il nous faut un cœur limpide car il est seul capable de voir Dieu, d'entendre Dieu, d'écouter Dieu.
Alors seulement, de la plénitude de nos cœurs, nous pouvons parler à Dieu. Et Il écoute.
Mais nous ne pouvons pas parler à moins d'avoir écouté, à moins d'être en contact avec Dieu dans le silence de nos cœurs.
La prière n'est pas censée nous torturer, nous mettre mal à l’aise, nous troubler.
Il faut s'en réjouir à l'avance : parler à mon Père, parler à Jésus, celui auquel j'appartiens, corps et âme, esprit et cœur.
Réfléchissons donc au silence de l'esprit, des yeux et de la langue.
Le silence de l'esprit et du cœur. La Vierge Marie « gardait précieusement tous ses souvenirs et les méditait en son cœur ». Ce silence la rapprochait de notre Seigneur de sorte qu'elle n'a jamais eu à regretter quoi que ce fût. Rappelez-vous ce qu'elle fit quand saint Joseph fut troublé. Un seul mot de sa part aurait dissipé tout soupçon, mais elle ne le prononça pas et c'est le Seigneur Lui-même qui accomplit le miracle d'attester son innocence.
Si seulement nous étions aussi convaincus de la nécessité du silence ! Je crois qu'alors la voie vers l'union intime avec Dieu serait bien dégagée.
Puis nous avons le silence des yeux, celui qui nous aidera toujours à voir Dieu.
Nos yeux sont comme deux fenêtres par lesquelles, le Christ ou le monde parviennent jusqu'à nos cœurs. Il nous faut souvent beaucoup de courage pour les garder clos. Ne disons-nous pas souvent : « Si seulement je n'avais pas vu telle ou telle chose ! » Et cependant nous nous donnons si peu de peine pour surmonter le désir de tout voir.
Par le silence de la langue, nous apprendrons beaucoup : à parler au Christ, à rester joyeux en tout temps et à avoir quantité de choses à dire.
Le Christ nous parle par l'intermédiaire d'autres personnes et, lorsque nous méditons, il nous parle directement.
Dieu est ami du silence. Nous avons soif de trouver Dieu, mais il ne se laisse découvrir, ni dans le bruit ni dans l'agitation.
Voyez comme la nature, les arbres, les fleurs et l'herbe croissent dans un profond silence.
Voyez comme les étoiles, la lune et le soleil se déplacent en silence.
Plus nous recevons dans une prière silencieuse, plus nous pouvons donner dans notre vie active.
Le silence nous donne un regard neuf sur toutes choses. Nous avons besoin de ce silence afin de toucher les âmes. L'essentiel n'est pas dans ce que nous disons, mais dans ce que Dieu nous dit et dans ce qu'il transmet par notre intermédiaire. C'est en silence que toujours Jésus nous attend.
Dans ce silence, il nous écoutera ; c'est là qu'Il parle à nos âmes et c'est là que nous entendrons sa voix. Dans ce silence, nous trouverons une énergie nouvelle et une véritable unité.
L'énergie de Dieu sera nôtre pour bien accomplir toutes choses dans l'unité de nos pensées avec les siennes, l'unité de nos actions avec les siennes, de notre vie avec la sienne.

Mère Teresa


Impose silence à ma prière

Prends-moi, Seigneur, 
dans la richesse divine de ton silence, 
plénitude capable de tout combler en mon âme.

Fais taire en moi ce qui n'est pas de Toi, 
ce qui n'est pas ta présence toute pure, 
toute solitaire, toute paisible !

Impose silence à mes désirs,
à mes caprices, à mes rêves d'évasion,
à la violence de mes passions.

Couvre par ton silence la voix
de mes revendications, de mes plaintes.
Imprègne de ton silence
ma nature trop impatiente de parler,
trop encline à l'action extérieure et bruyante.

Impose même ton silence à ma prière,
pour qu'elle soit pur élan vers Toi.
Fais descendre ton silence
jusqu'au fond de mon être,
et fais remonter ce silence
vers Toi, en hommage d'amour !

Jean de La Croix


Silence

Voilà, c'est décidé, 
je veux faire du silence pour prier.

Mais le silence, ce n'est pas facile à faire.

Pour y arriver,
je peux regarder attentivement une seule chose
je peux aussi fermer les yeux.
Si un bruit se fait entendre,
je ne bouge pas,
je ne tourne pas la tête.
Ainsi, je deviens responsable de mon silence.

Le silence est fragile.

Mais c'est décidé,
je veux faire durer mon silence,
pour moi et pour les autres.

Un beau silence en présence de Dieu.
C'est déjà une prière.

J'accepte de ne rien sentir, Seigneur.
De ne rien voir, de ne rien entendre,
vide de toute idée, de toute image.
Dans la nuit.

Me voici simplement
pour te rencontrer sans obstacle.
Dans le silence de la foi,
devant toi, Seigneur.

Michel Quoist


En toute vie, le silence dit Dieu

En toute vie, le silence dit Dieu, 
Tout ce qui est tressaille d'être à Lui !
Soyez la voix du silence en travail, 
Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !

Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom
Que tout sécrète et presse de chanter ;
N'avez-vous pas un monde immense en vous ?
Soyez son cri, et vous aurez tout dit !

Il suffit d'être, et vous vous entendrez
Rendre la grâce d'être et de bénir ;
Vous serez pris dans l'hymne d'univers,
Vous avez tout en vous pour adorer !

Car vous avez l'hiver et le printemps,
Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs,
Jouez pour Dieu des branches et du vent,
jouez pour Dieu des racines cachées.

Arbres humains, jouez de vos oiseaux,
Jouez pour Lui des étoiles du ciel,
Qui sans paroles expriment sa clarté,
jouez aussi des anges qui voient Dieu !

Patrice de la Tour du Pin


Prière pour obtenir le silence…

Seigneur, accorde-moi
non pas le silence qui me rend prisonnier de moi-même
mais celui qui me libère et m'ouvre des espaces nouveaux,

non pas le silence du corps épuisé par les paradis artificiels
mais celui de l'âme qui respire au seuil de ton Royaume,

non pas le silence de la peur des autres et du monde
mais celui qui me rend proche de tout homme et de la création,

non pas celui de l'égoïsme froid, indifférent et hautain
mais celui qui enracine, fortifie et purifie la tendresse du coeur,

non pas le silence de l'absence vide, du monologue solitaire
mais celui de la rencontre, de l'intimité en ta Présence,

non pas le silence de la lâcheté ou de la résignation
mais celui qui prépare au combat pour la vérité,

non pas le silence des exclus, des sans-voix
mais celui qui nourrit la force des peuples qui se lèvent,

non pas le silence de l'homme qui fuit
mais celui de l'homme qui Te cherche,

non pas le silence de l'homme qui rumine ses échecs
mais celui qui réfléchit pour en découvrir les causes,

non pas le silence de la nuit du désespoir
mais celui qui attend la lumière de l'aurore, de l'espérance,

non pas le silence de la rancune, de la haine, de la vengeance
mais celui de l'apaisement et du pardon,

non pas le silence du bavard, rempli de mots, de lui-même
mais celui du cœur qui écoute le murmure de ton Esprit,

non pas le silence envahi par trop de questions sans réponses
mais celui de l'émerveillement et de l'adoration

non pas le silence de l'oubli, du tombeau, de la mort
mais celui où la matière se charge des énergies du Ressuscité dans l'attente d'une vie nouvelle dans ta Lumière...

Michel Hubaut


Aime le silence

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t'apprendra à regarder l'icône de Jésus Christ.
Il t'apprendra à accommoder les yeux de ton cœur à ce visage de Dieu qui te révèle ton propre visage et celui de tout homme.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t'apprendra à regarder le visage défiguré de Jésus Christ.
Il t'apprendra à accommoder les yeux de ton cœur à ce visage de Dieu qui te regarde avec les yeux de l'homme affamé et torturé.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t'apprendra à regarder le visage transfiguré de Jésus Christ.
Il t'apprendra à accommoder les yeux de ton cœur à ce visage de Dieu
pour discerner, au cœur de la création, les reflets de la beauté du Créateur,
pour discerner, dans l'épaisseur des choses et des êtres, leur véritable dimension intérieure,
et dans les humbles gestes de tout être créé, les traces de sa bonté.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t'apprendra à regarder le visage humain et divin de Jésus Christ, Source et Achèvement de notre histoire
Il t'apprendra à accommoder les yeux de ton cœur pour discerner les brèches de lumière au fond de nos impasses, les germes d'éternité dans la brièveté du présent et le devenir encore caché de tout être vivant.

Aime le silence.
Mets-toi à son école. Il est ton maître.
Il t'apprendra à regarder le vrai visage de l'homme et de Dieu,
Il te donnera ce regard intérieur de la foi qui apprend à regarder les hommes, leurs joies et leurs souffrances, tous les grands et les petits événements de la vie avec les yeux de Jésus Christ.

Michel Hubaut (Les Chemins du Silence, DDB)


Le test des trois passoires

Socrate avait, dans la Grèce antique, une haute réputation de sagesse. Quelqu'un vint un jour trouver le grand philosophe et lui dit : « Sais-tu ce que je viens d'apprendre sur ton ami ? »
- Un instant ! répondit Socrate. Avant que tu ne me racontes tout cela, j'aimerais te faire passer un test très rapide. Ce que tu as à me dire, l'as-tu fait passer par les trois passoires ?
- Les trois passoires ?
- Mais oui ! reprit Socrate. Avant de raconter toutes sortes de choses sur les autres, il est bon de prendre le temps de filtrer ce que l'on aimerait dire. C'est ce que j'appelle le test des trois passoires. La première passoire est celle de la vérité. As-tu vérifié si ce que tu veux me raconter est vrai ?
- Non, pas vraiment. Je n'ai pas vu la chose moi-même, je l'ai seulement entendu dire...
- Très bien! Tu ne sais donc pas si c'est la vérité. Voyons maintenant. Essayons de filtrer autrement, en utilisant une deuxième passoire, celle de la bonté. Ce que tu veux m'apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bien ?
- Ah non ! Au contraire! J'ai entendu dire que ton ami avait très mal agi.
- Donc, continua Socrate, tu veux me raconter de mauvaises choses sur lui et tu n'es même pas sûr si elles sont vraies. Ce n'est pas très prometteur ! Mais tu peux encore passer le test, car il reste une passoire, celle de l'utilité. Est-ce utile que tu m'apprennes ce que mon ami aurait fait ?
- Utile ? Non, pas réellement, je ne crois pas que ce soit utile...
- Alors, de conclure Socrate, si ce que tu as à me raconter n'est ni vrai, ni bien, ni utile, pourquoi vouloir me le dire ? Je n'en veux rien savoir et, de ton côté, tu ferais mieux d'oublier tout cela !"
Et Socrate repartit dans ses réflexions philosophiques.


Le maître du silence

Il y eut jadis au pays de Chine un moine zen qui se faisait appeler « le Maître du silence ».
En réalité, ce religieux était un charlatan, un imposteur, qui avait imaginé ce subterfuge pour vivre confortablement des aumônes que les villageois lui apportaient. Il recevait seulement les jours impairs, commodément installé sur des coussins de soie, et se contentait de garder un silence obstiné. Deux compères prêchaient à sa place.

Or, un matin, un moine pèlerin attiré par la réputation du Maître du silence se présenta au couvent. Ce n’était pas un jour de visite, et les deux acolytes interprètes étaient absents.
Le pèlerin aborda le maitre et l'interrogea :
« Maître du silence, éclairez-moi : qu’est-ce que le Bouddha ? »
Ne sachant que faire, le pseudo-maître regarda nerveusement à droite et à gauche, cherchant vainement ses complices habituels.
Le pèlerin, apparemment satisfait inclina la tête et demanda :
« Ô Maître du silence, éclairez-moi qu’est-ce que le dharma ? »
De plus en plus embarrassé, le charlatan leva les yeux au ciel pour chercher une vaine inspiration, puis les baissa vers le sol, découragé.
Le pèlerin inclina la tête avec respect et dit encore :
« Ô Maître du silence, permettez-moi une dernière question : qu’est-ce que la grâce ? »
Le soi-disant maître écarta les bras en signe de totale impuissance.
Le moine pèlerin salua trois fois, et se retira.

Sur le chemin du retour, il croisa deux moines qui se dirigeaient vers le monastère.
« Mes frères ! s’écria-t-il. Vous allez sans doute présenter vos devoirs au Maître du silence ? 
- Euh !... oui », firent les moines, surpris et un peu inquiets.
- Ah ! Quel puits de sagesse ! s’exclama le pèlerin. Au cours de mes nombreux voyages, je n’ai jamais rencontré son égal. Jugez-en. Comme je lui demandai « qu’est-ce que le Bouddha ? », il s’est tourné vers l’est et vers l’ouest me signifiant par-là que les hommes cherchent le Bouddha dans toutes les directions, partout où il n’est pas. Je l’interrogeai ensuite sur le dharma. Il me répondit en levant les yeux au ciel, puis en les baissant vers le sol, me faisant comprendre que le dharma n’établit aucune distinction entre le riche et le pauvre, le puissant et le misérable, que le dharma est égal pour tous. Enfin, quand je le questionnais sur la grâce, il écarta les bras, les mains grandes ouvertes. La grâce en effet est une bénédiction, qui est distribuée généreusement aux hommes pour les guider sur le chemin de la vie. Mes frères, quel grand sage, ce Maître du silence ! »

D’après un conte Zen


S’il te plaît, écoute

Heureux les miséricordieux
Quand je me sens écouté, je peux enfin m'entendre.
Quand je me sens écouté, je peux entrer en reliance.
Etablir des ponts, des passerelles incertaines entre mon histoire et mes histoires.
Relier des événements, des situations, des rencontres ou des émotions pour en faire la trame de mes interrogations. Pour tisser ainsi l'écoute de ma vie.
Oui, ton écoute est passionnante. S'il te plaît écoute et entends-moi.
Et si tu veux parler à ton tour, attends juste un instant que je puisse terminer et je t'écouterai à mon tour, mieux surtout si je me suis entendu.

Jacques Salomé


Peux-tu simplement m’écouter ?

Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me donner des conseils, tu n'as pas fait ce que je te demandais.
Quand je te demande de m'écouter et que tu commences à me dire pourquoi je ne devais pas ressentir cela, tu bafoues mes sentiments.
Quand je te demande de m'écouter et que tu sens que tu dois faire quelque chose pour résoudre mon problème, tu m'as fait défaut, aussi étrange que cela puisse paraître.
Écoute, tout ce que je te demande, c'est que tu m'écoutes. Non que tu parles où que tu fasses quelque chose ; je te demande uniquement de m'écouter.
Les conseils sont bon marché, pour 6 francs j'aurai dans le même journal le courrier du cœur et l'horoscope.
Je peux agir par moi-même, je ne suis pas impuissant, peut-être un peu découragé ou hésitant, mais non impotent.
Quand tu fais quelque chose pour moi, que je peux et ai besoin de faire moi-même, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation.
Mais quand tu acceptes comme un simple fait que je ressens ce que je ressens (peu importe la rationalité), je peux arrêter de te convaincre, et je peux essayer de commencer à comprendre ce qu'il y a derrière ces sentiments irrationnels. Lorsque c'est clair, les réponses deviennent évidentes et je n'ai pas besoin de conseils.
Les sentiments irrationnels deviennent intelligibles quand nous comprenons ce qu'il y a derrière.
Peut-être est-ce pour cela que la prière marche, parfois, pour quelques personnes, car Dieu est muet. Il ou elle ne donne pas de conseils. Il ou elle n'essaie pas d'arranger les choses. Ils écoutent simplement et te laissent résoudre le problème toi-même.
Alors, s'il te plaît, écoute et entends moi.
Et si tu veux parler, attends juste un instant et je t'écouterai.

Auteur indien (Paraboles d'Orient et d'Occident, Ed. Droguet Ardant)


Une année de silences

« En toute vie le silence dit Dieu
Tout ce qu’il est tressaille d’être à lui !
Pas un seul mot, et pourtant c’est son nom
Que tout secrète, te presse de chanter… »

Patrice de La Tour du Pin


Tu peux parler

Tu peux parler mais pas trop fort
Tu peux parler mais après moi
Tu peux parler mais pas comme ça
Tu peux parler mais jusque-là
Tu peux parler mais si je te le dis
Tu peux parler si c'est joli
Tu peux parler une autre fois
Tu peux parler mais comme moi
Tu peux parler mais ne crie pas
Tu peux parler mais tiens-toi droit
Tu peux parler mais d'abord moi
Tu peux parler un peu plus bas
Tu ne dis rien ?
Tu vois !

Noëlle de Smet


Le silence

« Une journée pleine de bruits et pleine de voix peut être une journée de silence
si le bruit devient pour nous écho de la présence de Dieu. (...)
Pourquoi le chant d'une alouette dans les blés, le crissement des insectes dans la nuit, 
le bourdonnement des abeilles dans le thym nourriraient-ils notre silence
et non pas les pas des foules dans la rue, les voix des femmes au marché,
les cris des hommes au travail, le rire des enfants au jardin,
les chansons qui sortent des bars ?
Tout est bruit des créatures. (...)
Le silence n'est pas une évasion
mais rassemblement de nous-mêmes au creux de Dieu. »

Madeleine Delbrêl (Nous autres, gens des rues)


© Crédit photo Pierre Robitaille / sitecoles.org

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics