Accueil > Contenus d'enseignement > Méthodes-outils pour apprendre > Numérique

Une expérience de baladodiffusion en classe de CE2

Temps de lecture : 12 minutes
Une expérience de baladodiffusion en classe de CE2

Utilisé en français, en langue, en histoire, en art, le baladeur permet la différenciation pédagogique et le développement des compétences : Intérêt, limites et mode d’emploi de cet outil d’aujourd’hui.

Cette expérience a été présentée au colloque du numérique de l’Enseignement catholique des 27 et 28 mars 2012.

Définition
La baladodiffusion permet de s’écouter, d’écouter, de s’enregistrer, d’enregistrer ce qu’on veut, quand on veut et où on veut.
Au niveau de la terminologie, "podcast" ou "podcasting" sont les termes anglophones. L’expression française est "diffusion pour baladeur", mais le terme le plus usité est celui de "baladodiffusion", terme québécois.
A l’école, c’est un moyen de mettre des documents audio et/ou vidéo à la disposition des enfants où qu’ils se trouvent mais aussi de leur permettre de s’enregistrer pour des productions orales ou d’enregistrer un document audio. C’est aussi un moyen de différencier les travaux.
Il s’agit concrètement de doter de lecteurs MP3 (son) ou MP4 (son + vidéo) des enfants dans un but pédagogique.

Utilisation
La baladodiffusion ne demande pas d’être expert en informatique. Les enfants s’approprient et utilisent facilement un baladeur. En effet, il est ce qu’était, il y a 30 ans, le walkman. Le baladeur ouvre de nombreuses possibilités :
Langues vivantes
- Ecouter une prononciation correcte. L’intérêt du baladeur est évident pour les langues vivantes. Mais l’investissement pour une seule matière était trop lourd. De ce fait, je me suis penché sur tous les autres avantages que pouvait offrir un lecteur. Et il y a en … j’en découvre encore au fur et à mesure de son emploi.
Des sites internet, comme primlangues offre des podcasts.
Histoire
- Ecouter des documents audio in situ. Quoi de plus intéressant pour des enfants de CM2 que d’entendre l’appel du 18 juin plutôt que de le lire. Cela revêt un caractère bien plus solennel.
Arts
- En éducation musicale : garder en mémoire des productions ou des œuvres étudiées.
- Mettre à disposition une œuvre d’art en couleur.
Français
- S’enregistrer pour une lecture à voix haute. En s’écoutant, l’enfant se place dans un système d’auto évaluation. Il va s’enregistrer plusieurs fois pour pouvoir présenter une lecture la plus fluide possible. Ce processus d’auto évaluation permet aux enfants de s’entendre et de dire eux-mêmes leurs points forts et leurs points faibles. C’est une remédiation quasi naturelle.
- Préparer une "lecture offerte", concept québecois. L’enfant s’enregistre avec ou sans paysage sonore. Autant associer l’éducation musicale… Il offre cette lecture au reste du groupe classe.
- S’enregistrer pour une production orale. Utile pour les enfants qui ont des difficultés à dire leur récitation devant leurs camarades. Là aussi, il peut faire plusieurs enregistrements pour s’améliorer.
Leçon
- Enregistrer une leçon pour mieux l’apprendre. Nous savons tous qu’il existe divers fonctionnements pour apprendre. Certains auront besoin de la lire, chose assez aisée à mettre en place, d’autres auront besoin de l’écouter, et là, le lecteur prend toute sa dimension. Certains auront du mal à lire : la lecture et l’enregistrement par un tiers (pair, enseignant, parent…) permet à l’enfant d’apprendre sa leçon sans cumuler les difficultés.

Compétences travaillées dans le cadre du socle commun
Compétence 1 : maîtrise de la langue française
Compétence 2 : pratique d’une langue étrangère
Compétence 4 : maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication
Compétence 5 : culture humaniste
Compétence 6 : compétences sociales et civiques
Compétence 7 : autonomie et initiative

Un outil pédagogique
Ayant des élèves de CE2, j’ai fait le choix d’un même lecteur MP4 pour une plus grande facilité d’utilisation, pour négocier les prix (compter environ 20 €), et pour lui réserver un usage pédagogique.
Beaucoup d’enfants ont déjà un lecteur chez eux. Sur celui prêté par l’école, il ne doit se trouver que des activités pédagogiques. Cela fait partie d’un contrat. Pas de Mikael Miro ou le dernier chanteur à la mode sous peine de confiscation du lecteur.

Intérêts et limites
Conditions :
Cela suppose
- Un travail en partenariat avec les parents pour une optimisation.
- Une charte d’utilisation : exemple de convention.
C’est consommateur de temps pour l’enseignant s’il n’y prête pas garde : enregistrement, écoute… Il s’agit d’optimiser l’utilisation. L’usage d’une plate-forme ENT, par exemple, permet de faire un seul enregistrement pour la classe.
Avantages :
La démultiplication du temps
- Lorsqu’on demande à un enfant de faire une lecture à la maison, l’enregistrement permet d’être sûr que le travail est fait sans faire passer les 30 enfants. L’enfant, ne va pas se contenter d’une seule lecture mais va tenter de s’améliorer de lui-même. Pour un seul texte il n’est pas rare que j’ai 5 à 6 enregistrements. Cela démultiplie le temps de travail de manière ludique. Je n’évalue que la dernière lecture puisqu’elle est l’aboutissement du travail effectué par l’enfant.
- De même, pour le travail en classe, j’évite de faire passer trente fois une même lecture ou une même récitation : l’enfant s’isole et s’enregistre. L’objectif n’est pas alors de s’adresser à un « public » mais c’est un entraînement que l’enseignant peut suivre et qui lui permet de savoir si l’apprentissage est réalisé.
L’individualisation du travail et de l’évaluation
- La baladodiffusion offre la possibilité de passer des évaluations à l’oral plutôt qu’à l’écrit. Nous savons que pour certains enfants, le passage à l’écrit est un vrai calvaire et les productions effectuées dans ces situations ne reflètent pas les capacités des enfants. Grâce au lecteur, nous pouvons mettre en place des évaluations à l’oral avec les mêmes questions ; soit c’est moi, soit un pair qui lit et enregistre l’évaluation. Elle permet aussi de manière rapide de donner des aides supplémentaires qu’on ne peut copier sans rendre laborieux la lecture. Le maître s’enregistre et peut apporter toute l’aide qu’il juge nécessaire et ce de manière individuelle.
Modalité d’aide personnalisée pour les élèves rencontrant des difficultés.
- L’auto évaluation que permet l’écoute de sa production permet d’avancer à son rythme.
- Un enfant dyslexique peut travailler un maximum par oral et non par écrit. Avec les parents, nous passons des contrats dans lesquels nous stipulons que la leçon est enregistrée, l’enfant n’a plus la barrière de l’écrit et peut comme un autre apprendre et accéder à une leçon.
- Les synthèses d’histoire, de géographie qui peuvent sembler pénible ne serait-ce qu’à relire passent de cette manière beaucoup plus facilement.

Lire sur sitEColes : les nouveaux outils numériques à l’école.
- Sur Eduscol : la baladodiffusion en classe et hors la classe.

Vous avez des questions, vous souhaitez partager une expérience, cliquez ici.

Crédit image Fotolia ©

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics