Accueil > Pédagogie > Expertise dans les apprentissages > Organisation et outils

Où est la gare ? Quelle est la question ?

Temps de lecture : 10 minutes
Où est la gare ? Quelle est la question ?

A l’école, en formation, savons-nous prendre en compte les questions telles qu’elles se posent ?

Où est la gare ?
Un dessin humoristique, que nous ne pouvons reproduire ici pour des questions de droits, représente un monsieur tirant sa valise. Il interroge un passant :
- Où est la gare ?
Celui-ci lui répond :
- La gare ? Construite en 1896 par l’architecte… 1913… plaque commémorative…. 1944… Obus … De Gaulle… Exposition…. 1967 … Municipalité…
C’est de l’humour ! Et quand un élève nous demande "Où est la gare" ? Que lui répondons-nous ? Que cherche t-il à savoir ?

Les questions des enfants
Un pédagogue a dit "Enseigner, c’est répondre aux questions que l’enfant se pose". Nous sommes loin de la traditionnelle interrogation de l’élève par le maître qui sait et cherche à transmettre (cf. : l’histoire de la gare).
Ces questions peuvent nous dépasser…
"Maîtresse, tu as des cheveux blancs : tu vas mourir" ? "Est-ce qu’on peut aimer toute la vie" ? "A quoi ça sert la grammaire" ? "Pourquoi Dieu il a inventé la guerre, le mal" ?
On peut choisir de ne pas y répondre.
Nous les profs, on adore répondre à des questions mais voici une liste de questions d’élèves auxquelles on ne répond pas.
Les questions posées dans cet article sont des questions d’élèves du second degré. La grille de lecture est intéressante :
- les questions déplacées, ou dont la forme est irrecevable,
- les questions embarrassantes,
- les bonnes questions auxquelles il sera répondu plus tard,
- les fausses questions qui ne sont pas posées dans le but d’avoir une réponse.
L’article se termine par : "Il reste la vraie fausse question, sans doute la plus importante de toutes : "A quoi ça sert, vos maths" ? "
On peut en traiter certaines dans le débat à visée philosophique.
Michel Tozzi propose alors de "repositionner le statut et le rôle du maître. Le "maître en discussion philosophique" est moins celui qui tire son autorité d'un "savoir-la-réponse-à-la-question posée", ou "transmettre-les-réponses-déjà-trouvées", que celui qui ouvre un espace où les élèves s'autorisent à poser leurs questions. C'est moins un "sujet-supposé-savoir" qu'un sujet-sachant-douter", parce qu'il veut faire partager à ses élèves une culture de la question. Un maître qui ne renonce pas à transmettre, mais diffuse l'esprit d'une communauté de recherche. Quelqu'un qui cherche avec, pour que la classe cherche ensemble".
Lire sur sitEColes :
- l’article de Michel Tozzi : la discussion philosophique à l’école,
- le dossier : les pratiques à visée philosophique à l’école.
- "Comment ces questions peuvent-elles être traitées à l'école en respectant la fonction première de celle-ci : être un lieu d'apprentissage, selon des programmes qui nous sont donnés" interroge Madeleine Winsback dans entendre les questions des enfants.

On peut y répondre dans le cadre de son enseignement et même les provoquer par les situations de travail proposées.
C’est le cas, par exemple, de la démarche d’investigation en sciences.
Jean-Philippe Bellay, explicite les enjeux : "Les savoirs enseignés aujourd’hui ne seront peut-être plus valides demain et, s’il convient "d’éviter la dérive du tout méthodologique", il importe cependant de doter les élèves, futurs citoyens, d’outils leur permettant de questionner le monde : "(le maître) s'efforce d'enrichir le questionnement des élèves et les incite à douter".
- "Les élèves s'interrogent, agissent de manière raisonnée et communiquent. Les élèves construisent leurs apprentissages en étant acteurs des activités scientifiques". (PRESTE)".

Pour en savoir plus, lire sur sitEColes le dossier : de la leçon de choses aux démarches d’investigation.

Les questions du maître aux enfants
Suivant la façon de les formuler, elles peuvent s’inscrire dans une réelle démarche pédagogique.
Un article sur le site de l’académie de Versailles de Catherine Cugnet, conseillère pédagogique intitulé "poser des questions pour faire parler les élèves " ? propose toute une réflexion centrée sur la maternelle mais fort utile aussi en primaire. Elle s’intéresse au questionnement de l’adulte et aux modalités pour faire parler même ceux qui ne parlent pas.
"Même si les instructions officielles de 1923 introduisent l'idée que le maître peut inviter ses élèves à lui poser des questions, les seules productions orales, hors récitations, sont pendant longtemps les réponses des élèves aux questions de leur enseignant".
"On peut se demander quel est l’objectif du maître, quand, dans une séance-découverte collective, ou lors d'un retour sur des travaux réalisés avec consignes... il appelle les réactions des élèves par des questions".


Les questions des enseignants sur leur métier
Formation des enseignants : ne pas commencer par la fin.
C’est la démarche proposée dans un article d’Elisabeth Nonnon de l’université de Lille paru sur le site de l’institut national de recherche pédagogique (INRP) néotitulaires. Cette universitaire invite à prendre en compte les recherches universitaires réalisées sur le sujet pour construire la formation des enseignants. Pour elle, il convient de "s’interroger sur les scénarios de formation commençant par la fin, c'est-à-dire proposant aux débutants des objectifs que peu d’enseignants chevronnés arrivent à mettre en œuvre. […] Il est nécessaire en formation de prendre en compte les priorités des questions qui se posent au débutant lors de la construction d’une identité professionnelle. Le problème est d’abord de tenir la classe. […] Ce n’est que plus tard, quand ils auront réglé ces problèmes, qu’ils seront à même de se centre sur les apprentissages effectifs de chacun, de traiter les erreurs et de différencier, se posant alors de nouvelles questions".
Pour tous, y compris les plus chevronnés, le travail en équipe et la formation sont des lieux où les questions peuvent être posées et traitées.
Et vous internautes de sitEColes quelles questions vous posez-vous dans votre métier ? Quelles réponses pouvez-vous apporter, que pouvez-vous mutualiser ?
Écrivez-nous.

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics