Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Quotidien (sur la route avec Dieu)

Temps de lecture : 18 minutes
Textes à méditer : Quotidien (sur la route avec Dieu)

Seigneur, fais-nous signe ! ; Ralentis mes pas ; Partir ; Donne-nous du temps ; Ouvre mes yeux ; J’ai peur de dire Oui ; Mon frère, écoute-moi ; Seigneur apprends-moi l'art des petits pas ; Seigneur, si tu passes par là ; Vers le royaume intérieur ; Prière de Mère Teresa ; A la rencontre des pauvres

Seigneur, fais-nous signe 

Seigneur,
sur les routes de Palestine
et dans les rencontres pascales tu as révélé,
en paroles et en signes,
la venue du Royaume de ton Père ;
donne-nous le regard de la foi
qui sait « voir » les signes nouveaux
que tu nous fais aujourd'hui,
à travers les événements personnels et collectifs,
petits et grands,
l'histoire, les aspirations et les appels des hommes,
l'exemple des saints et le cri des prophètes,
les sacrements de ton Église…

Seigneur,
apprends-nous à ruminer ta Parole,
à écouter ton Esprit qui habite notre cœur
afin que nous sachions « voir » les signes de ton Royaume,
les petites pousses de ton amour,
les bourgeons de ta justice et de ta paix
qui fleurissent dans le cœur et les mains des hommes
et annoncent un nouveau printemps pour notre terre.

Seigneur,
que dans la lumière de ta résurrection
nous sachions « voir » au creux de notre quotidien :
un malade, une réunion, un voyage,
un cri, un combat, un oiseau,
une fleur, un nuage,
un soleil couchant,
une parole, un silence,
une prière, le rire d'un enfant,
une lettre, un coup de téléphone,
un repas de famille,
une croix à la croisée des chemins…
que nous sachions "voir"
que partout
tu nous « fais signe »
et nous invites à aimer.

Michel Hubaut


Ralentis mes pas

Ralentis mes pas, Seigneur.
Calme les battements de mon cœur en tranquillisant mon esprit.
Freine ma marche par la vision de l'infini du temps.
Accorde-moi, dans la confusion de la journée,
le calme des collines éternelles.
Brise la tension de mes nerfs avec la musique apaisante des rivières,
qui chante dans mon souvenir.
Apprends-moi l'art de prendre des vacances-minutes
pour admirer une fleur, bavarder avec un vieil ami,
ou en faire un nouveau...
Rappelle-moi chaque jour que la course n'est pas toujours au plus pressé,
et que vivre mieux n'est pas vivre plus vite.

Charles Delhez


Partir

Partir, c’est avant tout sortir de soi.
Prendre le monde comme centre, au lieu de son propre moi.
Briser la croûte d’égoïsme qui enferme chacun comme dans une prison.

Partir, ce n’est pas braquer une loupe sur mon petit monde.
Partir, c’est cesser de tourner autour de soi-même
comme si on était le centre du monde et de la vie.

Partir, ce n’est pas dévorer des kilomètres
et atteindre des vitesses supersoniques.
C’est avant tout regarder, s’ouvrir aux autres, aller à leur rencontre.

C’est trouver quelqu’un qui marche avec moi,
sur la même route, non pas pour me suivre comme mon ombre,
mais pour voir d’autres choses que moi, et me les faire voir.

Don Helder Camara


Donne-nous du temps

Notre Dieu, donne-nous du temps.
Empêche-nous de vouloir aller plus vite (...).
Fais que nous ayons patience avec nous-mêmes,
car le temps progresse et cicatrise,
alors même que nous démange sa lenteur (...).
Donne-nous du temps pour prendre et pour apprendre,
car nous ne sommes point faits pour saisir sans habiter,
ni parcourir sans séjourner (...).

Donne-nous de retrouver le chemin de nos vies
au travers des buissons de nos passions
et des pierrailles de nos écorchures.
Donne-nous d'accepter que le temps de la convalescence
aille aussi lentement que celui de l'enfièvrement.

Ô Dieu, apprends-nous à espérer dans le temps
pour nos propres vies et pour le monde entier,
car toi aussi tu as usé du temps, sans l'accuser.
Notre Dieu, aux jours où il nous semble
que nous piétinons et que nous régressons,
donne-nous confiance dans le temps !

André Dumas


Ouvre mes yeux

Seigneur, que de chaque instant du jour
je goûte tout le suc.
Merci si cet instant est du miel,
merci s'il est amer.
Seigneur, fais de mon corps
le serviteur de mon esprit ;
mets, je t'en prie, l'harmonie entre eux.

Dans les relations de tous les jours avec mes proches,
donne-moi la patience et beaucoup d'humour ;
toi, tu es patient avec moi et tu dois rire souvent
de mon manque de sérénité.
Ouvre mes yeux aux beautés des choses qui m'entourent
et donne-moi de ne jamais les détruire.
Ouvre mes oreilles aux chants du monde,
et quand ils sont cris de douleur,
donne-moi, là où je suis, le pouvoir d'aider
à atténuer les souffrances des hommes.
Seigneur, quand mon corps qui va vers son destin
commence à me quitter,
fais grandir en moi l'être immortel
qui vivra près de toi.

Gabrielle de Waele


J’ai peur de dire Oui

J'ai peur de dire oui, Seigneur.
Où m'emmèneras-tu ?
J'ai peur de tirer la paille la plus longue,
j'ai peur de signer au bas de la feuille blanche,
j'ai peur du oui qui réclame d'autres oui.
Et pourtant, je ne suis pas en paix.
Tu me poursuis, Seigneur, tu me cernes de partout.
Je cherche le bruit car je crains de t'entendre,
mais tu te glisses dans un silence.
Je m'enfuis de la route car je t'ai aperçu
mais au bout du sentier tu m'attends quand j'arrive....
Mais j'ai peur de dire oui, Seigneur,
j'ai peur de te donner la main, tu la gardes en la tienne.
J'ai peur de rencontrer ton regard, tu es un séducteur....
Je suis captif, mais je me débats,
et je combats en me sachant vaincu.
Car tu es le plus fort, Seigneur,
tu possèdes le monde et Tu me le dérobes.
Aide-moi à dire oui.

Michel Quoist


Mon frère, écoute-moi

Mon frère, écoute-moi. C'est vrai, tu te sens bien impuissant.
Tu es fatigué de tout et surtout de toi-même.
Mais, souviens-toi, quelque part dans le vieux Livre,
il est écrit : « Va avec la force que tu as : n'est-ce pas Dieu qui t'envoie ? » (Juges 6,14).

Tu n'as que la force que tu as. Mais va quand même.
Cette force t'est donnée par Celui qui met en mouvement le soleil et les autres étoiles.
Elle doit te suffire. Elle te suffira.

Il te faut apprendre à être pauvre et à marcher avec peu.
Il te faut croire avec peu de foi, espérer avec peu d'espérance et aimer avec peu d'amour.

La plante doit apprendre à pousser là où elle a été semée, et avec ce qu'elle a.
Elle ne choisit pas le terrain mais elle l'utilise.
Certes, c'est vrai, elle ne peut pas changer le monde,
mais la plus humble pâquerette peut fleurir son arpent de terre.

Prépare ta journée de demain comme si c'était la dernière que tu aies à vivre sous ce soleil.
Alors elle sera peut-être la première d'une vie nouvelle.

Tu as peu de possibilités, certes, mais elles te suffisent.
Pose ta pierre, ainsi tu contraindras Dieu à construire la maison.

Sème ta graine, Dieu devra bien la faire pousser.
Panse le blessé, il faudra bien que Dieu le guérisse.

Alors, un jour, un jour bientôt peut-être, la porte entr'ouverte de ta maison laissera passer tant de silence qu'il recouvrira les amertumes du jour,
tant de lumière qu'elle envahira les ombres et les tristesses,
et tant d'amour qu'il n'y aura plus ni cri, ni clameur, ni souffrance.

Pasteur Alain Houziaux


Seigneur, apprends-moi l’art des petits pas

Seigneur, apprends-moi l’art des petits pas.
Je ne demande pas de miracles ni de visions,
Mais je demande la force pour le quotidien !
Rends-moi attentif et inventif pour saisir
Au bon moment les connaissances et expériences
Qui me touchent particulièrement.
Affermis mes choix
Dans la répartition de mon temps.
Donne-moi de sentir ce qui est essentiel
et ce qui est secondaire.
Je demande la force, la maîtrise de soi et la mesure,
Que je ne me laisse pas emporter par la vie,
Mais que j’organise avec sagesse
Le déroulement de la journée.
Aide-moi à faire face aussi bien que possible
A l’immédiat et à reconnaître l’heure présente
Comme la plus importante.
Donne-moi de reconnaître avec lucidité
Que la vie s’accompagne de difficultés, d’échecs,
Qui sont occasions de croître et de mûrir.
Fais de moi un homme capable de rejoindre
Ceux qui gisent au fond.
Donne-moi non pas ce que je souhaite,
Mais ce dont j’ai besoin.
Apprends-moi l’art des petits pas !

Antoine de Saint-Exupéry


Seigneur, si tu passes par là

Seigneur, si tu passes par-là
Viens chez moi, entre donc.
Mais il vaut mieux que tu le saches :
Tu trouveras sûrement ma porte fermée.
J’ai toujours peur, alors je mets le verrou.
Mais toi tu sais bien comment entrer,
Surtout quand ma porte est fermée.
Tu arrives à passer même quand il n’y a pas de porte.
J’aime mieux te le dire, Seigneur,
Si tu viens chez moi, tu ne trouveras pas grand-chose.
Si tu veux de l’amour,
Il vaudrait mieux que tu en amènes.
Tu sais, mon amour à moi, il est plutôt rassis,
Ce serait mieux que tu en apportes du frais.
Emballe-le bien en le transportant,
C’est si fragile l’amour !
Si tu avais aussi un peu d’espérance,
De la vivace, de celle de ton jardin
Ce serait bien d’en prendre un bouquet.
J’en ai tant besoin pour fleurir mon regard.
Et si encore tu avais un peu de foi pour moi,
Rien qu’un peu, pas plus gros qu’un grain de moutarde,
Alors je déplacerais les montagnes

Jean Debruynne


Vers le royaume intérieur

Ferme tranquillement les yeux.
Laisse-toi tomber loin de ta « personne »
jusqu'au bout de ton être, lâchant prise,
dans le silence, dépouillé de toi-même,
dans cet instant qui est présence.

Tu trouveras ainsi, tel un enfant,
sans te déplacer et sur le champ,
le royaume intérieur,
Dieu lui-même et Son repos.

Gerhard Tersteegen


Prière du Mère Teresa

Seigneur, quand je suis affamé,
donne-moi quelqu'un qui est besoin de nourriture.
Quand j'ai soif,
envoie-moi quelqu'un qui ait besoin d'eau.

Quand j'ai froid,
envoie-moi quelqu'un à réchauffer.
Quand je suis blessé,
donne-moi quelqu'un à consoler.

Quand ma croix devient lourde,
donne-moi la croix d'un autre à partager.
Quand je suis pauvre,
conduis-moi à quelqu'un dans le besoin.

Quand je n'ai pas le temps,
donne-moi quelqu'un que je puisse aider un instant.
Quand je suis humilié,
donne-moi quelqu'un dont j'aurai à faire l'éloge.

Quand je suis découragé,
envoie-moi quelqu'un à encourager.
Quand j'ai besoin de la compréhension des autres,
donne-moi quelqu'un qui est besoin de la mienne.

Quand j'ai besoin qu'on prenne soin de moi,
envoie-moi quelqu'un dont j'aurai à prendre soin.
Quand je ne pense qu'à moi,
tourne mes pensées vers autrui.

Mère Teresa


A la rencontre des pauvres

Seigneur, donne-moi un cœur de pauvre.
Un cœur sensible pour penser à toi.
J'ai besoin de toi, j'ai confiance en toi.
Avec toi, je ne suis pas seul.
Tu es mon trésor et ma joie,
car on ne te dépense pas.
Au contraire, on te partage.

Seigneur, donne-moi un cœur de pauvre.
Un cœur sensible pour comprendre les autres,
pour partager sans hésiter.
Seigneur, donne-moi un cœur attentionné,
calme et doux en face de la méchanceté,
de l'excitation et de la colère.
Donne-moi un cœur qui cherche la paix,
qui cherche le pardon.
Tant pis si je reçois des coups,
si je suis rejeté par ceux que j'ai réconciliés.

Seigneur, donne-moi un cœur de pauvre.

Prière du quart monde


© Crédit photo Krzysztof Wiktor / fotolia.com

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics