Accueil > Vie de l'Institution et de l'école > Projet et organisation de l'école (sens, dynamique et organisation) > Projets et démarches

L'école primaire est-elle responsable de l'échec scolaire ?

Temps de lecture : 7 minutes
L'école primaire est-elle responsable de l'échec scolaire ?

L'Institut Montaigne dresse un constat sévère sur l'école primaire dans un rapport "Vaincre l'échec à l'école primaire". Il indique que les premières années de scolarisation sont déterminantes mais que l'école primaire semble creuser les inégalités sociales. Les auteurs présentent 13 propositions pour revaloriser le système, parmi lesquelles : revoir les rythmes scolaires, éviter les redoublements, revaloriser le métier de professeur des écoles.

1- Qui sont les auteurs
L'Institut Montaigne est un laboratoire d'idées crée fin 2000 par Claude Bébéar et dirigé par François Rachline. Il est dépourvu de toute attache partisane et ses financements, exclusivement privés, sont très diversifiés, aucune contribution n'excédant 2% de son budget annuel. En toute indépendance, il réunit des chefs d'entreprise, des hauts fonctionnaires, des universitaires et des représentants de la société civile issus des horizons et des expériences les plus variés.
Il concentre ses travaux sur trois axes de recherche :
- cohésion sociale, mobilité sociale, intégration des minorités, légitimité des élites...
- modernisation de l'action publique, réforme de l'état, éducation, système de santé...
- stratégie économique et européenne, compétitivité, spécialisation industrielle, régulation...

Grâce à ses experts associés (chercheurs praticiens) et à ses groupes de travail, l'Institut Montaigne élabore des propositions concrètes de long terme sur les grands enjeux auxquels nos sociétés sont confrontées. Il contribue ainsi aux évolutions de la conscience sociale. Ses recommandations résultent d'une méthode d'analyse et de recherche rigoureuse et critique.

2 - Les titres des chapitres sont explicites
Comment va notre école ?
I - L'école aggrave l'inégalité des chances.
II - Une école toujours au rythme des adultes, jamais à celui des enfants.
III - Le rôle des enseignants.
IV - Une gouvernance impossible ou l'absence de pilotage à tous les niveaux.

L'école française au miroir de la comparaison internationale.
I - Quelles sont les véritables performances de l'école en France ?
II - Une spécificité française : peu de semaines de cours par an, peu de jours de cours par semaines, mais un nombre d'heures par jour très élevé.
III - Comment fabriquer un maître efficace ?
IV - Quels modes de gouvernance et de pilotage ?
V - Que nous apprend l'expérimentation ? Les propositions.

3 - Le contenu
Ce rapport est très documenté et s'appuie sur des recherches scientifiques.
La synthèse page 5 à 9 donne 25 points traités dans ce document de 140 pages. Vous trouverez ci-dessous les 4 séries de propositions de ce rapport pour vaincre l'échec scolaire, pages 8 et 9 :
"1. Respecter l'organisation de l'école en cycle d'apprentissage cohérents
a. clarifier l'organisation des cycles entre l'école maternelle et l'école élémentaire
b. réduire drastiquement le nombre des redoublements
C. prendre réellement en charge les élèves en difficulté.

2. Revenir à une année scolaire plus ample et moins dense, c'est-à-dire à des semaines de travail réparties sur 5 jours et déployer un calendrier scolaire plus long
a. revenir immédiatement à une semaine de 5 jours de travail, incluant le mercredi
b. rendre l'année scolaire moins compacte en allongeant d'au moins deux semaines.

3. Miser sur la qualité des enseignants pour faire progresser le système éducatif
a. renforcer la communication autour du métier d'enseignant et mettre en oeuvre un dispositif incitatif pour candidats à cette profession
b. instaurer des formations en alternance selon la formule de l'apprentissage, pour accéder au métier d'enseignant
c. améliorer la politique salariale pratiquée en début de carrière, afin d'inciter les personnes les plus compétentes et les plus performantes à devenir professeurs des écoles
d. créer des dispositifs contraignants pour assurer l'obligation annuelle de formation continue en enrichissant la carte des formations comme en pénalisant ceux qui se soustraient à ce devoir.

4. Mettre en oeuvre une gouvernance efficace des écoles primaires et un pilotage effectif du système.
a. prendre le décret d'application pour la création d'établissements publics d'enseignement primaire (EPEP) expérimentaux tel que prévu par la loi relative aux libertés et responsabilités locales du 13 août 2004
b. sélectionner et former des directeurs d'écoles de qualité exerçant un réel pilotage de leur établissement
c. revoir complètement le rôle des Inspecteurs de l'Éducation Nationale (IEN)
d. d'ici 2012, créer des EPEP qui permettent des expérimentations dans les écoles primaires".

Pour accéder au rapport au format PDF, cliquez ici.

Sachons dans l'Enseignement catholique "habiter nos espaces de liberté".

 

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics