Crépy Sylvie

Formiris services nationaux
Document du 26/04/2010
Modifié le 26/04/2010
Contribution au recrutement et à la formation des enseignants : l’accueil et l’accompagnement de stagiaires étudiants ou enseignants stagiaires
Les établissements scolaires ont besoin d’enseignants formés. Il s’agit donc de contribuer au recrutement, à l’accueil et à l’accompagnement de ces candidats et des lauréats aux concours. C’est la vocation de l’établissement formateur et/ou apprenant que de "créer un environnement favorable" à ces futurs ou nouveaux enseignants.
[ Mots-clés : formation continue, formation initiale, entrée dans le métier]
[ Outil ]
Fiche actualisée le 5 octobre 2010

Étudiants se destinant au métier d’enseignant

Le texte du Comité national de l’Enseignement catholique (CNEC) du 7 juillet 2007 Accueil, aide au recrutement et formation initiale des enseignants de l’Enseignement catholique (texte sur les SAAR) relevait déjà l’importance de l’établissement formateur : "La mise en œuvre d’un continuum de formation de cinq années, de la préprofessionnalisation aux premières années de titularisation, les exigences d’une formation en alternance et le rôle de chaque établissement comme "établissement formateur" changent les rapports entre les établissements, les universités, les autorités académiques, les instituts de formation et Formiris". Un paragraphe intitulé "L’établissement formateur" précisait même : "Tous les établissements de l’Enseignement catholique auront désormais à assurer un rôle de formateur".

Durant leur formation à l’université, en master, ces candidats aux concours d’enseignement auront des stages à effectuer. La circulaire du 23 décembre 2009, du Ministère de l’Éducation nationale sur la mise en place des diplômes de master ouverts aux étudiants se destinant aux métiers de l’enseignement précise les conditions de ces stages.
"La préparation effective et progressive aux métiers de l’enseignement, basée sur un principe d’alternance entre milieu professionnel et l’établissement d’enseignement supérieur, doit articuler sur les 4 semestres :
- Des stages d’observation et de pratique accompagnée, puis des stages en responsabilité, sur la base des modalités et des dispositifs mis en place au niveau académique. Ces dispositifs s’appuient sur une étroite collaboration entre les rectorats, les écoles et établissements scolaires et les établissements d’enseignement supérieur, afin de garantir à chaque étudiant l’accès à des situations professionnelles variées. Les stages font pleinement partie du dispositif de formation et, à ce titre, doivent être pensés de manière progressive, de la découverte du métier à son exercice. Ainsi, les stages de découverte peuvent être réalisés en licence au titre de l’aide à l’orientation des étudiants. Les stages d’observation et de pratique accompagnée compléteront utilement l’apprentissage de l’étudiant au cours du 1er ou du 2ème semestre de son master. Le stage en responsabilité trouvera naturellement sa place au cours de la deuxième année de master et sera offert essentiellement aux candidats déclarés admissibles, pour leur permettre de valider et de finaliser leur projet professionnel".

Cette circulaire précise qu’enseignants, personnels de direction et établissements scolaires contribuent à la formation : "Cette formation aux métiers de l’enseignement est assurée par l’équipe pédagogique du master, faisant appel aux professionnels que sont les formateurs (référents, instituteurs et professeurs des écoles maîtres formateurs, conseillers pédagogiques second degré), avec l’aide des corps d’inspection, des personnels de direction et des enseignants des écoles et établissements scolaires qui accueillent les stagiaires".

Des stages qui peuvent débuter dès la licence : "En licence. Dans le cadre du plan pour la réussite en licence, les universités organiseront des cursus qui comporteront une part d’information sur les métiers de l’enseignement et une part d’initiation à leurs pratiques sous forme de stages de découverte".

Les enseignants stagiaires

Pour les lauréats au concours, la circulaire du 25 février 2010, du Ministère de l’Éducation nationale clarifie le dispositif d’accueil, d’accompagnement et de formation des enseignants stagiaires.
Il s’agit d’accompagner ces débutants dans une année probatoire. La circulaire précise aux recteurs, aux chanceliers des universités, aux inspecteurs d’académie et directeurs des services départementaux de l’Éducation nationale "A l’issue de leur année de stage, vous procéderez à l’examen de la titularisation des professeurs stagiaires […] selon des modalités qui feront l’objet d’un arrêté qui sera publié ultérieurement". Il a été publié le 22 juillet 2010).
Des conditions d’emploi du temps, de niveaux de classe sont précisées dans cette circulaire. Le chef d’établissement, dans l’organisation de son établissement, devra donc veiller à mettre l’enseignant stagiaire dans ces conditions.
Un fort accent est mis sur l’accompagnement par des tuteurs (Maître d’accueil (MA), maître associé à la formation (MAF), enseignants expérimentés, professeur conseiller pédagogique (PCP), …). Il s’agit d’une "formation dans les classes fondée sur un accompagnement".

Un encart sur la formation est paru au B.O. n° 29 du 22 juillet 2010. Il reprend l'ensemble des textes y compris l'arrêté annoncé en février 2010.

Les suppléants

Le texte du Comité national de l’Enseignement catholique (CNEC) du 7 juillet 2007 Accueil, aide au recrutement et formation initiale des enseignants de l’Enseignement catholique touche les suppléants : "Ce service concerne l’ensemble des modalités de l’entrée dans le métier, pour le premier et le second degré : toutes les demandes de suppléances et les candidatures aux concours externes et internes" […] Le candidat doit bénéficier d’une visibilité institutionnelle et de la continuité du parcours et de la relation dans l’accompagnement".

Créer dans l’établissement un environnement favorable à la professionnalisation

Autrement dit l’établissement formateur et/ou apprenant joue son rôle auprès de ces publics : étudiants, suppléants, lauréats aux concours.

C’est bien sûr de la responsabilité première du chef d’établissement et du tuteur que d’accueillir, accompagner et former ces entrants dans le métier. Mais c’est également toute l’équipe et l’organisation de l’établissement qui faciliteront la professionnalisation de ces débutants.

"Le rôle du chef d’établissement dans l’accueil, l’organisation et le déroulement du stage est essentiel" (1).
Le rôle du chef d’établissement par rapport aux tuteurs est aussi pointé :
- Dans le choix : "Concernant les établissements d’enseignement privés, le choix du tuteur devra se faire en accord avec le chef d’établissement" (2).
- Dans le soutien : "Les tuteurs ayant une responsabilité dans la professionnalisation des stagiaires, la constitution et l’animation d’un vivier demanderont aux équipes d’encadrement un effort soutenu dans le temps" […] L’accompagnement assuré par les tuteurs se déroulera tout au long de l’année scolaire et devra être favorisé par l’ensemble des cadres du système éducatif (inspecteurs et chefs d’établissement)" (3).

On notera que les tuteurs ont une responsabilité dans la professionnalisation des stagiaires.

Sur l’accueil dans un établissement scolaire, on peut se référer à un document de sitEColes.

Principe d’alternance et de continuum
- "La préparation effective et progressive aux métiers de l’enseignement, basée sur un principe d’alternance entre milieu professionnel et l’établissement d’enseignement supérieur" (4).
- "Cette année de prise de fonction qui représente un enjeu important pour la formation professionnelle de ces personnels, doit favoriser leur entrée dans le métier et s’inscrire dans un continuum de formation, en articulation avec celle qui leur a été dispensée antérieurement. La formation continuée qui leur sera offerte prendra la forme d’un accompagnement et d’actions de formation" (5).
- "Ce dispositif » comprend notamment un temps de « formation dans les classes fondé sur un accompagnement articulant pratique de classe et analyse de pratique" […] "L’accompagnement est un temps de compagnonnage et de formation assuré par des personnels d’enseignement et d’éducation expérimentés. […] Il fait partie intégrante de la formation et se décompte ainsi dans un tiers temps" (6).

Cette alternance intégrée / intégrative - centre de formation-terrain et ce continuum nécessitent un travail commun entre établissement scolaire et organisme de formation.

(1) Circulaire du 25 février 2010
(2) Circulaire du 25 février 2010
(3) Circulaire du 25 février 2010
(4) Circulaire du 23 décembre 2009
(5) Circulaire du 25 février 2010
(6) Circulaire du 25 février 2010
Ce document est issu de www.sitecoles.org
le site de professionnalisation des enseignants du premier degré dans l'Enseignement catholique