Accueil > Contenus d'enseignement > Systèmes naturels et techniques > Sciences et technologie

Darwin et le Christianisme : vrais et faux débats

Temps de lecture : 11 minutes
Darwin et le Christianisme : vrais et faux débats

Cette année 2009, qui fête le 200e anniversaire de la naissance de Charles Darwin et le 150e de la publication de L’origine des espèces, a vu paraître de très nombreux ouvrages et articles sur l’illustre savant et sa non moins célèbre théorie. Nous en avons choisi deux, un pour les adultes, un pour les enfants.

Darwin et le Christianisme : vrais et faux débats François EUVÉ. Ed. Buchet-Chastel, 2009.

"En publiant, en 1859, l'origine des espèces, Charles Darwin proposait un modèle simple et extraordinairement fécond - celui de la sélection naturelle - pour rendre compte de la diversité du monde vivant et de sa capacité à subsister. Ce faisant, il heurtait violemment la représentation traditionnelle d’un monde crée par Dieu, permanent et stable.
Le livre rencontra un succès fulgurant, et la communauté scientifique se rangea rapidement derrière Darwin, au grand dam des Églises chrétiennes. Le malentendu paraissait total : un monde mû par la compétition n’est-il pas forcément injuste, immoral ? Comment faire tenir ensemble le matérialisme darwinien et les traditions spirituelles et religieuses ? Quelle place reste-t-il à Dieu ?
Aujourd’hui, les grandes Églises chrétiennes ne sont plus hostiles aux thèses de Darwin. Cependant, le courant "créationniste", principalement aux États-Unis, maintient une opposition radicale en s’appuyant sur une lecture littéraliste de la Bible.
Dans un livre stimulant et de lecture facile, François Euvé, scientifique et théologien, fait le point sur ces débats.
Comment comprendre Darwin ? Quel sens donner à la vie devenue aléatoire ? Quelle liberté pour l’homme dans un univers en évolution ? Comment penser la relation entre science et foi ? "


Après une présentation de la théorie de l’origine des espèces, l’auteur examine l’évolution religieuse de Darwin lui-même : de son désir de jeunesse de devenir "curé de campagne" jusqu’à l’agnosticisme de sa maturité. Son "Autobiographie" retrace un abandon progressif et sans crise de la foi de sa jeunesse.

François Euvé examine ensuite la réception contrastée de cette théorie par les Églises chrétiennes. Il distingue trois sortes d’attitudes.

- Il y a d’abord ceux qui considèrent que darwinisme et christianisme s’opposent absolument : il faut choisir l’un ou l’autre. C’est le cas des "matérialistes" et aussi de ceux qu’on appellera plus tard "créationnistes".

- Le deuxième groupe est constitué de ceux qui tentent une forme de synthèse, quitte à modifier la version darwinienne ou à modifier la vision chrétienne (on parlera alors de "modernisme").

- Un troisième groupe est composé de ceux qui tendent à distinguer voire à séparer les deux domaines, sans vouloir les regrouper prématurément dans un même ensemble.

La réaction du monde chrétien à la théorie de Darwin a donc été très diverse, avec trois lieux de débats :
- Le statut du discours : la tradition avait habitué les esprits à un discours englobant, fondé sur des certitudes, alors que la théorie darwinienne de l’évolution introduisait une méthode plus hypothétique, où la certitude n’était jamais assurée.

- Le statut de l’humain : la tradition chrétienne insiste sur la valeur infinie de la personne humaine "crée à l’image de Dieu". Comment l’argumenter dans ce nouveau contexte ?

- Le rapport à l’histoire : le "progressisme" qui marque la vision darwinienne entre en conflit avec la vision pessimiste de l’histoire qui prévaut à l’époque dans une bonne part du monde chrétien. De plus, si l’observation du vivant ne révèle aucune orientation fondamentale, est-elle compatible avec "l’histoire du salut" ?

Le chapitre 5 du livre est consacré à la nébuleuse créationniste et aux débats récents qu’elle peut susciter. Les points de friction et de difficulté concernent principalement la chronologie biblique, le rôle de Dieu dans les processus naturels, l’articulation entre hasard et providence, la situation de l’humanité parmi les espèces vivantes, l’absence apparente de but dans l’évolution.

Le livre s’attarde ensuite sur le rôle central de Pierre Teilhard de Chardin (1881-1955) qui a œuvré à montrer non seulement la compatibilité entre deux visions du monde, scientifique et religieuse, mais à effectuer une véritable synthèse.

La suite de l’ouvrage reprend avec plus de détails les zones conflictuelles et pose les fondements d’une théologie ouverte à la théorie de l’évolution, en mettant en avant le nécessaire passage d’un Dieu programmateur en un Dieu de la promesse en une nouvelle création.

Dans un interview récent, François Euvé prolonge son propos : "Pour le théologien, l’action créatrice de Dieu consiste à donner au monde une certaine autonomie. Nous sommes renvoyés à notre liberté. Que le scientifique explique le monde vivant sans faire appel à une action divine immédiate n’est pas choquant. Dieu n’intervient pas directement sur le fonctionnement du monde, son action est dans le domaine du salut. La tradition biblique nous apprend que le futur n’est pas inscrit dans le passé. Le plus important n’est pas d’où nous venons mais où nous allons. Dieu n’est plus un élément d’explication du passé mais il garde un sens pour réfléchir à l’avenir du monde et à son salut".

C’est bien justement ce à quoi le christianisme nous appelle : le sens de l’histoire n’est pas déjà inscrit dans l’univers, ni dans les astres, ni dans la structure de la cellule. Il s’élabore dans la vie partagée, dans la compassion, dans l’échange le plus généreux. Avec en perspective l’accomplissement de toutes choses dans le Christ.

Le deuxième ouvrage est particulièrement destiné aux plus jeunes, mais aussi aux parents et éducateurs confrontés aux questions de ces derniers…

Darwin et l’évolution expliqués à nos petits-enfants Pascal PICQ. Ed. Seuil, 2009.

L’évolution ne se contente pas de raconter l’histoire de la vie avec ses fossiles emblématiques devenus héros de cinéma comme les dinosaures et les mammouths. Ce récit pourtant n’est pas un conte ou un mythe, mais une chronique fascinante construite par la science. De grands scientifiques (Lamarck, Darwin , Gould , etc.) nous aideront à comprendre pourquoi il y a toujours des espèces qui apparaissent, d’autres qui se diversifient et d’autres encore qui s’éteignent. Et nous nous demanderons aussi pourquoi la théorie de l’évolution se heurte encore à tant de résistances.

L’auteur, maître de conférences à la chaire de paléoanthropologie et préhistoire du Collège de France, s'est donné comme objectif d'expliquer très simplement l'évolution des espèces de Charles Darwin. Questions réponses, langage accessible et humour permettent d'appréhender en douceur des notions assez complexes... en reprenant du début !

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics