Accueil > Culture religieuse et pastorale > Culture religieuse > Connaissance des religions et des symboles

Les symboles en religion

Temps de lecture : 5 minutes
Les symboles en religion

Le symbolisme est essentiel à la vie de toute religion. C’est une sorte de langage universel dont il faut connaître quelques clés.

Signe et symbole

Le mot signe vient d’un mot latin qui veut dire "marque", "empreinte" : un signe est une réalité visible quelconque, naturelle ou conventionnelle, qui oriente vers une autre réalité, visible ou invisible. Les nuages sont signes de pluie prochaine, le panneau stoppe indique qu’il faut s’arrêter. Pour la religion, le signe représente l’intermédiaire entre le sensible et le spirituel. Ainsi l’action de Dieu nous atteint par sa Parole et aussi par les signes, tels que les sacrements.
L’Ancien Testament désigne toujours les miracles comme des signes, parce qu’ils signalent une intervention de Dieu (ainsi par exemple pour les plaies d’Égypte dans le livre de l’Exode). Le Nouveau Testament a repris cet usage dans l’expression "signes et prodiges". Et c’est surtout l’évangile de Jean qui qualifie de signes les actes miraculeux opérés par Jésus. Leur but est en effet de faire reconnaître qui est réellement Jésus. L’Évangile de Jean en rapporte sept : les noces de Cana (2,1), la guérison du fils d’un officier royal (4,46), la guérison du paralysé de Bethesda (5,1), le signe des pains (6,1), la marche sur la mer (6,16), la guérison de l’aveugle-né (9), la résurrection de Lazare (11) et la pêche miraculeuse (21).
Le mot symbole vient du grec "sumbolon" (symbolum, en latin). Il désigne une marque de reconnaissance ou une pièce d’identité, utilisée dans l’Antiquité : il s’agissait de deux objets devant s’emboîter comme deux éléments d’un puzzle ; réunis, ils prouvaient la communion de ceux qui les possédaient. Le symbole désigne ce qui à partir d’une réalité matérielle renvoie à quelque chose d’abstrait : la balance est symbole de la justice ou la colombe, symbole de la paix.
En religion et plus particulièrement dans toute liturgie, le symbole est ce qui nous aide à passer d’une réalité visible à une réalité invisible. Ainsi, par exemple, dans la liturgie du baptême, nous relevons les symboles de l’eau, de la lumière, de l’huile ou encore du vêtement blanc : "l’eau est le symbole de la vie ( le baptême est une vie nouvelle dans le Christ) ; l’huile est le symbole de la force, de la santé, de la beauté, signe qu’il est vraiment beau de vivre en communion avec le Christ ; le vêtement blanc, comme expression de la culture de la beauté, de la culture de la vie et la flamme du cierge, comme expression de la vérité qui resplendit dans les ténèbres de l’histoire et nous indique qui nous sommes, d’où nous venons et où nous devons aller". (Benoit XVI)
Ainsi, entrer dans une dimension symbolique permet de mieux appréhender le monde et l’homme. La symbolique donne à communiquer : c’est une volonté de faire passer un message plus profond que celui que nous voyons ou entendons. D’où l’importance d’éduquer aux symboles à l'école élémentaire.
Pour aller plus loin, voir "la dimension symbolique dans la culture religieuse" sur le site Enseignement et religions.
Voir aussi les symboles bibliques sur site inter-bible.

Une approche de différents éléments symboliques, sur sitEColes
- les aliments de la Bible : le pain
- le feu
- dans la Bible, la lumière...
- le souffle
- le désert dans la Bible
- des lieux symboliques : la montagne et le puits.

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics