Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Famille

Temps de lecture : 26 minutes
Textes à méditer : Famille

Pour mes parents ; A Notre Dame des Pères de Famille ; Chaque jour nous les aimons ; Prière pour ma maman ; Les mamans ; Prière d'un enfant à ses parents ; Prière d'un enfant pour sa famille séparée ; Prière d'un père de famille ; Un enfant ; Avant d'être une maman... ; Et Dieu créa la maman ; Et pour conclure... ; La famille ; Prière du Pape François pour le synode sur la famille

Pour mes parents

Avec mes parents,
certains jours, il fait gris.
Ils me grondent, je râle.
L'orage éclate.

D'autres jours, il fait doux.
Je les écoute et ils m'entendent.
Et si j'ai des soucis
je sais bien qu'ils sont là.

Merci Seigneur,
pour mes parents
des jours gris et des jours doux.

Marie-Christine Ray


A Notre Dame des Pères de Famille

Marie, notre Mère,

Écoute cette humble prière.
Nous, les pères de famille,
Tellement plus sollicités qu'hier.
Tant de contraintes nous éparpillent.

Marie, notre Mère,
Écoute cette simple prière.
Nous devons être pères, époux, consolateurs,
Mais aussi forts, sévères, éducateurs.

Nous devons être doux et tendres,
Pour ceux qui trop souvent vont nous attendre,
Qui partagent notre quotidien,
Alors que nous partons chaque matin.

Nous devons être forts et rassurants,
Ignorer nos doutes, et demeurer battants,
Alors que le travail sollicite davantage de temps,
Et que tous, à la maison, ils souffrent de l'absent.

Demeurer jeunes et disponibles,
Tout en assumant nos responsabilités.
Rester proches et accessibles, sans familiarité,
Et témoigner dans notre vie d'une foi visible.

Aujourd'hui, nous les pères,
Sommes incapables de répondre présents,
Chaque jour à chaque instant, à trop d'insistants.
Alors le père de famille parfois désespère...

Marie, à tous ces Pères, redonne force et confiance,
Pour repartir chaque matin,
Assumer leur difficile destin,
Submergés par trop d'exigences.

Prends-leur la main trop souvent si fragile,
Malgré les trompeuses apparences viriles.
Mains si sollicitées, si désirées..., et qui tremblent parfois.
Marie, serre-les fort ces mains de pères de famille en désarrois.

Jean Eudes Sempré


Chaque jour nous les aimons

Nos enfants, nous les avons mis au monde une fois pour toutes en leur donnant la vie.
C'est chaque jour que nous les faisons vivre.
En leur donnant un cœur
c'est chaque jour que nous les aimons et que nous leur apprenons à aimer.
En leur montrant les chemins de la foi,
c'est chaque jour que nous les faisons avancer vers Toi.

Merci Seigneur, pour tous les jours où nous avons réussi !
Ce n'est pas toujours facile d'être parents,
aide-nous à leur montrer le chemin de la vraie Vie, ton chemin, Seigneur.
Et si, un jour, tous nos efforts semblaient vains et nos prières sans écho,
alors, Seigneur, tant que se lèvera le matin
et que nous aurons souffle de vie,
donne-nous de les aimer et d'espérer encore.

Anonyme


Prière pour ma maman

Cher Père du ciel,
De tous les bons cadeaux que tu m'as donnés,
Le plus grand et le plus beau, c'est ma maman.
Ma chère maman m'a mis au monde,
M'a nourri de son lait.
Elle m'a veillé nuit et jour,
Elle m'a caressé, m'a cajolé,
Elle a renoncé à son sommeil quand j'étais malade.
Elle a lutté et souffert pour ma santé,
Elle m'a donné tout son amour.
Cher Père du ciel,
Bénis ma maman mille fois...

Un enfant indien


Les mamans

Pour tout être sur terre, le mot le plus limpide est celui de « mère » et l'appel le plus doux celui de « maman ».

Ces menues lettres aux sublimes valeurs sont pétries d'espoir et d'amour
et de tout ce qui est beau et pur dans le cœur de l'Homme.

La mère est tout dans la vie.
Elle est la consolation dans la tristesse, le secours dans la détresse, la force dans la faiblesse.

Elle est la source de la tendresse, de la compassion et du pardon.

Celui qui perd sa mère, perd un sein où poser sa tête,
une main qui le bénit et un regard qui le protège.

Khalil Gibran


Prière d'un enfant à ses parents

J'aimerais être Félix, notre petit chat, pour être comme lui pris dans vos bras
chaque fois que vous revenez à la maison...

J'aimerais parfois être un baladeur pour me sentir écouté par vous deux,
sans aucune distinction, n'ayant que mes paroles au bout des oreilles,
fredonnant l'écho de ma solitude...

J'aimerais être un journal, pour que vous preniez le temps à chaque jour
de me demander de mes nouvelles.

J'aimerais être une télévision pour ne jamais m'endormir le soir
sans avoir été, au moins une fois regardé avec intérêt...

J'aimerais être une équipe de hockey pour toi papa, afin de te voir t'exciter de joie
après chacune de mes victoires et un roman pour toi maman,
afin que tu puisses lire mes émotions...

A bien y penser j'aimerais être qu'une chose : un cadeau inestimable pour vous deux.
Ne m'achetez rien pour ma fête,
permettez-moi seulement de sentir que je suis votre enfant.

Enfant anonyme


Prière d'un enfant pour sa famille séparée

Seigneur, regarde ma famille avec bonté.
Me voilà parfois chez Maman, parfois chez Papa.
Aide-les à te faire confiance et à se reposer sur toi.
Qu'ils sachent que tu les aimes et que tu les accueilles comme un Père.
Que ton amour soit sur nous.
Aide moi à vivre cet amour éclaté dans la paix, avec la certitude que tu aides ma famille
telle qu'elle est, là où elle en est.
Apprends-moi à aimer, comme tu aimes tous les hommes.

www.cate-ouest.com


Prière d'un père de famille

Ils sont encore là, Seigneur, ils attendent, et ma journée n'est pas finie...
Me voici écartelé entre le bureau et la maison.
Je suis sûr que les enfants m'attendent, avec leur mère...
Pourquoi donc aujourd'hui tout a été de travers ?
Oui, je sais, tu n'es pas responsable de cela, mais de temps en temps cela fait du bien de te le dire.
Mais tu es là, Seigneur, avec moi, avec eux.

Écoute-moi, au creux de ce moment fugace mais si intense de ta présence.
Quand la tension et l'excitation montent, sois ma douceur...
Quand la fatigue et la mauvaise humeur s'installent, sois mon repos...
Quand les rendez-vous et réunions s'emballent, sois mon calme...
Quand l'inquiétude du lendemain s'incruste, sois mon soutien...

Je veux te dire merci de ce quotidien construit jour après jour :
Merci de ces soirées en famille, de ces discussions avec les enfants,
de ces projets élaborés avec mon épouse.
Merci de ces moments de retrouvailles après les brouilles inévitables.
Pardonne mes impatiences, mes inachèvements, mes incompétences...
Que ta Sagesse soit à mes côtés, qu’elle m'apprenne toujours plus ce qui te plaît
et me donne de rendre heureux ceux que j'aime.

Catherine Sesbouë


Un enfant

Un enfant, c’est quoi ?
Un enfant, c’est le mystère, c’est l’espoir, c’est demain.
Mais demain, c’est quoi ?
Demain, c’est ce que nous voulons que soit l’enfant.

Un enfant malade, c’est un demain rongé.
Un enfant blessé, c’est un demain brisé.
Un enfant qui souffre, c’est un demain inquiet.
Un enfant qui meurt, c’est un demain qu’on tue.

Mais un enfant qui chante, c’est un demain d’avenir.
Un enfant qui sourit, c’est un demain d’espérance.
Un enfant qui guérit, c’est un demain de vie.
Un enfant qui vit, c’est un demain d’amour.

Alberic de Palmaert


Avant d'être une maman...

Je n'avais jamais trébuché sur des jouets
Je n'avais jamais chanté de berceuses
Je ne m'étais jamais demandé
Si mes plantes pouvaient être toxiques
Je n'avais jamais pensé à la vaccination
J'avais le plein contrôle de mon temps
Et je dormais mes nuits...

Je n'avais jamais tenu un enfant sur mes genoux
Pour que le médecin lui fasse un vaccin
Et je n'étais jamais resté éveillée tard la nuit
Juste pour regarder dormir un bébé...
Je n'avais jamais gardé un bébé endormi dans mes bras
Juste parce que je voulais le regarder plus longtemps
Je n'avais jamais senti mon cœur se briser
Parce que je ne pouvais pas guérir un bobo
Je ne savais pas qu'il était même possible
D'aimer autant...

Je n'avais jamais connu le sentiment
D'avoir mon cœur à l'extérieur de mon corps
Je ne connaissais pas ce lien
Qui unit une mère à son enfant
Je ne savais pas
Que quelque chose de si petit
Pouvais me faire sentir si importante et heureuse...

Je ne m'étais jamais levée la nuit
Juste pour m'assurer que tout allait bien
Je ne connaissais pas la joie, l'amour et la douleur
L'émerveillement et la satisfaction
D'être une maman...

Et...
Avant d'être une grand-maman...
Je ne savais pas
Que tous ces sentiments de maman
Sont plus que doublés
Quand tu vois ce petit être
Dans les bras de ton Bébé...

Anonyme


Et Dieu créa la maman

Du soir au matin, du matin au soir, le Bon Dieu travaillait sans relâche depuis six jours à créer la Maman.
Un ange lui apparut alors qui lui dit : « Vous en mettez du temps pour cette créature-là ! »
Le Bon Dieu lui répondit :
« As-tu seulement lu sa fiche technique ? Il faut qu'elle soit entièrement lavable sans être en plastique, elle est composée de mille pièces mobiles et toutes remplaçables, elle roule au café noir et aux "restants" de cuisine, elle marie la douceur de roulement à la solidité de la carrosserie. Ses baisers guérissent tout, depuis les entorses aux chevilles jusqu'aux chagrins d'amour. Et il lui faut aussi six paires de mains ! »
L'ange hocha la tête : « Six paires de mains ? Impossible. »
« Ce ne sont pas tellement les mains qui m'embarrassent, expliqua le Bon Dieu, mais les trois paires d'yeux indispensables à toute Maman ».
« Ce n'est pas conforme au prototype ! » riposta l'ange.
En souriant, le Bon Dieu continua : « Il lui faut une paire d'yeux qui voient à travers les portes fermées : "Qu'est-ce que vous faites-là, les enfants ?" tout en connaissant la réponse. Une autre paire d'yeux derrière la tête pour voir ce qu'elle ne devrait pas, mais qu'elle doit savoir. Et une troisième paire par-devant, pour regarder l'enfant qui fait une bêtise, des yeux qui disent quand même : "Je t'aime et je te comprends..." ... et sans ouvrir la bouche ! »
« Seigneur, dit l'ange, en lui tapotant amicalement l'épaule, allez vous coucher, il se fait tard. A chaque jour suffit sa peine. »
« Je ne peux pas, répondit le Bon Dieu, je sens que je touche au but : je suis sur le point de créer un être véritablement à mon image, un être qui me ressemble ! J'ai enfin réussi à rendre cette créature capable de guérir toute seule quand elle est malade, de préparer un repas pour six personnes avec une livre de viande hachée, de faire prendre son bain à son grand garçon de neuf ans, et de consoler le premier chagrin d'amour de sa grande de quinze ans ! »
L'ange continuait l'inspection de la future maman : « Trop délicate », murmura-t-il.
« Oui, mais combien résistante ! » de rétorquer le Bon Dieu. « C'est incroyable tout ce que cette créature peut faire et supporter ! »
« Elle peut penser ? » demanda l'ange.
« Non seulement penser, mais encore Aimer et Apaiser », dit Dieu.
L'Ange continua l'examen, passa son doigt sur la joue et fit remarquer : « Oh ! il y a une fuite ! »
« Ce n'est pas une fuite, dit le Bon Dieu, c'est une larme. »
« Une larme de quoi ? » demanda l'ange.
« Une larme de joie, de tendresse, de déception, de tristesse, de solitude ou encore de fierté » dit le Bon Dieu.
« Ce sera sûrement Le chef-d’œuvre de toute la création. » reconnut alors l'ange.
« En effet, ajouta le Bon Dieu, et j'en suis si fier que j'en prépare une pour mon propre Fils.
Je l'appellerai MARIE. »

Anonyme


Et pour conclure...

Ce que nous avons entendu nous répéter quand nous étions enfants ...
(et peut-être le disons-nous aussi à nos propres enfants … ?) :
« Arrête-toi, bouge un peu, doucement, dépêche-toi, ne touche pas, sois attentif, finis de manger, lave-toi les dents, ne te salis pas, tu t'es encore sali, reste tranquille, tais-toi, alors tu réponds ? Excuse-toi, dis bonjour, viens ici, laisse-moi tranquille, va jouer, ne dérange pas, ne cours pas, ne transpire pas, fais attention tu vas tomber, je te l'ai dit : tu vas tomber, tant pis pour toi, tu ne fais jamais attention, tu es un incapable, tu es trop petit, c'est moi qui le fais, maintenant tu es un grand, va te coucher, lève-toi, tu le feras plus tard, je suis occupé, joue tout seul, ne reste pas au soleil, va au soleil, on ne parle pas la bouche pleine… »

Ce que nous aurions voulu nous entendre dire lorsque nous étions enfants ...
(et peut-être pourrions-nous le dire aussi à nos propres enfants ?) :
« Je t'aime, tu es beau, je suis heureux de t'avoir, parlons un peu de toi, prenons un peu de temps pour nous, comment vas-tu ? Tu es triste, tu as peur, pourquoi n'as-tu pas envie ? Tu es souple et léger, tu es aimable, raconte-moi, qu'est-ce que tu as essayé là ? Tu es heureux, j'ai plaisir à te voir rire, tu peux pleurer si tu en as envie, tu as l'air malheureux, de quoi souffres-tu ? Tu peux dire tout ce que tu veux, j'ai confiance en toi, tu me plais, quand est-ce que je te déplais ? Je t'écoute, tu es amoureux, qu'en penses-tu ? Je suis content d'être avec toi, j'ai envie de t'écouter, quand est-ce que tu es le plus malheureux ? Tu me plais tel que tu es, que c'est beau d'être ensemble, dis-moi si je me suis trompé… ».

Bruno Ferrero (Comme un parfum de rose, Ed. du Signe, 2000)


La famille

La Bible célèbre les valeurs familiales, sans laisser croire qu'il est simple de maintenir ces liens. Dès la Genèse, Caïn tue son frère Abel. Abraham est prêt à sacrifier son enfant. Joseph n'est pas le père de Jésus. Lequel ne semble plus reconnaître sa propre famille, ou évoque l'histoire d'un fils parti dilapider l'héritage familial. Découvrez comment la Bible raconte des histoires de familles imparfaites, où chacun cherche à demeurer dans l'ouverture aux autres, à la vie.
- Genèse, chap. 4, v. 1 à 26. « Caïn se jeta sur son frère Abel et le tua ».
- Genèse, chap. 22. « L'Ange dit (à Abraham) : N'étends pas la main contre l'enfant ! »
- Évangile de Matthieu, chap. 1, v. 18 à 25. « Joseph, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme ».
- Évangile de Marc, chap. 3, v. 13 à 35. « Qui est ma mère ? Et mes frères ? »
- Évangile de Luc, chap. 15, v. 11 à 32. « Mon fils que voilà était mort et il est revenu à la vie ».

Extrait de la Vie, 2 juillet 2009


Prière du Pape François pour  le synode sur la famille

Jésus, Marie et Joseph
en vous, nous contemplons la splendeur 
de l'amour véritable,
à vous, nous nous adressons avec confiance. 

Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles des lieux de communion
et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l'Évangile
et des petites Églises domestiques. 

Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles
on ne fasse l'expérience de la violence,
de la fermeture et de la division :
que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolidation et guérison. 

Sainte Famille de Nazareth,
que le Synode des Évêques
puisse réveiller en tous la conscience 
du caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu. 

Jésus, Marie et Joseph écoutez-nous,
exaucez notre prière. Amen. 


© Crédit photo Altanaka / Fotolia.com

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics