Accueil > Vie de l'Institution et de l'école > Au fil de l'année > Fin d'année

Vive les vacances !

Temps de lecture : 9 minutes
Vive les vacances !

Vive les vacances ! Temps pour les élèves, les professeurs. Temps pour la lecture, le ressourcement spirituel... Mais avant de partir on fait le bilan et on prépare la rentrée !

Finir l’année scolaire : c’est un temps important car il permet de faire le point sur le vécu d’une année et de partager ensemble les fruits de ces mois de travail.

  • C’est le temps des fêtes d’école et des célébrations de fin d’année.
  • La fête nécessite une organisation précise pour que tout se passe dans les meilleures conditions : il faut trouver des volontaires et prendre en compte des règles de sécurité et des exigences administratives pour l’organisation de cette fête.
  • Aussi, pour organiser une fête, mettre en place une équipe, se donner des objectifs, créer des commissions de travail, sont autant d’ingrédients pour  la réussite.

C’est aussi le moment de célébrer une année scolaire tous ensemble :
- Une année se termine… nous rendons grâce…
- Une célébration pour fêter l’année scolaire
- Célébration de fin d’année.

Une école qui prie et célèbre.

  • Une fin d’année c’est aussi
    • un temps de bilan et de clôture des projets qui ont occupé toute l'année,
    • un temps où l'on prend des décisions quant à l'orientation des élèves qui vont changer de cycle ou passer en collège,
    • un temps où se précisent les changements pour l'année suivante (arrivée d'une nouvelle direction ou de nouveaux collègues) et l'on évoque déjà l'organisation de l'année scolaire qui pointe à l'horizon des fins de vacances,
    • un temps où on met aussi de l'ordre : il y va de l'image que l'on donne aux parents et futurs parents, mais aussi de la sécurité ! (Lettre à mon école) .

« Pour ce qui est de l’avenir, il ne s’agit pas de le prévoir, mais de le rendre possible » (Saint-Exupéry)

Et ouf,  les vacances !!

C’est avant tout un temps pour se reposer et refaire ses forces afin d’entamer une nouvelle année dans les meilleures conditions. Mais en même temps chacun veut en faire un moment de vie intense et d’enrichissement. Comment ?

  • Pour certains des élèves peut-être, les devoirs de vacances.
  • Pour tous, c’est le moment de vivre des rencontres. 

« Le plus court chemin de soi à soi passe par autrui » (Paul Ricoeur)
et pour reprendre contact avec tous ceux qu’une année de travail nous a peut-être fait oublier.

« L’amitié est une trace qui disparait dans le sable si on ne la refait pas sans cesse » (Proverbe du Cameroun)

  • Partir à la découverte de nos régions ou au-delà des frontières en visitant les monuments, les musées, les sites emblématiques, etc. Au long des siècles, architectes,  peintres, sculpteurs, maîtres verriers, ce sont autant d’artistes qui nous ont transmis un riche héritage : les vacances nous permettent d’aller à la découverte de ces richesses.

Sur sitEColes : art et religions

« Les réalités de l’art élargissent les limites de la vie telle qu’elle apparaît d’ordinaire. Parce qu’elles rendent visible une vision secrète » (Paul Klee)

  • S’adonner à des activités sportives, à la marche.

« Les jambes ne se rendent que là où le cœur consent » (Proverbe Peul)

  • Se donner des temps de ressourcement dans le silence d’un lieu de retraite ou pourquoi pas devant un écran !
  • Donner place à la lecture

Et pour aller plus loin :

Textes à méditer : sur l’accueil
Textes à méditer : Vacances, voyages.

Quand vient l’été
Quand vient l’été vient le désir de se laisser aller,
d’en finir avec les contraintes et les plaintes
pour retrouver la légèreté, la simplicité d’être.

Quand vient l’été vient le désir de ralentir le pas,
de se promener doucement dans sa vie
pour en cueillir le goût, en savourer le relief.

Quand vient l’été vient le désir de s’élever
au-dessus des brumes du chemin
pour renouer avec ce qui en soi est vivant.

On voudrait tant se poser dans la tranquillité,
laisser fleurir le silence,
soigner la qualité de sa présence.

Mais à vouloir ainsi, on risque le désespoir,
car la vie est toujours de « l’autre »
qui fracture les envies et découd les projets.

Elle sème le désordre chez les plus organisés,
emmène les plus prévoyants en terre d’imprévu,
fait taire toute prétention à la maîtrise.

Le malheur n’est pas qu’il en soit ainsi,
il est de se raidir dans ses attentes,
de préférer ses rêves à l’appel du présent.

Il est surtout de bouder l’inédit,
qui a pourtant force de révélation
quand on renonce à la frustration.

La vraie joie prend par surprise,
elle surgit moins de ce que l’on prévoit
que de la réponse que l’on offre à ce qui arrive.

Aux matins pluvieux comme aux matins heureux,
aux heures tragiques comme aux heures magiques,
il n’y a d’autre bonheur que celui de répondre présent.

Alors, vient le souffle de rester debout
et cette douceur du lointain quand on ouvre les mains
pour accueillir ce qui aujourd’hui sera pain.

Francine Carillo (pasteure et écrivain)

 

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics