Accueil > Pédagogie > Expertise dans les apprentissages > Organisation et outils

La compétence... un concept difficile à appréhender

Temps de lecture : 15 minutes
La compétence... un concept difficile à appréhender

A travers des définitions et des exemples. Avec un cadre de fiche de préparation de séquences. Et pour réfléchir, des comparatifs de compétences attendues chez les élèves et les compétences professionnelles des enseignants (en France et au Québec).

Avec la mise en œuvre du socle commun, la notion de compétence est un concept incontournable. Cependant, l'approche par compétences suscite de nombreuses interrogations. Elle oblige à un regard nouveau sur la manière d'aborder et de concevoir un apprentissage, un travail en équipe.
Mais cette approche se trouve en contradiction avec des représentations issues de la pédagogie par objectifs, entre autres. C'est pourquoi nous avons essayé de clarifier ce concept difficile à appréhender et de donner des définitions, que nous souhaitons opérationnelles, des termes compétences, objectifs, performances, indicateurs de compétence, critères de réussite.

1. Pourquoi parler de compétences aujourd'hui ?
Depuis la loi d'orientation, l'élève est au centre des apprentissages. L'acte d'enseigner se centre sur la construction de compétences et non plus sur la transmission de savoirs. Une telle perspective a remis en cause les apports de la pédagogie par objectifs et questionne l'enseignant dans sa pratique au quotidien pour préparer sa classe.
L'approche par compétences à l'école permet de :

  • éviter la parcellisation des tâches et la perte de sens aux yeux des élèves
  • inciter à l'apprentissage en situation active
  • redonner de la finalité et du sens aux savoirs scolaires
  • contribuer à faire de l'apprentissage une transformation en profondeur du sujet apprenant
  • contribuer à réduire la sélectivité scolaire et "la culture de l'échec"
    Extrait de Rey, Bernard, Carette, Véronique, (2003), Les compétences à l'école : apprentissage et évaluation, De Boeck.

    2. Définir les compétences
    Ce qu'ont dit différents auteurs :
    - Selon François Muller :
    "Une compétence est une capacité d'action efficace face à une famille de situations, qu'on arrive à maîtriser parce qu'on dispose à la fois des connaissances nécessaires et de la capacité de les mobiliser à bon escient, en temps opportun, pour identifier et résoudre de vrais problèmes".
    - Selon Philippe Perrenoud :
  • "Une compétence est une capacité d'agir efficacement dans un type défini de situation, capacité qui s'appuie sur des connaissances mais ne s'y réduit pas".
    - Selon le dictionnaire des concepts-clés Apprentissage, formation et psychologie cognitive/ Alain Raynal ; Alain Rieunier. ESF, 1997 :
    "Ensemble des comportements potentiels (affectifs, cognitifs, psychomoteurs) qui permettent à un individu d'exercer efficacement une activité considérée généralement comme complexe".
    - Vers une définition opérationnelle …
    Les incontournables que nous repérons au travers de ces définitions sont les suivants :
  • Toute compétence est fondamentalement liée à une situation complexe et place l'apprenant dans une réelle activité.
  • Toute compétence nécessite conjointement une mobilisation de connaissances et de procédures.

    Exemple : compétence : tracer une figure plane à partir d'un modèle.
    Cela demande :
    Des savoirs : ce qu'est une figure plane, les propriétés des différentes figures
    Des savoir-faire : savoir utiliser un gabarit, la règle, l'équerre, le compas ; mesurer une longueur.

    A lire sur sitEColes : Géométrie : les savoirs et les savoir-faire en jeu dans les compétences des programmes.
  • La compétence se construit dans la durée par la rencontre de situations diversifiées, elle est difficilement évaluable en tant que telle.
  • Elle nécessite pour être évaluée la définition d'indicateurs par cycle, par classe permettant de préciser le niveau de la compétence visée. Ces indicateurs désignent un niveau de développement de la compétence et définissent une progression. Des exemples de progression en mathématiques sur le site de la DDEC 49
    A lire sur sitEColes : Performances et critères de réussite

    Exemples : Compétence : dégager la signification d'une illustration rencontrée dans un album en la justifiant. (Cycle 2. Langue orale)
    Indicateurs de cette compétence :
    Exprimer un ressenti à la vue de l'illustration.
    Procéder à des comparaisons d'illustrations.
    Repérer les éléments de construction d'une illustration.
    Repérer et donner du sens aux éléments saillants d'une illustration.
    Exemple : compétence : calculer le périmètre d'un polygone
    Indicateurs de compétence :
    Connaître le sens du mot périmètre.
    Désigner sur un polygone quelconque ce que le périmètre exprime.
    Trouver des méthodes différentes pour déterminer le périmètre d'un polygone.
    Choisir la méthode la plus économique.
    Trouver la formule du périmètre de tout polygone.
    Calculer le périmètre d'une figure en utilisant la mesure de chacun de ses cotés.
    Calculer le périmètre en utilisant la formule.
    (cycle 3. Grandeurs et mesures)
  • La notion de transfert est indissociable de celle de compétences.

    Pour vous aider à trouver les indicateurs de compétences vous pouvez vous reporter aux livres :
    METTOUDI, (2002), Travailler par cycles en français à l'école de la PS au CM2, Hachette éducation, (collection l'école au quotidien).

    METTOUDI, YAÏCHE, (2002), Travailler par cycles en mathématiques, Hachette éducation, (collection l'école au quotidien).

    Pour comprendre l’évolution de la typologie du concept de compétences, lire : Compétences de base, compétences nécessaires, compétences attendues : une question de mots ?

    3. Et les objectifs, alors ?
    Le terme est utilisé pour désigner deux aspects différents.
    Il renvoie à la notion d'orientations, d'intention éducative et il se situe alors du côté de celui qui enseigne. C'est dans ce sens qu'il est utilisé dans les programmes pour préciser les visées à donner à chacune des disciplines ou domaines d'activité.
    " Permettre à chaque enfant de participer aux échanges verbaux de la classe et inscrire les activités de langage dans de véritables situations de communication. Cycle 1".
    "Au cycle 3, à partir d'une approche disciplinaire de l'histoire mieux constituée, le maître aide l'élève à construire une intelligence du temps historique fait de simultanéité et de continuité, d'irréversibilité et de ruptures, de courte et longue durée".
    Et ensuite ce terme est associé depuis les années 70 à la pédagogie par objectifs. Il désigne alors des activités et des comportements observables attendus chez l'élève. Il vise une opérationnalisation des savoirs.
    Cette conception a conduit à un découpage excessif des tâches négligeant la dimension complexe des situations d'apprentissage.
    Ce terme est utilisé très couramment dans le langage enseignant et entraîne actuellement des confusions.
    Il conviendrait de distinguer ces 2 entrées et peut-être de remplacer le mot "objectif" par intention pédagogique lorsqu'il s'agit de désigner ce qui est du coté de l'enseignant et par indicateur de compétence ce qui est du coté de l'apprenant.

    4. Evaluer des compétences
    La question est donc de savoir comment évaluer une compétence. En effet, puisqu'elle se construit dans la durée et s'appuie sur des savoirs et des savoir-faire variés, par essence elle n'est pas évaluable. Ce que l'on peut évaluer c'est la performance de l'élève dans une situation donnée.
    A lire sur sitEColes : Performances et critères de réussite. Les livrets de compétences, par expérience s'avèrent difficiles
    à utiliser parce que les compétences telles qu'elles sont formulées sont trop larges et par défaut l'enseignant a tendance à noter "en cours d'acquisition" ce qui ne renseigne pas les acquis réels de l'élève.
    Si, par ailleurs, on cherche à découper plus précisément chaque compétence, il est alors nécessaire de prévoir un classeur par élève !
    Cependant ce travail est indispensable à l'enseignant et oblige à déterminer les indicateurs de compétences, par classe permettant de préciser le niveau de la compétence visée. Ce travail se fait obligatoirement en équipe.
    Ce travail, utile pour les enseignants, n'est pas à diffuser tel quel pour les parents. Il convient d'imaginer un document plus synthétique et lisible pour les parents.
    A l'heure actuelle des pratiques d'évaluation positive apparaissent tel le portfolio.

    5. Un cadre de fiche de préparation de séquence
    Préparer une séquence

    6. Compétences des élèves et compétences professionnelles des maîtres
    - Compétences des élèves et compétences professionnelles des maîtres : Trois documents sont mis en parallèle pour permettre des comparaisons autour des compétences attendues : socle commun pour les élèves, compétences professionnelles des maîtres, résolutions des Assises 2001 de l’Enseignement catholique.
    - Comparatif des élèves et compétences professionnelles des maîtres : Une même démarche de professionnalisation des enseignants au Québec et en France avec une définition des compétences professionnelles à acquérir par les nouveaux enseignants et à développer chez les plus expérimentés.

    7. Un plan de formation qui articule compétences individuelles et collectives
    Un plan de formation qui articule compétences individuelles et collectives
    Les compétences collectives ne sont pas la somme des compétences individuelles. Il s’agit, à partir des compétences nécessaires à l’école d’aujourd’hui, de bâtir un plan de formation d’école (ou de réseaux d’écoles).

 

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics