Accueil > Textes à méditer

Textes à méditer : Vacances-voyages

Temps de lecture : 39 minutes
Textes à méditer : Vacances-voyages

Tu es le Seigneur des vacances ; Béatitudes pour le temps de vacances ; Une prière de vacances ; Dieu et les estivants ; Prière pour le voyageur ; Pour un temps de vacances ; Prière pénitentielle des conducteurs ; Le repos (1) ; De terre et d'étoiles, l'esprit du chemin ; Le repos (2) ; Prière ; La prière du touriste ; Prière pour le temps des vacances ; Prière de l'automobiliste (1) ; Le mortier de l'amour ; Prière de l'automobiliste (2) ; Ami de passage

Tu es le Seigneur des vacances

Tu es le Seigneur des vacances, pas seulement des vacances scolaires ou des congés payés !
Non ! Le Seigneur de la vacance, du vide.
Nous, nous aimons les vacances pour faire le plein d'énergie, de santé et de bonne humeur.
Nous disons que la vie quotidienne nous épuise, nous vide.
En fait, notre cœur n'est pas souvent vacant pour être à ton écoute.
Le travail, les soucis, les détresses y sont des locataires encombrants que nous ne pouvons ou nous ne voulons pas chasser.
Pour emménager dans notre cœur, tu voudrais bien, Seigneur, qu'il y ait un peu de place, un peu de vide.
Si nous te faisons un peu de place, c'est dans un recoin d'une vie encombrée.

Toi, Seigneur, qui attends la moindre vacance pour t'installer aux cœurs des hommes,
Aide-nous à rentrer en vacance,
Sois le Seigneur de l'éternel été,
Donne-nous la plénitude de la tendresse, la liberté de ceux qui courent annoncer à tous vents que tu es venu habiter chez eux, leur apportant la joie.

Anonyme


Béatitudes pour le temps des vacances

Bienheureux ceux qui savent rire d'eux-mêmes, ils n'ont pas fini de s'amuser.
Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d'une taupinière, il leur sera épargné bien des tracas.
Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir sans chercher d'excuses : ils deviendront sages.
Bienheureux ceux qui savent se taire et écouter : ils apprendront des choses nouvelles.
Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux : ils seront appréciés de leur entourage.
Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses, et paisiblement les choses sérieuses : vous irez loin dans la vie.
Heureux êtes-vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace : votre route sera ensoleillée.
Heureux êtes-vous si vous êtes capable de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d'autrui, même si les apparences sont contraires : vous passerez pour des naïfs, mais la charité est à ce prix.
Bienheureux ceux qui pensent avant d'agir et qui prient avant de penser : ils éviteront bien des bêtises.
Heureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire même lorsque l'on vous coupe la parole, lorsque l'on vous contredit ou que l'on vous marche sur les pieds : l'Évangile commence à pénétrer votre cœur.
Bienheureux surtout si vous savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez : vous avez trouvé la vraie lumière, vous avez trouvé la véritable sagesse.

Joseph Folliet


Une prière de vacances

Dormir les pieds dans l'herbe,
le front dans les étoiles.
Courir après les papillons
dans la bruyère.
Partir au gré du vent
et au gré des voiles.
Rire comme un enfant
dans les bras de la terre.

Écouter le silence
et le chant de la mer.
Respirer le parfum
des arbres et des fleurs.
Rencontrer l'étranger
y découvrir un frère.
Briser les lois du temps,
vivre au rythme du cœur.

Boire l'eau fraîche des sources
et le bleu du ciel.
Vouloir prendre du bon temps,
goûter l'imprévu.
Vouloir habiter son corps,
danser au soleil.
Savoir à nouveau que l'homme
n'est pas l'absolu.

Attendre un inconnu
sur le pas de la porte.
Surprendre son ombre
au détour d'un sous-bois.
Entendre l'écho de sa voix
que le vent apporte.
Réapprendre le Bonheur
si proche de moi.

Michel Hubaut


Dieu et les estivants

Je regarde mes fils en vacances, dit Dieu, parce que c'est moi qui les ai créés à mon image. Et même quand ils se reposent, ils sont à ma ressemblance.
Moi aussi après la Création, j'ai pris loisir de regarder mon œuvre et je me suis reposé. Je suis pour le repos, dit Dieu. Bien entendu le repos après le travail dont j'ai donné l'exemple. Et mon fils Jésus, au temps où il maniait la varlope à Nazareth, vous croyez qu'il ne se reposait pas avec joie ? C'est pourquoi j'aime que vous soyez en vacances.
Mais quand je vous vois incapables de rester en place, dit Dieu, à tourner et à tournoyer comme des fourmis en déroute, je me dis que vos vacances, au fond, ce n'est pas du repos. Cette agitation c'est même un piège du malin qui vous empêche de penser à vous et aux autres et à Moi qui suis votre Père du ciel.
Je regarde mes fils en vacances, dit Dieu, et je ne trouve pas qu'ils aient tellement l'air d'être en vacances. Mais je ne trouve pas non plus qu'ils aient tellement l'air d'être mes fils. Sur les plages qui sont si belles et si bonnes, je le sais bien, moi, qui les ai faites, ils sont là étendus. Et malgré la clarté de mon soleil, ce n'est pas un joyeux tableau. Ils me font penser à ces pauvres gens dont mon Fils a eu pitié autrefois, comme en Palestine, las et prostrés comme un troupeau abandonné.
Je n'ai rien contre les corps bronzés et les bains de soleil, dit Dieu, le soleil, je l'ai créé moi-même. Et l'homme et aussi la femme, je les ai vus, au printemps du monde, au temps de leur innocence, aller et venir sur ma terre, où ils étaient nés. Et ça ne m'offusquait pas. Mais ce que je n'aime pas dans ces multitudes, c'est qu'elles s'ennuient et qu'elles ont l'esprit vide. On dirait que les âmes sont parties en vacances, abandonnant le corps sur le sable comme des poissons échoués.
Et ça, dit Dieu, ça ne me plaît pas. Boire, manger, dormir, se multiplier, dit Dieu, je n'en demande pas plus aux animaux que j'ai créés. Mais pour l'homme qui est mon fils, j'ai rêvé quelque chose de plus. Même et surtout quand il est en vacances.

Michel Quoist


Prière pour le voyageur

Ô toi Dieu très présent
Guide-nous dans la paix
Vers laquelle nous voulons aller.

Permets que nous atteignions
Notre but sans encombre.

Protège-nous de tous les dangers
Pendant que nous voyageons
Sur terre, sur mer ou dans les airs.

Ouvre nos yeux et notre cœur
Afin que nous voyions ton visage
A travers la beauté du monde et
De la rencontre du prochain.

La création que nous découvrons
Avec étonnement,
Jour après jour,
C'est la tienne, Seigneur.

Tu es merveilleux.
Nous te remercions.
Amen.

Aumônerie de l'aéroport de Paris


Pour un temps de vacances

Enfin les vacances, Seigneur !
Dieu sait combien je les ai attendues !
Je comptais les jours et les heures,
mon travail se faisait plus pesant à mesure qu'elles approchaient.
Et dans la paix de ce pays, dans la beauté de la nature,
dans l'inactivité de mes mains,
me voici toute bête,
ne sachant que faire de ma toute neuve liberté.

Bénis, Seigneur, ce jour de vacances.
Bénis les jours qui s'ouvrent devant nous
et vont passer comme un éclair.
Jours de joie et de paix, jours de détente et d'amitié.

En savourant cette paix,
en détendant mon corps et mon coeur,
si je te parlais, Seigneur.
Si je te parlais aujourd'hui,
dans la montagne ou l'océan,
dans la plaine ou la rivière,
dans le nuage et l'oiseau,
dans le soleil et l'étoile.

Église des Hauts de Seine, n°333, juillet 2007.


Prière pénitentielle des conducteurs

Pardon, Seigneur, pour l'immense Sarajevo que sont les routes de France où nous, les snippers du bitume, nous ne visons personne, mais tuons n'importe qui par nos excès de vitesse.
Pitié, Seigneur, pour tant d'innocents écrasés, parce qu'ils ont eu le malheur de traverser la départementale qui coupe leur village, alors que nous fonçons à cent vingt kilomètres à l'heure.
Pardon pour ce père qui, voulant arriver à l'heure pour un repas de famille, a doublé dans un virage en décimant sa propre famille. Il a tué, de plus, le père, la mère et un enfant dans la voiture arrivant en face. Sept gosses s'y blottissaient… Pitié pour les six orphelins blessés dont deux sont handicapés à vie.
Pardon, Seigneur, de me foutre complètement de la vie des autres conducteurs mais de respecter uniquement l'emplacement des radars et l'endroit où les policiers sont embusqués.
Pardon, Seigneur, pour les centaines de jeunes qu'on trouve rituellement, chaque année, le samedi soir, déchiquetés dans les restes de leur voiture ou brûlés vifs en sortant des boîtes de nuit.
Pardon, Seigneur, pour les voitures nouvelles, spéciales jeunes, que nous leur vendons allègrement, grâce en partie au cadran de vitesse indiquant deux cents kilomètres à l'heure. Aie pitié de nous, adultes, leurs marchands de mort.
Pardon pour les bras d'honneur et autres gestes, face à un fou du volant, alors que nous savons que cela exacerbera son agressivité, en l'appelant à un peu plus de violence.
Pardon, Seigneur, pour nous les anciens qui, nous considérant comme très verts, refusons de nous résoudre à lâcher le volant, prétextant que notre vue ne baisse pas trop et que nous entendons très bien d'une seule oreille.
Pardon, enfin Seigneur, pour être sans pitié pour le criminel alors que nous nous trouvons tant de circonstances atténuantes quand nous tuons sur la route par homicide involontaire, à la suite d'imprudences multiples.

Aide moi, Seigneur, chaque fois que je prends ma voiture, à faire une courte prière pour Te demander une conduite pacifique, un accélérateur respectueux des limites et un grand amour de l'autre.

Père Guy Guibert (Dieu mon premier amour, Stock, 1995)


Le repos (1)

« J'aime le repos, dit Dieu.
Vous vous faites mourir à travailler.
Vous faites du sur temps pour prendre des vacances,
vous vous agitez, vous ruinez vos santés.
Vous vous surmenez à travailler trente-cinq heures par semaine
quand vos pères tenaient mieux le coup à soixante heures.
Vous vous dépensez tant pour un surplus d'argent et de confort.
Vous vous tuez pour des babioles.
Dites-moi donc ce qui vous prend !
Moi, j'aime le repos, dit Dieu.
Je n'aime pas le paresseux.
Je le trouve simplement égoïste car il vit aux dépens des autres.
Moi, j'aime le repos
Quand il vient après un grand effort
Et une tension forte de tout l'être.
J'aime les soirs tranquilles après les journées dures.
J'aime les dimanches épanouis après les six jours fébriles.
J'aime les vacances après les saisons d'ouvrage.
J'aime la retraite quand la carrière est terminée.
J'aime le sommeil de l'enfant épuisé par ses courses folles.
J'aime le repos, dit Dieu.
C'est ça qui refait les hommes.
Le travail, c'est leur devoir, leur défi.
Leur effort pour donner du pain et vaincre les obstacles.
Je bénis le travail.
Mais à vous voir si nerveux, si tendus,
je ne comprends pas toujours
quelle mouche vous a piqués.
Vous oubliez de rire, d'aimer, de chanter.
Vous ne vous entendez plus à force de crier.
Arrêtez donc un peu. Prenez le temps de perdre votre temps.
Prenez le temps de prier. Changer de rythme, changez de cœur.
J'aime le repos, dit Dieu.
Et au seuil du bel été, je vous le dis à l'oreille
quand vous vous détendez dans la paix du monde,
Je suis là près de vous
Et je me repose avec vous ».

André Beauchamp (théologien québecois)


De terre et d'étoiles ? L'esprit du chemin

Retrouvée dans la petite église de Najac en Aveyron, cette prière nous rappelle combien de tout temps les hommes ont conjugué l'esprit et le corps dans ce long voyage à destination de Saint-Jacques...
Les pieds sur terre et la tête dans les étoiles, ils ont su bâtir au cours des siècles l'esprit du chemin.

« Tu es né pour la route.
Marche,
Tu as rendez-vous.
Où, Avec qui ?
Tu ne sais pas encore
Avec toi peut-être.
Marche.
Tes pas seront tes mots
Le chemin, ta chanson
La fatique, ta prière
Et ton silence, enfin
Te parlera.
Marche,
Seul, avec d'autres
Mais sors de chez toi.
Tu te fabriquais des rivaux
Tu trouveras des compagnons.
Tu te voyais des ennemis
Tu te feras des frères.
Marche,
Ta tête ne sait pas
Où tes pieds
Conduisent ton coeur.
Marche,
Tu es né pour la route
Celle de pèlerinage.
Un autre marche vers toi
Et te cherche.
Pour que tu puisses le trouver
Au sanctuaire du fond de ton coeur.
Il est ta paix
Il est ta joie
Va, déjà
Dieu marche avec toi ».

Anonyme


Le repos (2)

Dieu instaure dans l'Ancien Testament la rupture du dimanche, puis de l'année sabbatique. Il invite à se reposer sur des prés d'herbe, à mettre sa confiance dans sa Providence. Laissez-vous aller à la détente, sans perdre de vue sa finalité : renouer une relations gratuite avec Dieu et les autres.

- Exode, chap. 31, v. 12 à 18. « Vous gardez le sabbat, car il est saint pour vous ».
- Lévitique, chap. 25, « Mais en la septième année la terre aura son repos sabbatique ».
- Psaume 23. « Yahvé est mon berger, rien ne me manque ».
- Évangile de Matthieu, chap. 6, v. 25 à 34. « Ne vous inquiétez pas du lendemain : demain s'inquiétera de lui-même ».
- Évangile de Marc, chap. 2, v. 23 au chap. 3, v. 6. « Le sabbat a été fait pour l'homme, et non l'homme pour le sabbat ».

Extrait de la Vie, 2 juillet 2009


Prière

« Ô Dieu qui avez fait partir
Abraham de son pays
Et l’avez gardé sain et sauf
A travers ses voyages,
Accordez à Vos enfants
La même protection.

Soutenez-nous dans les dangers
Et allègez nos marches.

Soyez-nous une ombre
Contre le soleil,
Un manteau contre
La pluie et le froid.

Portez-nous
Dans nos fatigues
Et défendez-nous
Contre tout péril.

Soyez le bâton qui évite
Les chutes et le port
Qui accueille les naufragés
Afin que, guidés par Vous,
Nous atteignions avec certitude
Notre but et revenions
Sains et saufs à la maison ».

Prière chantée chaque matin par les pélerins de Saint-Gilles
(Extrait de la Vie, 16 juillet 2009)


La prière du touriste

Notre Père qui êtes aux cieux, veille sur nous pauvres touristes, humbles et obéissants, condamnés à errer dans ce monde et à prendre des clichés, à écrire des cartes postales, à acheter des souvenirs et à marcher inlassablement, suant sous le soleil ardent. Nous t’implorons ô Père, pour que notre avion ne soit pas détourné, nos valises perdues et pour que notre excédent de bagages passe inaperçu.

Guide-nous dans ta divine bonté dans le choix de nos hôtels. Nous prions pour que les cartes d’appel fonctionnent, pour que les téléphonistes comprennent notre langue et pour que jamais un appel au secours de nos enfants nous oblige à annuler notre périple.

Montre-nous le chemin de ces petits restaurants pas chers où le vin est compris avec le repas. Fais que les gens nous aiment pour ce que nous sommes, malgré nos différences culturelles et notre accent.

Accorde-nous la force de visiter les musées, les sites historiques, les cathédrales. Et si par malheur nous sautons un commentaire du guide pour faire une sieste après le déjeuner, pardonne-nous car la chair est faible.

Dieu miséricordieux, protège nos épouses des occasions dont elles n’ont ni besoin, ni les moyens d’acheter. Eloigne-les de la tentation car elles ne savent pas ce qu’elles font.

Père tout puissant, empêche nos maris de regarder les femmes québecoises et de les comparer à nous. Epargne-les de se rendre absolument ridicules dans les boîtes de nuit. Mais par-dessus tout, montre-toi implacable avec eux s’ils fautent car ils savent parfaitement ce qu’ils font.

Au retour, accorde-nous la faveur de trouver quelqu’un qui aura la patience de regarder nos vidéos et nos photos et d’écouter nos histoires afin que notre vie de touristes n’ait pas été vaine.

Tout ceci, nous te le demandons, Mon Dieu, au nom de la carte bleue, d’américan express et de Conrad Hilton.

Amen

Anonyme


Prière pour le temps des vacances

Merci, Seigneur de me donner la joie d’être en vacances.
Donne au moins quelques miettes de cette joie
A ceux qui ne peuvent en prendre
Parce qu’ils sont malades, handicapés,
Ou trop pauvres ou trop occupés…

Donne-moi la grâce de porter, partout où je passe,
Le souffle léger de ta paix
Comme la brise du soir qui vient de la mer
Et qui nous repose de la chaleur des jours.
Donne-moi la grâce d’apporter, partout où je passe,
Un brin d’amitié, comme un brin de muguet,
Un sourire au passant inconnu
Un regard à celui qui est tout seul et qui attend…

Donne-moi la grâce de savoir redécouvrir
Ceux qui vivent à mes côtés et que je ne sais plus voir
Parce qu’ils font « partie des meubles » !
Que je sache les regarder avec émerveillement
Parce que toi tu les aimes et qu’ils sont tes enfants.

Donne-moi la grâce d’être serviable et chaleureux
Pour mes voisins de quartier ou de camping,
Et que mon « bonjour » ne soit pas une parole distraite,
Mais le souhait véritable d’une bonne journée
Si possible remplie de toi, mon ami, mon Seigneur,
Qui es toujours auprès de moi-même lorsque je l’oublie
Parce que toi tu ne peux pas cesser un moment
De m’aimer au cœur même de la liberté,
Au cœur de ce temps de vacances qui devrait être rempli de toi.

Paroisses de Buc et de Jouy (Extrait de la revue "Le lien" n° 93, juillet-août 2010)


Prière de l'automobiliste (1)

Seigneur,
Accordez-moi une main ferme et un oeil vigilant,
pour que je ne blesse personne lorsque je passe.

Seigneur,
Vous nous avez donné la vie, je vous prie qu'aucun
acte de ma part ne vienne ôter ou gâter ce don qui
vient de vous.

Seigneur,
Protégez ceux qui m'accompagnent, de tous les
maux, du feu et de toutes calamités.

Seigneur,

Apprenez-moi à me servir de ma voiture pour mes
besoins, sans négliger ceux des autres et à ne pas
mépriser, dans l'amour de la vitesse, la beauté du
monde que vous avez crée, afin qu'ainsi je puisse
avec joie et courtoisie, suivre mon chemin.

Ainsi soit-il

Anonyme


Le mortier de l'amour

Toi, qui au détour d'un voyage
Viens à passer dans nos pays, dans nos régions,
Toi qui admires la beauté de nos maisons,
Toi dont le regard est rempli de la couleur chaude de la pierre.

As-tu pensé à celui qui, du matin au soir,
Sous le soleil brûlant de l'été, ou dans le froid glacial de l'hiver,
A posé ces pierres les unes après les autres, donnant à chacune sa place ?

As-tu pensé à celui qui a taillé les angles, la clef de voûte,
Quand la passion et l'amour se confondaient
Au savoir-faire, à la précision du coup de taillant bien dosé ?

Prendre ces pierres dans la main, les tourner, les retourner
Qu'à la force les doigts y laissent un peu de leur peau,
Deviennent rouges et craquellent...

Ici, il n'y a pas de miracles.
Ces pierres-là, avant qu'elles deviennent
Du bon pain sur la table familiale, il en faut des heures de travail...

Pierre d'ici et pierre d'ailleurs,
De la Bretagne à l'Italie, du Nord et du Midi,
De l'Allemagne au Portugal... à chacune son enracinement.
Pierre jaune, blanche, rouge, noire... à chacune sa couleur.
Pierre tendre, dure, tranchante, facile à tailler... à chacune son caractère.

Comme la pierre dans les mains du maçon
Laisse-toi regarder par les yeux amoureux du Père,
Rends-toi disponible dans les mains laborieuses du Fils,
Laisse-toi façonner par le savoir-faire, l'expérience de l'Esprit.

Prends appui sur la Pierre Angulaire qui s'appelle Jésus-Christ.
Oh oui ! Cette pierre-là, surtout ne la jette pas avec les gravats.
Elle est précieuse cette pierre, solide, bonne à bâtir,
Promise depuis longtemps, très longtemps, venues de très loin,
Extraite du coeur même d'un peuple, façonnée par des vies d'hommes,
De femmes, de croyants, de prophètes....

Cette pierre, elle a pris toutes les couleurs du monde
En jaillissant hors du tombeau au matin de Pâques...

Alors, quel que soit ton lieu d'origine,
Quelle que soit la couleur de ta peau,
Quels que soient tes qualités et tes défauts....
Tu as ta place parmi les hommes et, relié à eux par le mortier de l'amour,
De la solidarité, tu peux construire un monde beau, solide.
Alors je ne te dis pas l'allure qu'il peut avoir ce monde....

Un prêtre ouvrier


Prière de l'automobiliste (2)

Seigneur,
Toi qui es toujours présent sur la route de chacun,
Toi dont l'amour féconde nos gestes quotidiens,
Tourne vers moi Ton Visage,
Sois mon fidèle compagnon tout au long de mes voyages.
Accorde-moi de bien user de ma liberté
et de garder le sens de mes responsabilités.

Donne-moi, même si parfois cela me coûte,
d'observer scrupuleusement le code de la route,
par respect pour la vie que Tu m'as donnée
et pour celle de mes frères qui est sacrée.

Que je ne fasse jamais de ma voiture
un char d'assaut ou une imbécile armure,
pour me vanter de quelque performance
ou assouvir mon instinct de puissance.
Qu'elle soit un simple outil au service de mon travail
et pour le plaisir de mes loisirs.

Accorde-moi, comme le Bon Samaritain,
de savoir porter secours à celui qui en a besoin
et de faire un détour pour aider mon voisin.

Accorde-moi l'humour et la patience dans les encombrements
et, dans un beau paysage, la grâce de l'émerveillement,
l'humilité pour accepter mes propres limites
et la sobriété quand quelqu'un m'invite.

Rappelle-toi que je ne suis qu'un pauvre voyageur
qui roule vers Ton ultime rendez-vous mais ne doit pas,
de lui-même, en devancer l'heure.

Michel Hubaut


Ami de passage

Qui que tu sois
Nous sommes heureux de t'accueillir.
Te voilà dans une église
Que nous te demandons de respecter.
Cette église est le témoin
Que les générations précédentes nous ont laissé :
Témoin de l'habileté de leur savoir-faire.

Témoin de la foi en leur Dieu
Ici, ils ont porté leurs joies et leurs peines
Ici, ils ont célébré la présence de Jésus-Christ.

Ami de passage
Cette église est toujours le lieu de recueillement
Le lieu de la prière
Le lieu du rassemblement pour l'Eucharistie.
Nous te faisons confiance :
Ne dérange pas son ordre
Ne dénature pas sa destination.
Avec tes yeux et ton coeur
Regarde la beauté du travail des hommes
Cherche la présence discrète de Dieu.

Ami de passage
Que cette visite reste en toi
Comme un moment de paix.

La communauté des chrétiens


Bonnes vacances !

Allez, faites de vos vacances la béatitude de la paix !
Soyez des promeneurs d'infini.
Baladez votre âme au grand soleil d'été
Et que votre corps chante par tous ses pores !
Baladez votre corps sur les sommets des montagnes
Et que votre âme exulte de la joie de vivre !

Régalez-vous d'azur et de mer,
Attardez-vous à ces heures bénies du soir,
Quand le grand crépuscule des jours de solstice
N'en finit plus de s'étirer avant la nuit étoilée.

Laissez-vous bercer par la lumière
Qui se fait câline sur les prés d'herbe tendre,
Lumière rasante à fixer comme la vague
Qui vient et revient se tapir sur le sable de la plage...

Allez, faites de vos rencontres avec les villes
Des fiançailles de joie dont les lendemains seront
Un mariage de souvenirs.

Mettez votre âme au large en d'autres jardins
Que ceux de vos résidences secondaires.
Faites de vos voyages une célébration de la terre entière.

Embrassez le ciel pour mieux saisir la terre.
Humez les parfums d'horizon.
Vivez l'amitié avec tout et tous, le monde et vous.

Pierre Talec

 

© Crédit photo Croisy / pixabay.com

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics