Accueil > Pédagogie > Expertise dans les apprentissages > Organisation et outils

Les manuels scolaires

Temps de lecture : 22 minutes
Les manuels scolaires

Des manuels scolaires …Quelles fonctions ? Pour qui ? Par qui ? Qui paye ? Comment les choisir ? Comment les utiliser ? Quel avenir ?

Jusque dans les années 1970, les manuels scolaires se ressemblaient tous. Constitués d'une succession de leçons ou de chapitres, construits à l'identique, il suffisait de les parcourir dans un ordre préétabli.
Aujourd'hui, pour s'adapter à la multiplication des fonctions assignées à l'enseignement et à l'hétérogénéité croissante des publics scolaires, les manuels se sont affranchis de ce schéma linéaire et rigide. Mais ils ont gagné en complexité. Aux enseignants, élèves et …parents de se les approprier.

Des manuels scolaires …

Quelles fonctions?
>>Fonction pédagogique des manuels
Outil multifonctionnel, le manuel scolaire se doit conjointement de :
- transmettre des connaissances,
- motiver et sensibiliser l'élève,
- développer son autonomie,
- développer ses capacités et ses compétences,
- intégrer et consolider ses acquis,
- permettre leur évaluation par le maître comme par l'élève,
- favoriser révisions et approfondissements,
- favoriser l'individualisation du travail des élèves,
- proposer des stratégies de "remédiation".

Objet complexe, il est à la fois :
- le dépositaire des contenus d'enseignement conformes aux programmes, sans exclure des informations complémentaires,
- une ressource documentaire textuelle et iconographique,
- un guide méthodologique,
- un recueil d'exercices avec des fonctions diverses : sensibilisation, application, intégration, évaluation,
- un instrument de référence aisément consultable grâce aux sommaires, index, lexiques etc.

Fonction culturelle des manuels
Pénétrant dans tous les foyers, et en particulier dans ceux où le livre est absent, il devient un objet " démocratique ", facteur d'insertion, véhicule d'une culture générale.

A savoir :
- Selon l'enquête d'appréciation des manuels par les enseignants du primaire réalisée par CSA TMO pour Savoir Livre en avril 2003, 17 % des enseignants dans le premier degré jugent les manuels " indispensables pour apprendre " et 77 % utiles mais pas indispensables.
80 % n'utilisent que rarement ou jamais des manuels en instruction civique ; 55% n'en utilisent que rarement ou jamais pour les sciences ; 43 % pour l'histoire ou la géographie et 21 % pour l'apprentissage ou le perfectionnement de la lecture. 80 % les jugent conforment aux programmes. Toutefois, ils sont 77 % à estimer que les manuels scolaires ne donnent pas le goût des livres aux enfants.
- Une étude, menée en 1999 par Savoir livre et l'IUFM de Paris, pour observer l'influence de manuels dans la réussite scolaire a montré que 68 % élèves ayant travaillé avec des manuels affichaient de meilleurs résultats que ceux qui n'en utilisaient pas et que dans 66 % des cas ils avaient acquis une plus grande autonomie.



Pour qui ?
>> Pour l'enseignant,
- pour avoir une vue d'ensemble et disposer d'un outil de référence,
- pour préparer et animer ses cours,
- pour gagner du temps grâce à des propositions d'exercices variés, de progressions pédagogiques demandant moins d'investissement, d'organisation plus aisée du travail collectif et de gestion de classe simplifiée.

>>Pour l'élève, pour travailler,
- sous la conduite de l'enseignant, aux différentes étapes de la démarche pédagogique (observation de documents, exercices introductifs, activités inductives, apports d'information, organisation des savoirs, exercices d'application, questions de compréhension, évaluation, etc.),
- en classe ou au C.D.I., dans le cadre d'une activité de groupe,
-à la maison - qu'il travaille seul ou qu'il soit aidé - pour une activité en rapport avec l'apprentissage.

>> Pour les parents
- comme lien privilégié entre l'école et la famille.


Par qui?
En amont des manuels, c'est le conseil national des programmes (CNP) qui fixe les grandes orientations. La rédaction des programmes est confiée à des groupes de spécialistes -les GTD- constitués d'enseignants et d'universitaires. Une fois validés par les CNP, ils sont soumis pour avis au Conseil supérieur de l'éducation, avant d'être publiés au BOEN sous la signature du ministre de l'éducation. Dés lors leur délai d'application est de 14 mois.
10 mois pour éditer un manuel scolaire*


Qui paye ?
Par tradition, ce sont les communes qui dans le public financent les manuels scolaires à l'école primaire bien qu'aucune obligation juridique ne les y contraignent d'où des situations disparates selon les communes (l'investissement pouvant varier de 1 à 10). Elles consacrent environ 20 % de leur budget scolaire à l'achat de livres neufs, soit environ un livre neuf par élève et par an.
Dans le privé, ils sont à la charge des parents

A savoir :
Selon l'enquête d'appréciation des manuels par les parents d'élèves de cycles 2 ou 3 réalisée par CSA TMO pour Savoir Livre en avril 200,3 42 % d'entre eux seraient prêts à " organiser une bourse aux livres " dans le cas où leurs enfants n'aurait pas de manuel dans certaines matières voire dans aucune, et 32 % prêts à " financer une partie du coût des manuels, l'autre étant prise en charge " et 16 % à la financer intégralement, si on leur demandait.



Comment les choisir ?

>>Des critères d'évaluation

critères d'évaluation


>>Comment s'organiser ?
Choisir un manuel scolaire engage pour plusieurs années l'ensemble de l'équipe pédagogique. Quel que soit le résultat de la sélection l'enrichissement est important. Toutes les questions abordées lors de la sélection des manuels éclairent les démarches, les attentes et les pratiques pédagogiques.

Pour explorer les piles de spécimens mieux vaut se constituer en équipe et se fixer un planning et commençer début janvier permet de disposer de délai suffisant.

Les étapes
Se procurer les spécimens des différents éditeurs
- Première réunion :
Se répartir les ouvrages entre enseignants. Elaborer une grille d'analyse permettant de recueillir à la fois des impressions générales et des avis sur le contenu.
- Deuxième réunion
Confrontation des points de vue. Première sélection.
- Troisième réunion :
Choix définitif et transmission de la liste au chef d'établissement pour commande

Pour compléter votre propre analyse vous pourrez avoir recours à d'autres sources d'informations :
Les auteurs qui donnent des conférences
Des analyses d'ouvrages sur Internet.


Comment les utiliser ?
" Les manuels doivent redevenir les instruments de travail qu'ils n'auraient jamais dû cesser d'être. Ils offrent aux élèves de multiples occasions de lectures et de recherches autonomes que ne permet pas la multiplication de photocopies, expression du savoir fragmenté. A côté d'eux, les encyclopédies, les dictionnaires, les produits multimédias constituent des ouvrages de référence que les élèves prennent l'habitude de consulter avec l'aide du maître. Partout où c'est possible, le développement des bibliothèques-centres documentaires (BCD), mise en réseau avec le centre documentaire (CDI) du collège de secteur et d'autres bibliothèques locales, est un appui indispensable à la mise en application de ces programmes. " BOEN n° 1 du 14 février 2002, p.15


>>Du côté des enseignants
Le manuel n'est pas une " bible ", mais un objet comme les autres. Il convient de s'interroger sur sa légitimité, son contenu, ses orientations pédagogiques, les valeurs qu'il véhicule, sa place parmi tous les autres outils pédagogiques... Le manuel ne dispense pas d'une réflexion pédagogique.
De façon générale, les enseignants s'approprient les manuels de façon personnelle. Ils en saisissent la logique interne, trouvent les moyens de s'en servir, les adaptent à leur pédagogie, en utilisent plusieurs, les confrontent, les complète avec d'autres outils.
Attention au " photocopillage. Pour plus d'information : www.cfcopies.com/

>>Du côté des élèves
En début d'année les élèves découvrent leurs outils. Pourquoi ne pas explorer avec eux les manuels que vous avez choisi pour leur expliquer comment ils sont organisés.
A signaler : la plupart des ouvrages comporte une partie mode d'emploi spécialement conçue pour les enfants ce qui peut aider pour cette présentation.

Suggestions d'activités à adapter :
- Regarder la couverture, discuter du titre,
- Donner le mode d'emploi du manuel de l'élève, des fiches :…
Expliquer comment se repérer dans le manuel : où sont expliqués les mots difficiles, où sont les consignes…
Expliquer les codes couleurs employés pour signaler un chapitre, une rubrique, un résumé, un type d'exercice...
- Repérer les facilitateurs : index, lexique, table des matières, table des illustrations,
Expliquer quand et comment le manuel sera utilisé : en classe, à la maison : doit-on le laisser en classe, l'emporter à la maison, est-ce qu'on peut écrire dessus ?
- Retrouver dans le texte une information donnée oralement,
- Mettre en relation textes et images,
- Repérer ce qui est informatif, explicatif,
- Proposer des affirmations, vérifier si elles sont justes…

>>Du côté des parents
S'il est important de présenter les manuels aux élèves, il est également intéressant d'informer les familles censées prendre le relais après la classe et ainsi optimiser le lien école-famille. En effet, le manuel scolaire permet aux parents de suivre le travail de leurs enfants, d'en discuter avec eux et d'avoir une idée de ce qui va se passer dans l'année
Une réunion avec les parents d'élèves en début d'année peut être à la fois l'occasion de les informer sur la façon dont les livres sont utilisés en classe et de leur donner des conseils sur leur utilisation à la maison : couverture des livres, respect du livre, respecter des progressions…
Si on peut être tenté d'éviter que les manuels circulent trop entre école et maison pour les conserver le plus longtemps en état , tenir le manuel à l'écart de la maison, c'est également tenir les parents à l'écart de l'école
A noter :
Savoir Lire a édité un classeur de fiches pratiques pour que les parents comprennent mieux les manuels et aide efficacement leurs enfants.

A savoir :
Selon l'enquête d'appréciation des manuels par les parents d'élèves de cycles 2 ou 3 réalisée par CSA TMO pour Savoir Livre en avril 2003, 51 % des parents déclarent que les manuels sont des supports pédagogiques " indispensables pour apprendre ", 46 % les considèrent comme " utiles mais non indispensables pour apprendre ", tandis que 2 % ils jugent inutiles. 88 % des parents estiment que " les manuels leur permettent " de connaître le programme ", 87 % pensent que " le manuel leur permet de suivre le travail de l'enfant ", 82 % les jugent trop lourds dans les cartables ", 77 % considèrent qu'ils donnent aux enfants " le goût de livres ", 63 % relèvent qu'ils permettent " à l'enfant de travailler seul ".



Quel avenir ?
Le développement des outils multimédia remet-il en cause l'utilisation des manuels scolaires ?
Les cédéroms et Internet donnent aujourd'hui accès à un corpus de connaissances très large. Ils favorisent la découverte, stimulent la curiosité et développent l'autonomie des élèves. Toutefois, pour le moment la substitution avec les manuels semble inenvisageable principalement pour des raisons économiques -Il faudrait équiper tous les élèves d'ordinateurs. Mais surtout, le manuel conserve une place centrale face à l'effet zapping car il structure la connaissance. Il aide à classer, à identifier les choses pour que l'élève puisse se repérer dans le brouhaha et le tumulte des sources d'informations plus ou moins sérieuses qu'il reçoit tous azimut, tisser des liens entre les connaissances et ses expériences éparpillées des élèves. Il donne du sens à ce qui est enseigné à l'école. Enfin, par rapport aux supports électroniques, il reste peu cher donc accessible à tous. Et facile à transporter, Il constitue un lien entre école et maison.

A l'avenir, selon Claude Chapelier, professeur en IUFM, détaché au CNP, le manuel scolaire " devrait mettre en valeur ce qu'apporte chaque discipline à notre compréhension du monde et des hommes avec le souci de tirer parti des convergences interdisciplinarités les plus parlantes pour éclairer quelques notions clefs ".

A savoir :
Savoir livre, association qui regroupe les éditeurs Belin, Bordas, Hachette, Hatier, Magnard et Nathan a demandé officiellement en mai 2003 la création d'un groupe de travail national réunissant enseignants, inspecteurs, conseillers pédagogiques, maires et parents d'élèves. Il s'agit d'améliorer de manière consensuelle et opérationnelle l'utilisation des manuels scolaires et d'établir un cahier des charges définissant un équipement minimal en support pédagogiques pour chaque écolier.

www.savoir-lire.asso.fr

Bibliographie :
Le poids des manuels scolaires : Un dossier d'Enseignement catholique Actualités (ECA), n°319, décembre 2007.
L'Avenir des manuels. - In : JDI, avril 2000, pp. 17-21 et 55-58.
Du bon usage des manuels. - In : Cahiers pédagogiques, n° 369, décembre 1998, pp. 7-58.
Du bon usage des manuels / LESTAGE, Anick ; LACOUR, Martine ; BELMAS Pierre. - In : JDI, février 1995, pp. 53-56.
Livres échanges, édition école : n° 14, octobre 1999, n° 15, février 2000
Manuels : une clef pédagogique/du CLOSEL, Elisabeth. - In : Enseignement catholique actualités, n° 231, octobre 1998, pp. 22-28.
Les Manuels scolaires et vous. - Savoir livre, 2000, 32 p.
Le Manuel de lecture au CP : comment choisir et utiliser au mieux les manuels de lecture au CP ? GERMAIN Bruno, LE GUAY Isabelle, Observatoire national de la lecture, ROBERT Nadine. - CNDP, 2003, 28 p. Pour en savoir plus sur cet ouvrage.
Le poids des manuels scolaires In : Enseignement catholique actualités (ECA), n° 319, décembre 2007.

 

 

Crédit image Fotolia ©

Commentaires

Pas encore de commentaires.

Ajouter un Commentaire

* Informations obligatoires
(ne sera pas publiée)
 
Avertissez-moi des nouveaux commentaires par e-mail.
 
J'ai lu et j'accepte les conditions d'utilisation. *
 
 
Powered by Commentics